Le Conseil de la nation prend part à la session du printemps de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN    Législatives: l'ANIE réitère son engagement d'accompagner les candidats    Manque d'assiettes foncières à Sidi Abdellah : De nouvelles dispositions prises    Restaurants fermés après l'Aïd : Service minimum pour la capitale    Le Conseil de sécurité se réunit après des destructions à Ghaza    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines    Alger: 1047 affaires liées à la drogue élucidées durant le mois du Ramadhan    Journées cinématographiques de Carthage: les candidatures ouvertes jusqu'au 15 août    Bouira : Une wilaya sans salles de cinéma    Nice - Atal : "Djamel (Belmadi) veut mon bien et j'ai confiance en lui"    Apprenez pourquoi le sucre est mauvais pour notre corps    L'extrémisme des états    Palestine occupée: Massacre à huis clos    Dréan: Déraillement d'un train de transport de minerai    Les enseignants agressés par la frustration de l'inaccessible    Coupe de la CAF : CS Sfax - JSK, aujourd'hui à 17 h 00: Un premier obstacle à franchir    Football - Ligue 1: La bataille du podium lancée    Entre autres sujets abordés: Un Conseil des ministres consacré à l'ouverture des frontières    Ouverture des frontières : Le «oui, mais» du comité scientifique    Aïn El Turck: 2,5 milliards de centimes pour les préparatifs de la saison estivale    Eclaircie à l'horizon    116e marche du vendredi : Des dizaines d'arrestations dans plusieurs wilayas    Le sionisme : dernier foyer colonial purulent de l'impérialisme occidental    Les (mauvaises) manières du «discours»    Ils redoutent une «débâcle» électorale    Paris en eaux troubles pour Icardi    Agüero, ce sera après la finale de la C1    Ronaldo ne retournera pas au Sporting    135 nouveaux cas et 6 décès en 24 heures    L'Onilev déstocke de nouvelles quantités    Nos villes devenues de nouveau,«fantômes»    Vers une seconde conférence internationale    Deux millions de Palestiniens affectés par les attaques    L'Algérie a-t-elle évité la 3e vague?    Un jeune assassiné le jour de l'Aïd    750.000 litres de carburant saisis    9 personnes ont péri noyées    «Les prix baisseront au plus tard demain»    Le bouclier juridique    «L'Algérie a une chance d'engager le changement»    «Ecrire en langue Tamazight est un devoir»    Des mesures d'encadrement présentées au gouvernement    Commerce: respect total du dispositif de permanence au 2ème jour de l'Aïd El Fitr    Washington s'oppose à une réunion du Conseil de sécurité et ses résolutions    Charfi réfute toute «nature politique»    Héliopolis de Djaffar Gacem en salles à partir du 20 mai    ANSS : La nécessité de sauvegarder le patrimoine de la Casbah    Boussad Boudiaf emporté par la Covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La soumission au départ
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 04 - 04 - 2021

Des Algériens par centaines ont encore marché dans plusieurs villes du pays et le mouvement ne semble pas vouloir s'arrêter. Acteurs hétérogènes aux différents visages parmi lesquels se faufilent des manifestants pas comme les autres, heureux d'une opportunité qui leur offre un terrain propice pour tenter d'affirmer sur le terrain une présence politique cadrée et connue. Le Hirak a bien plusieurs visages et le condensé de ses exigences est si vague qu'il laisse échapper une évidente tendance à la vacuité. L'erreur serait de croire que les mouvements de protestation des vendredis et des mardis seraient des signes de colères isolées. Ils rejoignent les sit-in journaliers aux portes des institutions et des administrations pour réclamer une vie citoyenne différente où le logement et le travail occupent une place prépondérante.
La pléthore des signes de la mal-vie qui se rejoignent et se confondent, est évidente. Qu'un automobiliste prenne sur lui de renverser un policier au cœur d'Alger n'est pas anodin et l'acte n'est pas isolé puisque d'autres bravades inconsidérées similaires se sont produites ailleurs dans le pays. Signes révélateurs d'une tendance suicidaire allant jusqu'à la culture de l'immolation par le feu. Des faits aussi graves ne relèvent pas seulement de l'incivisme, mais sont le témoignage dramatique d'une situation sans issue.
Faire le pied de grue en protestant devant une mairie est un des nerfs du Hirak et chacun est mis en droit d'exiger une existence différente. C'est que les Algériens dans leur majorité portent le Hirak en eux et il n'indispose que ceux devenus nantis en s'abreuvant des hautes entourloupes que leur a accordées un système politique dépravé qui autorisait aux opportunismes variés de tendre les bras pour se servir. Les travers de la gouvernance ont depuis l'indépendance donné une piètre figure au sens du devoir en anoblissant outre mesure la signification du droit. La sacro-sainte légitimité historique n'a pas enfanté un patriotisme d'excellent aloi.
Aujourd'hui, la revendication centrale de ceux qui marchent est d'appuyer le départ de ceux qui gouvernent le pays. Au nom d'un retour à une démocratie virtuelle et évasive, elle ne laisse filtrer aucun palliatif censé donner un visage nouveau au pays. A croire en définitive qu'en compagnie de l'actuel système, chaque Algérien, lui aussi, doit être soumis au départ.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.