Sénégal: Mauvaise nouvelle pour Sadio Mané    COUR SUPREME : Chakib Khelil, Djoudi et Tou convoqués    LE PARTI TOURNE LA PAGE D'OUYAHIA : Vers l'effondrement du RND ?    Delort déjà à l'aise parmi ses frères !    PLUS DE 600.000 CANDIDATS CONCERNES : Début aujourd'hui des épreuves du Bac    Le récent mouvement populaire que notre pays connait témoigne de la vitalité du peuple algérien    Le ministère tunisien rejette les pseudo-partis politiques nouvellements créés    Bensalah et Bedoui sommés de partir    Maîtrise des déchets et protection de l'environnement    Pour le régime Bouteflika, la chute est brutale    Ali Ghediri écroué    Le bleu pour le Soudan sur les réseaux sociaux    Le gouvernement de Hong Kong essuie des critiques de son camp    L'UE insiste sur le traité négocié avec Londres    Le fils de Ould Abbès sous mandat de dépôt    Guichet unique pour les handicapés    «Le résultat du match CSC-USMA est douteux»    Helaïmia s'engage avec les Belges de Beerschot Anvers    Conférence nationale de la société civile, aujourd'hui    Des citoyens bloquent le siège de l'APC de Bouti Sayeh    24 hectares de récoltes sur pied ravagés par le feu    Gendarmerie nationale : Saisie de 9,3 kg de kif traité, une arrestation    «Le certificat prénuptial est très important»    9 affaires de drogue traitées en mai    Fidèle à la mémoire de Fouad Boughanem    Chef d'entreprise en Algérie, il est devenu vendeur de fripe aux «puces» de Montreuil    Le retour de La Dolce Vita    Un spectacle chorégraphique de la troupe "Antonna"    Expositions, concours et rencontres au menu    NAHD: Le CSA cible deux coaches    Conflit à l'ETRAG de Constantine : Le tribunal rejette la plainte de la direction    L'usine étatique d'eau minérale de Laghouat : L'APW dénonce un blocage intentionnel    Mercato d'été    Bouira: Trois morts et quatre blessés dans un accident de la route    11ème congrès international des gynécologues privés: 10 à 12% des couples présentent une infertilité    La protection de l'environnement en question    Dréan: Le marché hebdomadaire adjugé pour 1,7 milliard de cts     Constantine - CHU Constantine: Le DG, le chef de bureau des marchés et un fournisseur sous contrôle judiciaire    MC Oran: A quand le bout du tunnel ?    Volley-ball - Super division - Play down: Les prétendants de sortie    «J'ai couru vers le Nil»* de Alaa El Aswany: Comment la révolution égyptienne a été brisée ?    Mohamed Zerrouki (1902-1957): Un écrivain visionnaire précoce resté méconnu    LES AIGLES EN CARTON    Les Sénats européens et africains expriment leur volonté de promouvoir les valeurs communes    Hommage aux 128 martyrs du Printemps noir    15 pays au rendez-vous    Damas affirme avoir abattu des missiles israéliens ciblant Tel Al-Hara    Autres transitions réussies…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les colères algériennes
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 23 - 05 - 2019

Imprévisible, la grande vague des colères citoyennes qui submerge, à présent, les arcanes du régime est sans commune mesure avec le passé récent du pays, caractérisé généralement par la multiplication d'émeutes sociales sporadiques, teintées de violences et sans grande incidence politique. La société entend tout nettoyer et récupérer les clés de la maison, indûment saisies par une poignée de politicards opportunistes depuis l'indépendance. Mais une question revient avec insistance sur toutes les bouches : où trouver la bonne personne pour incarner les espoirs de la nation, dans ce climat régional « crisogène » sur lequel pèsent tant d'incertitudes ? Pour cause, ceux qui sont aux commandes ont toujours formaté les esprits, défiguré l'image des opposants, déstabilisé les partis, les associations et les syndicats autonomes, la seule pépinière de véritables cadres et de militants, en prise directe avec les préoccupations de la rue.
Force est de constater que, même avec une télévision officielle ouvertement propagandiste, haïe par la majorité des Algériens et un président devenu virtuel durant plus de sept ans, l'opposition n'a pu faire le poids devant des rentiers aux bras longs, disséminés partout dans les appareils d'Etat, les administrations publiques, les médias, les secteurs de d'import-import ainsi que du foncier, les organisations de masse (étudiants, moudjahidine, fils de martyrs, etc.), et même dans les couloirs du ministère du Commerce dont le premier responsable, on s'en rappelle tous, s'est plaint en public, mais en vain, devant un parterre de journalistes des agissements illégaux de groupes de pression informels, en connivence avec un lobby influent sur la scène politique. Qu'on ne s'y trompe pas, c'est à un véritable travail de sape que s'est évertué le clan Bouteflika durant ses vingt ans de règne. Coquilles vides, les institutions sont devenues des jouets entre les mains d'un conglomérat de potentats sans scrupules, au point que l'argent de la collectivité se transporte, fait inédit dans l'histoire, dans de gros sacs noirs dans des malles de voitures, ou est transféré illégalement en devises à l'étranger, direction « paradis fiscaux ». L'échec à jeter les bases d'un Etat démocratique n'a d'égal que la mégalomanie du chef, prêt à toutes les combines pour mettre l'Algérie à genoux et s'accorder les hochements de têtes d'une piétaille de larbins serviles jusqu'à l'obséquiosité. Le clientélisme et ses corollaires, le régionalisme et le tribalisme, sont promus au rang de vertu cardinale, sorte de vieux grimoire pour la gestion des hautes affaires dans le palais. Les coups fourrés pleuvent sur tous ceux qui tentent de se dresser, tant de l'intérieur que de l'extérieur, contre la volonté du roi. L'affaissement des poutres de ce réseau perfide n'a pu se réaliser qu'après le désenchaînement de ce peuple dont on a voulu acheter la conscience par la rente. La corruption qui gangrène, actuellement, l'Algérie n'est que le fruit de la dépravation des hommes de ce clan-là. C'est une maladie convulsive et violente propagée à dessein, en amont comme en aval de l'Etat, pour ne laisser aucune chance au « devoir de l'obéissance », lequel constitue le socle même de la démocratie, de surgir.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.