L'Histoire "jugera" l'Arabie saoudite et la Russie    Le FNDC dénonce des violences après le double scrutin de dimanche    Belfodil partira en finde saison    Le gouvernement précise les conditions de circulation des personnes et des marchandises    Le président Tebboune salue les efforts des professionnels du secteur de la santé    Elan de solidarité avec Bilda, la confinée    Le journaliste Drareni arrêté et transféré dans un poste de police    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Incendie d'un puits à Hassi-Messaoud: le feu complètement circonscrit    GROUPE PHARMACEUTIQUE SAIDAL : Distribution d'un million d'unités de paracétamol à travers le pays    ETABLISSEMENT PUBLIC DE TELEVISION (EPTV) NATIONAL : Lancement d'une sixième chaîne de télévision    Le P-DG d'Algérie Télécom démis de ses fonctions !    LUTTE CONTRE LE CORONAVIRUS EN ALGERIE : Extension de la mesure de confinement partiel à 9 wilayas    CORONAVIRUS EN ALGERIE : 409 cas confirmés dont 26 décès    COVID 19 : Vers le report des Jeux Méditerranéens d'Oran    Sous la pandémie couve le nouveau monde    LES CONTROLES SE POURSUIVENT : SUSPICION DE CORONAVIRUS : Saisie d'importantes quantités de produits alimentaires à Mostaganem    La fin d'un monde    L'économie mondiale est désormais entrée en récession    Barça : De Jong raconte une anecdote sur Abdelhak Nouri    Real Madrid: la Juve relance la piste Marcelo !    Sonelgaz met en œuvre un plan de prévention contre coronavirus    Le chef de file de l'opposition enlevé dans le centre du Mali    Pas de trêve sanitaire en Libye    Covid-19/Sahel: attaques terroristes et conflits,une "trêve sanitaire" au second plan    Covid-19 : L'équipe de virologues chinois arrive cet après-midi à Alger    Coronavirus: Madoui appelle au rapatriement des Algériens établis en Arabie saoudite    Le ministère des Affaires étrangères suit de près la situation des Algériens bloqués à l'étranger    Illustration d'activités gouvernementales: les médias instruits d'"éviter" les archives    Covid-19 : l'APN appelle à faire prévaloir l'esprit d'initiative et de solidarité    Covid-19: Chorfi appelle les citoyens au respect des règles de prévention    Cherki: «Quel club me fait rêver excepté l'OL ? Le Real »    COVID-19: Plus d'un millier de colons marocains quittent le Sahara occidental et retournent dans leur pays    Procès de Karim Tabou: précisions du Parquet général    Automobile : le service après-vente au ralenti    La Cour d'Alger confirme le jugement de première instance    Tabbou : le procès qui fait scandale    Trois leçons pour l'après-corona    Le coronavirus et nous    Pour Karim Tabbou    QUAND LA VIE ET LA MORT SE PRENNENT LE BRAS    Quelques réflexions sur la norme et ses avatars    Exégètes amateurs et autres experts cathodiques : faites-les taire, monsieur Louber (*) !    L'Institut Cervantès assure les cours à distance    L'Onel soutient les populations en confinement    Karim Tabou victime d'un AVC    Ghardaïa: démantèlement d'un réseau de déplacement de migrants clandestins du Sud vers le Nord    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le ministre de la Communication: Pas de soutien financier à la presse écrite en difficulté
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 19 - 02 - 2020

L'activité des médias audiovisuels et électroniques sera soumise prochainement à un «encadrement juridique», a annoncé hier sur les ondes de la Chaîne 3 le ministre de la Communication, Porte-parole du gouvernement, Amar Belhimer, tout en ajoutant que toutes les chaînes privées de télévision en activité «seront de droit algérien» et seront transmises sur le satellite algérien Alcomsat 1.
