Révision de la Constitution: début dimanche de la révision des listes électorales    Commerce: Rezig rencontre les producteurs et importateurs de fournitures scolaires    Le Président Tebboune installe la Commission nationale chargée de l'élaboration du projet de révision de la loi électorale    Baisse des cas de contamination au coronavirus: Benbouzid se félicite des résultats obtenus    Automobile : Une plateforme numérique de préinscription dédiée aux opérateurs    Référendum sur la Constitution, une "étape cruciale" dans le processus d'édification de la nouvelle Algérie    Coronavirus: 210 nouveaux cas, 105 guérisons et 6 décès    Le parquet général ouvre une information judiciaire sur le transfert de 10 millions de dollars    Pôle universitaire de Laghouat : Benziane inaugure plusieurs infrastructures scientifiques    L'Ansej en mission de sensibilisation    L'ONU salue la décision de Fayez al-Sarraj de démissionner    Genèse d'un rebondissement des contaminations    Belatoui nommé adjoint de Casoni    Seuls 13 joueurs maintenus    Oukal (MCA) 12e recrue estivale    «L'algérianisation», priorité de Belhimer    Plus de 747 000 dossiers régularisés    Tebboune bannit les lettres de dénonciation anonymes    Sauvetage de 19 harragas près des îles Habibas    Plus de 80 ha de chêne vert consumés près de Tikjda    Une reprise avec une maîtrise des flux d'étudiants    Abdelmadjid Merdaci n'est plus    3 animateurs des cafés littéraires interpellés puis relâchés    Epidémie : annulation de la Fiac 2020, principal rendez-vous du monde de l'art à Paris    Office national des droits d'auteur (ONDA) : Transparence dans la gestion    Ce que prévoit le projet de rénovation    Le recrutement d'Abdelhafid fait jaser    "Je suis soulagé !"    CRB : Aïboud contrôlé positif à la Covid-19    Egypte : Belaïli en route vers Al Ahly du Caire    Abdelaziz Medjahed installé à la tête de l'Inesg    Marches à Djaâfra et à Ras El-Oued    Sept morts dans deux attaques    3300 habitations démolies en six ans par Israël    Erdogan prêt à rencontrer le Premier ministre grec    Niger : L'EI revendique l'assassinat de 8 personnes    Somalie : Accord pour des élections en 2021    Marche symbolique des hirakistes    La tension monte au sein de l'Opep+    Salon de l'agriculture et des industries agroalimentaires : La Safex reprend ses activités    Pour la solidarité avec le peuple algérien et la libération des détenus du Hirak    L'auteur Youcef Laichi Mimoun grand lauréat    "Confilmés", la résistance par l'image    Evénement musical. La rentrée en Nouba : Lila Borsali se digitalise    Agression et trouble à l'ordre public, les auteurs sous mandat de dépôt    Une stratégie de promotion du recyclage en cours de développement: Près de 2 tonnes de déchets en plastique collectées par jour par les CET    Les 4 samedis    Israël : le «pacte d'Abraham» et la trahison des émirs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Suppression de la règle 51/49: Le débat est lancé
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 16 - 09 - 2019

L'avant-projet de la loi de finances 2020, présenté mercredi dernier en Conseil du gouvernement, propose la levée des restrictions prévues dans le cadre de la règle 51/49 % applicable aux investissements étrangers en Algérie pour les secteurs non stratégiques. Pour l'économiste Abdelhak Lamiri, la suppression de cette règle instituée en 2009 est «une bonne chose», estimant, lors de son passage hier à la chaîne 3 de la radio nationale, qu'elle doit donner lieu à des «mesures d'accompagnement pour avoir une attractivité de l'investissement». L'Algérie doit, de plus, selon cet économiste, moderniser les administrations et les banques mais aussi développer les ressources humaines.
Il appelle aussi à des réformes structurelles pour améliorer le climat des affaires et attirer les investisseurs étrangers. «L'Algérie, relève-t-il, n'attire qu'un milliard de dollars en terme d'investissement étranger, alors que le Maroc en capture 2,5 milliards de dollars et que l'Egypte, qui n'a pas d'économie florissante, attire plus de 7 milliards de dollars d'IDE», explique-t-il. Si l'économiste est en faveur de cette démarche, l'Association générale des entrepreneurs algériens (AGEA) a souligné, quant à elle, son opposition à cette suppression qu'elle combattra, demandant la tenue, dans les plus brefs délais, d'une réunion tripartite afin d'arriver à de véritables solutions à même de sortir le pays de cette situation de crise financière, au lieu de «se focaliser sur les intérêts des entreprises étrangères». Pour l'AGEA, le maintien de cette règle ne peut qu'être bénéfique aux entreprises nationales, «à l'image des secteurs du BTPH, de la fabrication des matériaux de construction, les services et l'électronique» qui restent «faibles», assurant que cette décision «représente une menace pour les entreprises privées et pour l'économie nationale».
Selon le communiqué des services du Premier ministre, la décision d'annuler la règle 51/49 a pour objectif d'attirer l'investissement étranger et d'améliorer le climat des affaires. Cette règle, rappelons-le, avait été instaurée en vertu de la loi de finances pour l'année 2009 pour fixer les parts de participation d'un investisseur étranger dans une société de droit algérien à hauteur de 49% contre 51% du capital social pour l'investisseur local. En 2016, cette règle a été retirée du code de l'investissement pour être encadrée par les lois de finances successives. Dans l'esprit du gouvernement, cette abolition de la règle devra booster les IDE (Investissements directs étrangers) qui étaient de l'ordre de 1,5 milliard de dollars en 2018, soutenus par l'investissement dans les secteurs pétro-gazier et l'automobile, selon un rapport de la CNUCED.
Par ailleurs, Abdelhak Lamiri a tiré la sonnette d'alarme quant au pouvoir d'achat des Algériens qui va, chaque année, perdre 1,5% de sa valeur, qualifiant la situation sociale de «très complexe». L'économiste a appelé à des mesures d'urgence pour freiner cette érosion du pouvoir d'achat, en attendant, dit-il, la mise en place d'une «stratégie globale». Pour l'expert financier, Ferhat Aït Ali, la problématique du pouvoir d'achat est «directement liée aux revenus en valeur courante et à leur mauvaise répartition et non pas à la valeur du dinar uniquement ou la disponibilité des produits», mettant en cause les disparités salariales enregistrées en Algérie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.