La liste s'allonge au fil des jours    Les contrôles seront renforcés au niveau des établissements pharmaceutiques    Une édition amputée de la participation étrangère    Nicolas Sarkozy condamné à trois ans de prison    Un front contre la normalisation avec l'Etat d'Israël    Le CRB, le MCA, l'ESS et la JSK exempts du tour préliminaire    Dernière ligne droite pour les Verts    Cap sur Omdourman    Un corps sans vie retrouvé au bord d'une falaise de la plage Cap Rousseau    Fermeture de la route menant au siège de la Wilaya    «La sécurité et la stabilité d'abord...»    Le danger de la polarisation    Le principal opposant retire sa candidature    Euro-Med Monitor exprime sa profonde inquiétude    Une exposition plurielle sur l'Algérie à Marseille    Des associations s'opposent au contrôle d'identité au faciès    La parabole fraternelle de Robert Namia    Les soupçons de Tebboune    Forte hausse des fonds circulant hors banques    Priorité à la production nationale    4 décès et 163 nouveaux cas    L'avenir de Zemmamouche en question    ESS-Orlando Pirates au Ghana    CAF : Ahmad Ahmad sera fixé sur son sort aujourd'hui    FAF-SAS : Audience au TAS le 4 mars    Algérie Télécom à El Tarf : Les clients toujours insatisfaits    Marasme social à Souk Ahras : Chômage, droits bafoués et grogne syndicale    Le confinement partiel prorogé dans 19 wilayas    Les instructions de Tebboune    Le ministre ordonne sa fermeture    «Le rapport Stora a été mal compris»    Lecture scénique des "Filles de Bernarda" au TNA    "Les œuvres inachevées sont celles qui aboutissent le mieux"    Aïn Témouchent : Concours de photo : le niveau s'améliore    Exposition de peinture de l'artiste Hakim Tounsi à la villa Abdellatif à Alger : De la magie et de l'émotion à profusion    32e anniversaire de la disparition de Dda Lmulud : L'apport de Mammeri à la préservation de la poésie populaire    Nécessité d'intensifier l'activité culturelle dans toutes les communes du pays    Ce nuage rouge sang entre l'Algérie et la France    Accord de libre-échange UE/Maroc: La Cour de justice de l'UE examine le recours du Polisario    Du verbiage et des actes    Bouira - Monoxyde de carbone : 4 personnes secourues    L'étude de près de 50.000 demandes de logement se poursuit: Plus de 16.000 dossiers étudiés et 5.129 rejetés par les commissions    Le discours officiel à l'épreuve    Tiaret: Le théâtre s'éveille    Président Tebboune: "les revendications du Hirak populaire authentique satisfaites pour la plupart"    Président Tebboune: l'ANP a atteint un niveau de professionnalisme qui la tient à l'écart de la politique    Président Tebboune: Des sites web d'un pays voisin à l'origine des rumeurs sur mon état de santé    La Seaal annonce des coupures dans plusieurs communes d'Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LOURDE CHARGE
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 17 - 01 - 2021

Face aux inimaginables secousses judiciaires vécues actuellement, on aura tort de rester focalisé sur les agissements immoraux de quelques anciens hauts responsables politiques. La conjoncture a fait qu'ils soient pris la main dans le sac et l'erreur serait de croire qu'ils sont auteurs inconscients de comportements isolés. Ils se sont bien investis en connaissance de cause dans des procédés patrilinéaires établis par la conviction que l'Algérie leur appartenait. Le sens de la responsabilité était ainsi dessiné pour que les particulières orgies dont ils sont coupables fussent naturellement autorisées.
Il serait aussi trop simple de ne s'en tenir qu'à cette malheureuse histoire de lingots d'or car d'autres affaires plus graves restent dans l'ombre car l'accaparement des richesses indues est beaucoup plus varié. Ouyahia est tout sauf un déluré pour penser qu'il se soit aventuré dans des révélations assommantes derrière lesquelles il a tenté d'inciter à l'ouverture d'une boîte de Pandore pour que la justice et l'opinion publique découvrent ce qui est encore tu. On doit reconnaître à l'homme un minimum d'intelligence pour déduire qu'il avait un message à faire passer.
De fait, il n'avait pas besoin d'en dire plus, car l'assourdissant étalage des pirateries exposées aujourd'hui devant les tribunaux renvoie à plusieurs décennies de gouvernances et aux vilains artifices avec lesquels elles étaient largement régies. La variété des entorses est fantasmagorique. Elle va de la gestion de l'immobilier de l'Etat aux nominations souterraines des responsables étatiques pour que le tréfilage économique et politique aboutisse à une razzia sur les lingots d'or. Au départ décider de la vénération du dinar symbolique permettait d'ouvrir toutes les portes et la philosophie détournée des monopoles offrait le tissage le plus lourd des procédés secrets. Depuis l'indépendance du pays, même les crises passées permettaient la mouvance intéressée pour laisser à certains la voie libre et dégagée pour leur manigance et leur cupidité.
La charge est trop lourde pour croire que les seuls tribunaux pourraient la porter sur leurs dos.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.