L'offre d'Arsenal pour Houssem Aouar    Constitution de Tebboune : à qui reviendra le dernier mot ?    Zimbabwe appelle l'ONU à redoubler d'efforts pour mettre fin à l'occupation du Sahara occidental    Le président et le vice-président de transition du Mali ont prêté serment    Foot/ Algérie : le second représentant an Coupe de la Confédération connu le 4 octobre    Fédération algérienne de handball : adoption à l'unanimité des bilans moral et financier    La France a ordonné l'assassinat de Français "pro-FLN" durant la Guerre de libération    Affaire SOVAC : poursuite du procès en appel par les plaidoiries de la défense    Attar: l'augmentation de la production énergétique, une orientation stratégique pour le secteur    Agriculture: un système spécial face à la la spéculation sur le prix du son    Wilaya d'Alger: les rassemblements publics sont soumis à un protocole sanitaire spécial    Céréaliculture: Hamdani appelle la levée des contraintes financières    Massacres du 17 octobre 1961: Une association française demande la reconnaissance du crime    Le document d'amendement de la Constitution insiste sur la protection de la famille    MASCARA : Les travailleurs de l'entreprise ‘'Dahra'' sans salaire depuis 8 mois    Real Madrid: Bale n'a aucun regret    Manchester United: une offre de 98 M€ pour Sancho?    DISTRIBUTION DE 800 LOGEMENTS AADL A TISSEMSILT : Les souscripteurs de la cité Sanawbar enfin soulagés    VALIDATION DE LA QUALITE DE 3 NOUVEAUX MEMBRES DE L'APN : Le rapport de la commission spécialisée validé    ACCUSE DE DETERIORATION DE BIENS PUBLICS A MASCARA : Le professeur Yahiaoui Ahmed acquitté    SIDI BEL ABBES : Le corps sans vie d'un adolescent repêché d'une retenue d'eau    BECHAR : Arrestation d'un charlatan en possession d'une arme à feu    MANIPULATION DE L'IMAGE PAR M6 : L'ARAV exprime sa "totale réprobation"    OUARGLA : Un terroriste se rend aux autorités militaires    DIRECTION DES SERVICES AGRICOLES DE TIARET : Installation de la cellule d'écoute et d'orientation    MOSTAGANEM : Le conseiller du président Tebboune réunit les zaouias    Zeghmati: promulgation prochaine d'un texte de loi contre l'enlèvement    Participation de l'ANP au maintien de la paix : une évolution dictée par le contexte géopolitique    Situation de l'environnement marin :Benharrats tire la sonnette d'alarme    Les problèmes de développement en suspens de nombreuses zones d'ombre réglés    Belhimer: le débat sur la Constitution dénote la conscience du peuple qui suit de près le sujet    La wilaya d'Alger réagit    L'ennemi extérieur est uniquement dans la tête des dirigeants.    Trafic de drogue: ce n'est pas en pointant une Kalashnikov devant ces jeunes……..    Une rentrée scolaire à domicile    Le Bayern remonte sur scène, retour risqué des fans    De lourdes peines pour les frères Kouninef    Belkaroui arrive, Masmoudi prolonge son contrat    Le contrat de Tiboutine résilié    Ce soir-là...    Actucult    Investiture en catimini du président Loukachenko    Des progrès dans les discussions Grèce-Turquie au sein de l'Otan    Alger prend acte    Deux productions algériennes à l'honneur    Appel à contribution pour l'ouvrage "Psychiatrie, Société et Religion"    Commerce: L'Algérie évalue ses accords avec les partenaires étrangers    Poker gagnant pour l'Histoire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LA SANTE ENTRE L'EPICERIE ET LE MOUROIR
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 21 - 10 - 2019

Il est dit que les hôpitaux ont désormais l'exclusivité de la pratique chirurgicale. Même si elle n'a pas encore été confirmée, l'interdiction imposée aux cliniques privées de pratiquer des opérations chirurgicales, avec les commentaires et les avis qu'elle a suggérés, aura au moins le mérite de remettre encore une fois au-devant de la scène le problème de la santé. L'état des lieux n'est pas reluisant et on se demande quel est le génie qui a pris sur lui de tracer un tel nouvel itinéraire pour un secteur déjà mortellement malmené. Cette mise à l'index encore évasive a tout l'air d'être un coup de semonce à l'adresse d'une corporation à tort ou à raison décriée et les accusations vont rarement jusqu'aux causes profondes qui ont totalement gangréné l'une des plateformes névralgiques du pays.
S'il est vrai que la plupart des cliniques privées n'ont plus rien à envier aux épiceries, il est aussi certain que les hôpitaux publics dans leur majorité s'identifient à des mouroirs qui n'offrent plus que l'euthanasie. La science médicale et ceux qui en ont la charge ne sont pas en cause et encore heureux devrions-nous être pour garder encore des médecins et un personnel sains et honorables qui dans leurs pratiques font presque preuve d'un héroïsme confirmé. Les scènes de patients étalés à même le sol des hôpitaux ou le recours obligé au bricolage de bouteilles de plastique suspendues à la tête des malades en lieu et place des sachets conformes pour dispenser du sérum ne prêtent pas à l'hilarité nerveuse mais provoquent des estocades à la raison. On blâme à tort les 15.000 médecins algériens installés en France et les centaines d'autres qui ont préféré affronter ailleurs, la mort dans l'âme, la nostalgie de leur pays plutôt que subir les lourdes inconséquences les corrodant jusqu'aux os.
Le désappointement est alors si lourd que la raison se perd en conjectures pour ne plus savoir pourquoi tous les efforts colossaux financiers prodigués par le Trésor public pour donner un bon sens aux hôpitaux et à la santé ne font au contraire qu'élargir la métastase.
La meilleure manière de rendre exclusive la chirurgie publique serait que les hôpitaux renouent, comme partout ailleurs, avec leurs lettres de noblesse.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.