Constitution: Une large révision de lois essentielles en perspective    Le délai de dépôt des comptes sociaux prorogé au 30 novembre    Investissement: «L'instabilité législative, une entrave majeure»    Energies renouvelables: Des réformes sont nécessaires    Le syndrome libanais    Deux ou trois réflexions après l'attaque au couteau de Paris    Compétitions sportives: Tebboune ordonne la reprise    Football à l'Ouest: Les clubs dans un labyrinthe    Hormis les pneumologues, les réanimateurs et les généralistes: Les médecins spécialistes affectés à l'hôpital de Haï Nedjma rejoignent l'EHU    Skikda: 40 conteneurs de carburant saisis, l'exportateur écroué    Laghouat: Deux morts et un blessé dans un carambolage    HUMEURS PREFABRIQUEES    Bekkat Berkani s'exprime à nouveau    Yasmine Moussous, 1re Algérienne à recevoir une dose    Alger et Tunis attachés à la solution politique    Koweït: le prince héritier Nawaf al-Ahmad al-Sabah nommé nouvel émir    Inondations: l'Algérie octroie un don de 500 tentes au Niger    Nécessité d'accompagner le renouveau des arts de l'oralité    Journée mondiale contre la rage: vers l'élimination des décès d'ici à 2030    Real Madrid: Jovic vers la Serie A ?    El Guergarat : la MAP attribue une fausse déclaration au SG de l'ONU    Covid-19: 155 nouveaux cas, 101 guérisons et 7 décès    La commission des affaires juridiques examine la demande du ministre de la Justice    Référendum sur la Constitution : l'ANIE fixe les critères de la campagne électorale    CONSEIL DE LA NATION : Zeghmati présente le projet de Code de procédure pénale    Benabdi, nouvelle recrue    Guemroud signe pour 2 ans au CSC    PSG : Thiago Silva allume Unai Emery    Barcelone : Koeman aurait un plan pour recruter une pépite de Guardiola !    Tassili Airlines dément le prétendu accident de l'un des ses avions    "Les émirats ont fait pression concernant l'emblème amazigh"    Larbi Ouanoughi a fait long feu    Guerre ouverte entre l'Arménie et l'Azerbaidjan    Six nouveaux Saoudiens inculpés en Turquie    «Notre rôle est de prévenir et combattre la corruption»    Un nouveau médicament biosimilaire fabriqué en Algérie    Les robes noires en grève à partir de demain    «Le projet de Constitution profite aux laïcs»    Un faux «cadre supérieur» neutralisé    Scénarios possibles et choix difficile    Le député démissionnaire de Béjaïa, Khaled Tazaghart, condamné à un an de prison ferme    Ces détenus oubliés du hirak    Réalités du présumé différend arabo-berbère (3e partie et fin)    Des voix s'élèvent pour naturaliser le héros algérien    Entre "amour divin" et détermination de femmes sahraouies    "Réalisations dans le théâtre algérien : questionnements, réflexions et enjeu"    FUITE EN AVANT    «Loukan», le mot-clé de la réussite    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crise financière: Une question d'argent !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 03 - 08 - 2020

«Pour nous, c'est une énigme parce que pour que l'Etat donne de l'argent, il faut qu'il ait des ressources, des rentrées financières, c'est comme un travailleur qui attend son salaire ».
La réplique est de banquiers publics et privés à une question sur comment le gouvernement pourra-t-il mettre en œuvre les mesures décidées par le président de la République, qui consistent en le paiement mensuel de 10 000 DA aux personnes dont le pouvoir d'achat est impacté par les incidences de la crise sanitaire, la suppression de certaines taxes sur les salaires de 30 000 DA et moins et autres comme l'octroi de 30 000 DA aux travailleurs libéraux (chauffeurs de taxis, coiffeurs...). Ils demandent comment le gouvernement a-t-il pu recenser les bénéficiaires des 10 000 DA en l'absence d'instruments fiables de statistiques dignes de ce nom et d'enquêtes techniques sérieuses, pour que cette aide ne parte pas là où il ne faut pas ? Quel circuit s'est-il tracé pour les toucher et pour pouvoir parler de première et de deuxième tranche ?!? » Ils évoquent ce problème de la même manière que celui lié à l'argent informel. « Personne ne sait exactement le poids de la masse monétaire qui tourne en dehors des circuits bancaires, comment peut-on le savoir alors qu'on n'arrive même pas à recenser de manière exacte ceux qui doivent bénéficier de l'aide de l'Etat ?! ». Ils notent d'ailleurs qu'« on ne sait pas combien ces dépenses reviennent-elles à l'Etat et coûtent-elles au Trésor public, tout semble être fait pour mettre plein les yeux à l'opinion publique mais les comptes financiers sont bien plus difficiles à faire ». Il est fait état de la difficulté de « recenser les travailleurs au noir, ceux qui ne déclarent pas leurs employés, si le discours politique ne s'accorde pas à la réalité, l'Etat va entamer sa crédibilité parce que les crises sont déclenchées les unes après les autres, et comme la crise sanitaire est mondiale, elle entrave les initiatives les plus simples (....) ». A moins, pensent nos interlocuteurs « qu'on a de l'argent et on ne le sait pas, parce que l'équation est simple, pour payer quelque chose, il faut avoir de l'argent». Ils notent que «la majorité des entreprises sont à l'arrêt, soit par manque de plans de charge, de matières premières pour cause de fermetures des frontières, d'autres parce que leurs patrons sont en prison, des PME-PMI mort-nées pour causes de difficultés économiques et financières (...) ».
«Il faut faire redémarrer les entreprises fermées !»
