Le processus de paix au Sahara occidental n'a pas atteint ses objectifs à cause des alliés du Maroc    Covid-19 : aménagement de l'horaire de confinement partiel à domicile dans 9 wilayas    "La majorité" des contrôleurs de commerce sont sur le terrain en dépit de la grève    Législatives du 12 juin : Les délais pour le dépôt des dossiers de candidatures prorogés    Décès de la militante Annie Steiner : Zitouni présente ses condoléances à sa famille    Coronavirus: 189 nouveaux cas, 135 guérisons et 9 décès    Tribunal Sidi M'hamed: Saïd Djabelkhir condamné à 3 ans de prison ferme pour offense à l'Islam    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Que faire pour réguler le marché ?    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    La JSK y est presque, l'ESS rate le coche    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    «Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    Grandiose marche nocturne à Akbou    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    15 quintaux de kif marocain saisis    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    Brèves    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Qui veut canarder les ambulances ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 28 - 02 - 2021

Sous les cieux de l'Algérie nouvelle, l'on continue, encore et toujours, à s'interroger s'il faut continuer à se nourrir pour vivre ou simplement vivre pour boustifailler en circuit fermé, la bouche béante, en attendant le dernier voyage de la vie éphémère vers le monde immortel du trépas. Sinon, comment chasser de nos esprits tourmentés, cette peur « atavique » de se retrouver comme ce pêcheur chargé de faire traverser, d'une rive à une autre, un loup affamé, avec à ses côtés immédiats un mouton effarouché, et une botte de foin, sachant que sa felouque vermoulue n'est capable de supporter le poids que d'un seul « passager »? Ceci pour interroger les médiums « non diplômés » et savoir jusqu'à quelle(s) limite(s) tolérable(s) le pays va-t-il arriver pour appendre, enfin, à se parler à lui-même, et pas par le truchement de quelque « ONG-machin», toujours prompte à « canarder » les ambulances avant de penser à évacuer les blessés ?
Dans une sorte de dangereuse jonction, de plus en plus insupportable, d'événements où se mêlent le préfabriqué, le cousu de fil blanc, le mauvais augure, le coup « ourdi », ou encore cette « néo-mode » pyromane du lait volontairement abandonné sur le feu, les Algériens pêle-mêle, des salonards jusqu'aux persifleurs de vent détourné, en passant par le vendeur de melon d'eau avariée, du petit coin de rue, triste vérité de La Palisse que de dire que le temps n'est plus (jamais!) à l'énoncé des intentions, ni encore moins aux ingrédients pseudo-politiques aux contours mal perçus ou mal compris par une population qui a besoin, d'abord, des bienfaits d'une douche froide pour se débarrasser de ses propres démons et se réhabiliter avec elle-même. Le preux aréopage aux commandes du grand vaisseau « El-Djazaïr » aura-t-il suffisamment de temps, « calendairement parlant », de nous aider à avancer vers le chemin sinueux de la réhabilitation avec nous-mêmes, pour renouer, un jour qui viendra, avec la civilité et la « normalité»? A part le flot (à contre-courant de la vérité nue) des logorrhées oiseuses des politiciens de la 25ème heure, des castreurs de rêves, des « casseurs » d'ambitions et des vendeurs de mauvais poisson en pleine mer, quel avenir envisager pour un pays qui doit, à tout prix, éviter le piège de se montrer dans la peau d'un mouton trop « gras » dans un monde infesté de loups boulimiques ? Parce que l'Algérie des superlatifs, comme un arbre en fin de vie, ne peut pas cacher la grande forêt de l'arrière-pays profond, adossé au sous-développement hideux, la gestion « hors norme » du pays le fait ressembler à une gigantesque machine en panne, que d'aucuns cherchent à réparer avec de simples invocations, des mains levées vers le ciel, voire avec des plans laborieusement tirés sur la comète. Aussi vrai qu'un peuple ne peut pas vivre sous le même toit si tout le monde ne regarde pas dans la même direction, le meilleur moyen de construire sa maison est celui de veiller à ne pas se laisser gruger par son maçon-maison... !

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.