Oran: plus de 90 exposants à la 16e édition du salon Batiwest    La liste des 23 joueurs locaux pour le match face au Maroc    Syrie: la Turquie accuse les milices kurdes d'avoir "délibérément relâché" des terroristes    LUTTE CONTRE LA CORRUPTION : Assouplissement du Code de procédures pénales    COUPURE D'INTERNET AU NIVEAU DU VFS GLOBAL : L'Autorité de régulation réagit    Le projet de loi sur les hydrocarbures: un cadre juridique en faveur de l'investissement    Appel à doubler d'efforts pour promouvoir la coopération parlementaire entre les pays de l'OCI    Un ancien ministre marocain recadré à cause de l'Algérie    Tribunal de Sidi M'hamed : Prolongation de la détention provisoire de six porteurs du drapeau amazigh    GHARDAIA : Des étudiants en architecture de Stuttgart achèvent une visite d'étude    Oran: accostage d'un navire de croisière avec à son bord 641 touristes    Gaid Salah en visite de travail mardi au Commandement des Forces Navales    Judo/Mondiaux 2019 des vétérans: l'Algérienne Houria Hammour en or    Lutte contre les infections nosocomiales à Tizi-Ouzou: manque d'information et disparité entre les secteurs public et privé    Prise d'otages en cours à Tabia (Sidi Bel Abbès)    Présidentielle en Tunisie : l'universitaire Kais Saied large vainqueur devant Nabil Karoui    Pour un moratoire sur les lois relatives aux secteurs sensibles    Trois manifestants relaxés à Sidi Bel-Abbès    Que décidera la CD/LFP ?    Les joueurs, en grève, décident de boycotter toutes les compétitions    Algérie-France discuté mardi à Lille    L'Algérie ne s'est pas encore prononcée    Retrait de 1 000 soldats américains du nord de la Syrie    «Une détection précoce pour soigner et surtout limiter les séquelles liées aux traitements»    Des citoyens du village socialiste Guelta Zerga ferment la RN8    Réalisation et équipement en urgence des structures dans le Sud    Merkel somme Erdogan d'arrêter son agression    Des civils exécutés par des milices à la solde d'Ankara    Soirée cinéma avec le film "Ici, on noie les Algériens"    "Visages d'Algérie", exposée à Chambéry    La DG de la radio exige des résumés des émissions    Musique symphonique-festival: Belles prestations des ensembles de Tchéquie, d'Egypte et de France    ACTUCULT    Election présidentielle : Sortie de crise ou confirmation de l'impasse ?    Pas d'activités politiques pour les militaires à la retraite    CR Belouizdad : Le Chabab s'empare du fauteuil de leader    MC Oran : Montagnes russes pour El Hamri    CA Bordj Bou Arréridj : Le contrat de Chaouchi résilié    Deux morts sur les routes en 48 heures    Visas Schengen: Le centre VFS Global d'Alger privé d'Internet    Rassemblement près de l'APN: Mobilisation contre la loi sur les hydrocarbures    Alger: Le wali suspend les maires de Beni Messous et de Gué de Constantine    Ebola en RDC: Le deuxième vaccin testé dans certains quartiers de Goma    Investissement : Le FCE soutient fortement la révision de la règle 51/49    Situation en Syrie: L'Algérie réitère son refus "catégorique" de l'atteinte à la souveraineté des Etats    Algérie/Nigeria : Le président nigérian appelle à une coopération énergétique accrue avec l'Algérie    34e Festival du cinéma " Entrevues de Belfort " : Les films "Abou Leila" et "143 rue du désert" en compétition    Le quitus du Conseil des ministres    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Suppression de la règle 51/49: Le débat est lancé
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 16 - 09 - 2019

L'avant-projet de la loi de finances 2020, présenté mercredi dernier en Conseil du gouvernement, propose la levée des restrictions prévues dans le cadre de la règle 51/49 % applicable aux investissements étrangers en Algérie pour les secteurs non stratégiques. Pour l'économiste Abdelhak Lamiri, la suppression de cette règle instituée en 2009 est «une bonne chose», estimant, lors de son passage hier à la chaîne 3 de la radio nationale, qu'elle doit donner lieu à des «mesures d'accompagnement pour avoir une attractivité de l'investissement». L'Algérie doit, de plus, selon cet économiste, moderniser les administrations et les banques mais aussi développer les ressources humaines.
Il appelle aussi à des réformes structurelles pour améliorer le climat des affaires et attirer les investisseurs étrangers. «L'Algérie, relève-t-il, n'attire qu'un milliard de dollars en terme d'investissement étranger, alors que le Maroc en capture 2,5 milliards de dollars et que l'Egypte, qui n'a pas d'économie florissante, attire plus de 7 milliards de dollars d'IDE», explique-t-il. Si l'économiste est en faveur de cette démarche, l'Association générale des entrepreneurs algériens (AGEA) a souligné, quant à elle, son opposition à cette suppression qu'elle combattra, demandant la tenue, dans les plus brefs délais, d'une réunion tripartite afin d'arriver à de véritables solutions à même de sortir le pays de cette situation de crise financière, au lieu de «se focaliser sur les intérêts des entreprises étrangères». Pour l'AGEA, le maintien de cette règle ne peut qu'être bénéfique aux entreprises nationales, «à l'image des secteurs du BTPH, de la fabrication des matériaux de construction, les services et l'électronique» qui restent «faibles», assurant que cette décision «représente une menace pour les entreprises privées et pour l'économie nationale».
Selon le communiqué des services du Premier ministre, la décision d'annuler la règle 51/49 a pour objectif d'attirer l'investissement étranger et d'améliorer le climat des affaires. Cette règle, rappelons-le, avait été instaurée en vertu de la loi de finances pour l'année 2009 pour fixer les parts de participation d'un investisseur étranger dans une société de droit algérien à hauteur de 49% contre 51% du capital social pour l'investisseur local. En 2016, cette règle a été retirée du code de l'investissement pour être encadrée par les lois de finances successives. Dans l'esprit du gouvernement, cette abolition de la règle devra booster les IDE (Investissements directs étrangers) qui étaient de l'ordre de 1,5 milliard de dollars en 2018, soutenus par l'investissement dans les secteurs pétro-gazier et l'automobile, selon un rapport de la CNUCED.
Par ailleurs, Abdelhak Lamiri a tiré la sonnette d'alarme quant au pouvoir d'achat des Algériens qui va, chaque année, perdre 1,5% de sa valeur, qualifiant la situation sociale de «très complexe». L'économiste a appelé à des mesures d'urgence pour freiner cette érosion du pouvoir d'achat, en attendant, dit-il, la mise en place d'une «stratégie globale». Pour l'expert financier, Ferhat Aït Ali, la problématique du pouvoir d'achat est «directement liée aux revenus en valeur courante et à leur mauvaise répartition et non pas à la valeur du dinar uniquement ou la disponibilité des produits», mettant en cause les disparités salariales enregistrées en Algérie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.