Le nouveau chef de la sûreté de wilaya installé    Covid-19: Les walis appelés à sévir    Identité de papier    Selon le DG de la SEOR: Retour dès demain à une alimentation normale en eau potable    USM Bel-Abbès: Quatre milliards de centimes bloqués    Le ministre de la Santé: «La situation est alarmante»    Bouira: Meurtre de la jeune avocate : les 3 mis en cause écroués    Les demandeurs de logements de la formule «à points» reçus par le chef de daïra: Des promesses pour des attributions après la levée du confinement    Artiste-peintre et professeur de dessin: Vibrant hommage à El Hachemi Mohamed    Banalisation de la mort jusqu'à quand ?    «Officiellement, je ne serai plus en place à compter du 24 juillet»    Meziane buteur, Benghit exclu    Zeghlache donne les raisons du transfert de Boussouf    Hommage au frère Belaïd Abdesselam    L'attestation d'affiliation téléchargeable désormais via l'espace «El Hanaa»    Un groupe français en pole position    Comment intégrer les médecins libéraux ?    Coupures d'eau récurrentes et prolongées, le ras-le-bol des citoyens    Bilan du premier semestre de la Sûreté de wilaya    Atatürk immolé à Sainte-Sophie    REPLIQUE AU TWEET DE MARINE LE PEN    Arnaque à la communication !    La reconversion des seconds couteaux    Les propositions de Rahabi    "Les médias publics doivent se réorganiser "de manière profonde"    Un terroriste capturé à In M'guel    Nouveau record des contaminations    CS Constantine : La démission de Redjradj entérinée    Polsario: il est évident que l'UE ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    Boukadoum à Anadolu: Alger œuvre pour l'intégrité territoriale de la Libye    Démission du ministre de la Justice    Encore un doublé de Benrahma    Le parlement vote une loi controversée sur les avocats en Turquie    Le FFS face au défi du rassemblement    Cap sur les mines    Soutien des porteurs de projets: prochaine mise en place d'un Fonds de financement des start-up    Raid policier avant des primaires de l'opposition    A la croisée des chemins, l'Otan aurait-elle «perdu le Nord» ?    MO Béjaïa : Le club interdit de recrutement    Mouvement de contestation au Mali : Escalade à Bamako    Algérie Poste de la wilaya de Tipasa : Plus de 100 TPE installés à la mi-mai    Saison blanche au Sénégal et au Gabon    Kaci Hadjar, Moudjahid. Professeur en gynécologie-obstétrique décédé le 13 juillet 2019 : Le professeur qui rajoutait de la vie aux années    Edward Saïd, une pensée de l'exil    Zabor ou les psaumes : langage et liberté    Le SNAPO et l'association des consommateurs exigent plus: Les publicités «mensongères» des compléments alimentaires interdites    ASILE DE FOUS    Tebboune préside aujourd'hui un Conseil des ministres    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les étudiants réclament une Algérie «libre et démocratique»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 26 - 06 - 2019

La mobilisation des étudiants est restée intacte en ce 18ème mardi de protestation contre le système en place malgré les tentatives de répression.
Encore une fois, les forces de l'ordre ont tenté d'empêcher la marche des étudiants; elles ont même essayé d'arrêter un étudiant qui portait un drapeau amazigh, à la rue Bab Azoun à Alger. Les étudiants ont poursuivi leur parcours en se dirigeant vers la Grande Poste d'Alger où le nombre de policiers antiémeutes déployés était très important. Des escarmouches ont éclaté entre étudiants et policiers, au moment où les manifestants voulaient se diriger vers la rue Amirouche. Les étudiants ont été repoussés par les éléments de la sûreté nationale. Les manifestants scandaient haut et fort : «L'Algérie libre et démocratique » et «Pouvoir assassin», «Libérez les jeunes détenus, ils n'ont pas commis de crime», «Etat civil et non militaire», «Pour une Algérie démocratique et plurielle». Si le drapeau amazigh n'était pas présent lors de cette marche, de nombreux étudiants portaient des tenues traditionnelles reflétant la dimension culturelle amazighe (des robes kabyles, des tenues touareg, des costumes arabo-turcs algérois, le burnous, ainsi que des robes oranaises et constantinoises).
Des tenues vestimentaires qui reflètent en fait la diversité culturelle de notre pays. Sur une pancarte brandie par une étudiante, l'on pouvait lire: «Arrêtons cette diversion et revenons à nos revendications principales, départ de Bensalah et Bedoui et l'installation d'une instance élue par le peuple pour préparer les élections ». Les étudiants se sont dispersés un peu plus tôt que les mardis précédents, laissant ainsi la place à des représentants de la société civile qui ont improvisé des débats avec le public sur le soutien ou non de la démarche entreprise par le chef de l'état-major de l'armée.
Des débats opposant les pour et les contre. Mais le débat dominant concernait surtout l'histoire de l'Algérie et sa dimension culturelle, notamment amazighe, mettant en veilleuse les revendications essentielles du Hirak avec le point focal «le départ du système».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.