Constitution: Une large révision de lois essentielles en perspective    Le délai de dépôt des comptes sociaux prorogé au 30 novembre    Investissement: «L'instabilité législative, une entrave majeure»    Energies renouvelables: Des réformes sont nécessaires    Le syndrome libanais    Deux ou trois réflexions après l'attaque au couteau de Paris    Compétitions sportives: Tebboune ordonne la reprise    Football à l'Ouest: Les clubs dans un labyrinthe    Hormis les pneumologues, les réanimateurs et les généralistes: Les médecins spécialistes affectés à l'hôpital de Haï Nedjma rejoignent l'EHU    Skikda: 40 conteneurs de carburant saisis, l'exportateur écroué    Laghouat: Deux morts et un blessé dans un carambolage    HUMEURS PREFABRIQUEES    Bekkat Berkani s'exprime à nouveau    Yasmine Moussous, 1re Algérienne à recevoir une dose    Alger et Tunis attachés à la solution politique    Koweït: le prince héritier Nawaf al-Ahmad al-Sabah nommé nouvel émir    Inondations: l'Algérie octroie un don de 500 tentes au Niger    Nécessité d'accompagner le renouveau des arts de l'oralité    Journée mondiale contre la rage: vers l'élimination des décès d'ici à 2030    Real Madrid: Jovic vers la Serie A ?    El Guergarat : la MAP attribue une fausse déclaration au SG de l'ONU    Covid-19: 155 nouveaux cas, 101 guérisons et 7 décès    La commission des affaires juridiques examine la demande du ministre de la Justice    Référendum sur la Constitution : l'ANIE fixe les critères de la campagne électorale    CONSEIL DE LA NATION : Zeghmati présente le projet de Code de procédure pénale    Benabdi, nouvelle recrue    Guemroud signe pour 2 ans au CSC    PSG : Thiago Silva allume Unai Emery    Barcelone : Koeman aurait un plan pour recruter une pépite de Guardiola !    Tassili Airlines dément le prétendu accident de l'un des ses avions    "Les émirats ont fait pression concernant l'emblème amazigh"    Larbi Ouanoughi a fait long feu    Guerre ouverte entre l'Arménie et l'Azerbaidjan    Six nouveaux Saoudiens inculpés en Turquie    «Notre rôle est de prévenir et combattre la corruption»    Un nouveau médicament biosimilaire fabriqué en Algérie    Les robes noires en grève à partir de demain    «Le projet de Constitution profite aux laïcs»    Un faux «cadre supérieur» neutralisé    Scénarios possibles et choix difficile    Le député démissionnaire de Béjaïa, Khaled Tazaghart, condamné à un an de prison ferme    Ces détenus oubliés du hirak    Réalités du présumé différend arabo-berbère (3e partie et fin)    Des voix s'élèvent pour naturaliser le héros algérien    Entre "amour divin" et détermination de femmes sahraouies    "Réalisations dans le théâtre algérien : questionnements, réflexions et enjeu"    FUITE EN AVANT    «Loukan», le mot-clé de la réussite    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





CHEQUES ET LIQUIDITES
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 03 - 08 - 2020

Des mesures répétées et continuelles sont prises par les autorités pour tenter de régler le problème du manque de liquidités financières qui s'installe dans la durée. En fait, ce manque n'en est pas un car il n'est seulement décelé avec flagrance que dans le circuit officiel des banques et des agences postales, ces liquidités s'étant résolues à ne circuler que dans l'économie informelle. L'Algérie est probablement l'un des rares pays où l'argent a la préférence de la pesée en kilos et qui a tourné le dos à la légalité de l'échange monétaire pour différentes raisons. Les unes tenables ayant trait au profil et au fonctionnement actuels des organismes financiers où c'est le client avec son propre argent qui est soumis au bon vouloir et à l'humeur des guichets et des comptoirs bancaires et non le contraire, quelques autres par voie de multiples conséquences relèvent de la perception ancrée chez les détenteurs d'argent vis-à-vis de la situation politique et sociale déplorable de plusieurs décennies. Dès lors on a la nette impression que les banques comme les postes ne seraient mises qu'à la disposition du circuit formel aujourd'hui réduit mettant à forte contribution le Trésor public.
On a tendance ces derniers temps à vouloir emprunter la voie de la finance islamique avec peut-être juste raison et des données tangibles mais ne s'en tenir qu'à emprunter ce chemin serait occulter la réalité profonde d'un état des lieux où d'importantes discordances sont liées.
Le circuit bancaire reste empirique et les immenses failles mises à nu aujourd'hui par les tribunaux sont venues dans une mauvaise rescousse ternir sa représentation pour signifier au contribuable que c'est l'Etat et sa gouvernance qui ont été la cause d'un disfonctionnement délétère non propice à un engagement citoyen. Des tentatives correctives avaient été initiées par le passé en imposant la pratique obligatoire du paiement par chèque à partir de certaines sommes mais à plusieurs fois revues et corrigées sous la pression d'hésitations dont les tenants n'ont été que de timides appels du pied avec des résultats qui se sont avérés caducs.
S'il est inconditionnel de se rabattre sur la monétique informatique généralisée, il est d'abord impératif de mieux maîtriser et rendre performant l'Internet tant il est certain que le retard enregistré dans ce domaine est effarant.
Il restera l'essentiel : le retour de la confiance en ses dirigeants des détenteurs des bas de laine et la mise à terme des tribulations à l'ombre des billets de banque.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.