Des dizaines de personnes en garde à vue dans plusieurs wilayas    Nouvelle opération de déstockage    Eternels atermoiements    "NOUS SOMMES DANS UNE SITUATION DE SECHERESSE ALARMANTE"    COMMEMORATION DE LA "NAKBA" SOUS LES BOMBES    Election des rédacteurs de la nouvelle Constitution    Le pays affiche une croissance négative de 3% au premier Trimestre 2021 : La Tunisie au creux de la vague    Le MCA jouera sa saison à Casablanca    USMA-JSS, le choc    6 décès et 135 nouveaux cas    Un mort et 37 blessés à Béjaïa    Les syndicats menacent de boycotter l'entrevue    Une vie dédiée à la poésie, la radio... et la politique    "L'ISLAM DES LUMIÈRES" OU LA PRIMAUTE DE L'ESPRIT CRITIQUE    Marché du livre : Des mesures d'encadrement présentées au gouvernement    Prix Ali-Maâchi du Président de la République : Appel à candidature    Evocation innovante de la mémoire meurtrie    Le Conseil de la nation prend part à la session du printemps de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN    Restaurants fermés après l'Aïd : Service minimum pour la capitale    Législatives: l'ANIE réitère son engagement d'accompagner les candidats    Journées cinématographiques de Carthage: les candidatures ouvertes jusqu'au 15 août    Nice - Atal : "Djamel (Belmadi) veut mon bien et j'ai confiance en lui"    Bilan des différents services des UMC du CHUO: Plus de 57.000 consultations et 10.303 hospitalisations au premier trimestre    Chlef: Un mort dans un accident de la route    Gaza brûle...    Israël et l'effet boomerang    Football - Ligue 1: La bataille du podium lancée    Dréan: Déraillement d'un train de transport de minerai    L'extrémisme des états    Le casier 2 du centre d'enfouissement en feu depuis une semaine: La population des localités environnantes suffoque    Les (mauvaises) manières du «discours»    Agüero, ce sera après la finale de la C1    L'ouverture des frontières au menu    L'Anie sous haute surveillance    Pari réussi pour Belaribi    Vers une seconde conférence internationale    Deux millions de Palestiniens affectés par les attaques    20 millions aux préparatifs de la saison estivale    L'Algérie a-t-elle évité la 3e vague?    "La situation épidémiologique est maitrisée"    Un courtier placé sous mandat de dépôt    Le nouveau métier à la mode    Le bouclier juridique    «L'Algérie a une chance d'engager le changement»    Les causes d'une déconfiture    Le coup est jouable    Paris en eaux troubles pour Icardi    «Ecrire en langue Tamazight est un devoir»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LES ENSEIGNES ET LA MANIE COURANTE
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 29 - 03 - 2021

On devra bien s'inquiéter du malfaisant génie qui tenaille l'esprit de ceux qui, faute de s'attaquer aux vrais problèmes des citoyens, trouvent un plaisir incongru à réveiller les démons. Contre toute attente et au moment où le circuit commercial est au summum de la déconvenue, il est, aujourd'hui, question de contraindre le monde du commerce à n'installer sur leurs devantures que des enseignes en langue arabe. Des contrôleurs veilleront, dit-on, à ce qu'une célérité totale soit appliquée et gare aux récalcitrants. Il ne manquait donc que du khôl aux yeux des borgnes pour que le tableau des inepties soit accroché, quitte à ce que la colère populaire devienne hors limite. C'est à se demander si les initiateurs de telle gaucherie sont conscients du désastre qu'ils vont provoquer et si à défaut d'huile absente dans les étalages et à jeter sur le feu, ils ne s'aventurent pas à la remplacer par une obligation d'une évidente inconscience.
On imagine aisément la légitime rage des commerçants qui, il faudra le reconnaître, ont fait un effort visible pour agrémenter leurs locaux et leurs devantures, s'adaptant souvent avec un professionnalisme remarquable pour se mettre au niveau de ce qui se fait, en la matière, partout dans le monde et leur admettre un effort financier et d'embellie des rues et avenues remarquable, aux antipodes de l'amateurisme et le bricolage des décennies passées. Suite aux pénibles aléas dus à la pandémie, ils étaient plutôt en droit d'attendre de l'Etat une magnanimité autrement différente que celle d'une décision déphasée, à laquelle on ne peut donner aucun nom.
Il y a là comme une manie devenue courante d'inciter à penser que remuer le couteau dans plaie est un exercice convenu mais à trop peinturlurer des stratégies déconcertantes on emprunte des chemins qui ne mènent pas à la confiance nécessaire entre les gouvernants et leurs sujets.
Le monde des enseignes est trop vaste pour que l'on sache par quelle porte y entrer. Il va des étendards des trusts aux petits écriteaux des marchands de beignets. Il est évident qu'un argent fou a été investi dans ce domaine. Si le négoce y trouve son compte, pourquoi lui imposer une énorme contrariété à la faveur d'une saute d'humeur qui ne convient pas à l'actuelle crise économique démesurée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.