Ils estiment que «l'activité économique avait déjà diminué au temps du hirak et les plus grosses pertes financières sont engendrées par la chute du prix du cours du pétrole qui empêche l'Etat d'engager des dépenses d'investissements parce qu'il vend son pétrole à bas pris pour n'engranger que très peu de rentrées fiscales ». Non seulement disent-ils « il y a une forte baisse de la fiscalité pétrolière mais l'Etat a décidé de retarder le paiement des impôts à cause de la crise sanitaire ». Question évidente « comment l'Etat peut-il dans ces cas-là équilibrer entre le peu de ressources financières qu'il détient et ses dépenses qui augmentent ? », interrogent nos sources. Leur autre interrogation presque au même moment est « comment va s'arranger le président pour ramener l'argent qu'il dit savoir où trouver ? » Il s'agit pour eux, « de l'argent dilapidé, bien sûr mais ça a pris beaucoup de temps, une année c'est trop pour décider de récupérer celui ici en Algérie, si les comptes ont bien été faits et qu'il existe vraiment, il a dû depuis changer de circuit, de main et de domiciliation, l'argent disparaît vite vers d'autres destinations, alors celui à l'étranger, il est inutile d'y penser, il fallait le négocier tout à fait au début de l'arrestation de ses « détenteurs ». Le plus urgent à faire, selon ces banquiers est de « faire redémarrer les entreprises fermées, il faut absolument éviter ce qui a été fait à Tonic Emballages comme destruction alors qu'il utilisait la point des technologies, c'est un véritable gâchis pour une économie qui cherche à remplacer la rente pétrolière par des activités productrices de richesses ». Nos sources abordent l'autre problème explosif « le manque de liquidités qui poussent des retraités à pleurer de détresse devant les bureaux de poste submergés par les files d'attente ». L'un des banquiers rappelle que « durant les années 90, on a beaucoup travaillé pour ne plus recourir à la monnaie Banque Centrale (monnaie fiduciaire) et la remplacer par la monnaie scripturale, depuis le temps que les établissements bancaires auraient utilisé le jeu d'écriture, ça aurait fait éviter de nombreux problèmes à l'économie, on aurait évité aussi ce genre de situation qui impacte les retraités les plus vulnérables (...) ».
Le poids de la centralisation et de la bureaucratie
Il rappelle que «chaque année, à chaque fête, ils vivent le même calvaire à cause du manque de liquidités, c'est dramatique». Nos interlocuteurs des banques privées nous renseignent qu'«il y a quelques années, certains d'entre nous ont fait convoyer des fonds vers les bureaux de poste de banlieues algéroises pour renflouer leurs caisses, mais le gouvernement a toujours refusé que ça continue de se faire alors que c'est ce genre de coopération et d'entente qu'on doit encourager».
Les banquiers dénoncent la lourdeur des procédures « pour lancer un certain nombre de services monétiques, pour régler un problème de carte bancaire, pour maintenir des DAB en service, sans compter que les banques publiques ne sont pas outillées pour en faire un instrument de paiement « populaire »». Incompétence ? Manque de volonté politique ? « Non, répondent-ils, c'est bloquer pour bloquer, des banques privées ont essayé de développer la monétique comme c'est fait ailleurs mais la bureaucratie les en a empêchées ». Certains ont, selon eux, proposé l'utilisation du téléphone mobile comme « terminal de paiement ». Ils expliquent « tout le monde a un téléphone en main, certains pays africains sont arrivés à le faire accepter comme moyen de paiement « électronique » par leurs populations, c'est simple mais chez nous on n'a pas pu le faire ! Il faut juste avoir un peu de bon sens ! » C'est, avoue-t-on « tout un système qu'il faut changer, un système qui doit en premier casser la centralisation des tâches et permettre aux initiatives de se libérer sans brandir le retour de bâton, sans menaces de sanctions (....) ». Interrogés sur l'efficacité des produits de la finance islamique, nos interlocuteurs répondent « ils ne sont pas nouveaux, ils existent chez nous depuis longtemps mais ne règlent pas toutes les crises ». Ils demandent alors « pourquoi en faire une question politique ?!? »
Ils sont unanimes à soutenir que « pour développer les systèmes modernes de paiement, il faut des compétences, des vraies et un plan clair ». Ils exhortent le président de la République à «faire appel aux anciens cadres des finances et du plan, ils sont tous à la retraite et n'attendent rien de personne mais ils ont des idées à donner, il faut les solliciter, leur permettre de s'organiser en think-thank, ils serviront d'éclaireurs, de lanceurs d'alerte, il faut leur donner la parole et leur permettre de donner leur avis, il faut éviter de les museler comme ça été le cas depuis les années 70, ces cadres à l'expérience reconnue pourront mettre au point des plans précis pour en premier arrêter l'hémorragie, le pays doit comptabiliser le peu de ressources qu'il a pour pouvoir les utiliser à bon escient ». Les banquiers reprochent par ailleurs à l'Etat la création en ces temps de crises, d'institutions et d'agences de recherche, de coopération internationale... « Si les objectifs sont nobles, si le pays en a tant besoin, ces institutions sont budgétivores, la conjoncture s'y prête mal parce qu'il n'a pas de moyens pour leur permettre de se déployer à travers le monde, alors à quoi il sert de les créer maintenant ? »
A toutes ces questions, celle cruciale s'impose «sur quelles hypothèses a tablé le président de la République pour affirmer que l'Algérie ne va recourir ni à l'endettement extérieur ni à la planche à billets ». Si pour la première option, les banquiers acquiescent, ils sont moins sûrs pour la seconde. «La planche à billets n'est pas du tout à exclure, si elle n'a pas été déjà mise en marche ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.