«Les médias audiovisuels et électroniques seront prochainement encadrés juridiquement car ils sont déjà agréés. Le problème c'est que ces médias évoluaient dans un secteur de non-droit car le mode de gouvernance a fait très peu cas de la place du droit comme mode de régulation (...) le droit de la force et non la force du droit qui a prévalu (...) Nous allons faire rentrer dans la matrice juridique un certain nombre d'activités, comme celles relatives à l'audiovisuel qui obéissent à des droits étrangers en ce moment et qui sont portées par des organes de transmission étrangers. Parallèlement, nous allons encadrer également l'activité de la presse électronique qui réunit pour le moment quelque 150 sites électroniques. Nous leur avons donné l'autorisation d'exercer leurs activités en attendant de les encadrer juridiquement à partir de la semaine prochaine», affirme le ministre qui a tenu à préciser qu'« aucun site électronique n'est bloqué ».
Abordant la liberté de la presse en Algérie, le ministre plaide pour une «responsabilisation» du métier de journaliste. « Je prône comme cadre commun d'exercice du métier de journaliste, une matrice qui repose sur l'équation liberté-responsabilité», a déclaré Belhimer tout en soulignant que celle équation «mettra en harmonie une liberté totale avec abolition du système d'agrément». Le ministre insiste toutefois : «un système de responsabilité qui encadre l'exercice de cette liberté» laquelle doit «respecter le droit à l'image d'autrui, l'honneur et la vie privé des personnes». Selon Belhimer, la matrice qu'il défend «repose aussi sur un certain nombre de valeurs partagées relatives à l'éthique et la déontologie, ainsi qu'à l'autorégulation et la régulation de la profession». À propos de la presse écrite, le ministre révèle qu'« il n'y a pas une seule entreprise de presse, publique ou privée, qui soit viable», ajoutant que «toutes les entreprises rencontrent aujourd'hui des difficultés, dont celle de s'adapter à des mutations technologiques». A une question sur une éventuelle aide de l'Etat pour les journaux en difficulté, le ministre était clair : «pour l'instant il n'y a aucun outil financier pour soutenir la presse papier en difficulté puisque le fonds de soutien à la presse n'est plus alimenté depuis 2015 (...) Les moyens de soutien disponibles en ce moment se limitent aux dettes auprès des imprimeries, la publicité d'Etat, et les maisons de la presse qui mettent des locaux à la disposition des titres de la presse dans différentes wilayas du pays». Concernant les moyens de préserver les droits des journalistes, il a signalé la nécessité de la mise en place «d'associations et de syndicats représentatifs, actifs, puissants et unitaires, qui valorisent le bon exercice du métier». Le ministre a par ailleurs appelé au renforcement du lien entre une mobilisation sociale et populaire permanente avec la représentation politique. Le changement «c'est la rupture avec un état de fait qu'il faut évaluer préalablement », a-t-il déclaré sur les ondes de la radio Chaîne 3. Le plan du gouvernement, selon lui, est venu pour sortir le pays de ce «champ de mines et de ruines ».
Sur le plan politique, Belhimer estime que «l'Etat algérien était dans un état de délabrement total et heureusement que le Hirak béni a pris conscience de l'état d'effondrement avancé des institutions de la République». Le ministre soutient que le soulèvement populaire est le fruit d'une « crise d'un modèle de représentation déjà précaire » qui caractérise l'Etat. « Précaire, parce qu'il remonte à la Constitution de 1989, secouée par plusieurs crises et parce que plus récemment encore, ce modèle [de représentation politique] est aggravé par un double facteur : une allégeance de type féodal... et l'intrusion de l'argent sale sur la scène politique ».
Le ministre plaide pour un raffermissement du « lien entre une mobilisation sociale et populaire permanente avec la représentation politique». «Si vous ne changez pas de mode de gouvernance, il ne sert à rien d'emprunter ou d'injecter de l'argent», dit-il. C'est pour cela que « le plan d'action du gouvernement place l'équation politique au premier rang des chantiers ouverts », affirme l'invité de la radio qui explique que «la crise en Algérie est d'essence politique avant d'être économique et financière ». Selon Belhimer, la démarche du gouvernement vise « à réhabiliter les institutions de l'Etat, fortement menacées par 20 ans de gabegie », en insistant, particulièrement, sur la nécessité de « renouer avec le système de suffrage universel et de couper la relation entre l'argent et l'exercice du pouvoir ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.