Curieuse réhabilitation de la candidature du mouhafedh FLN    La délégation algérienne refuse de s'asseoir derrière la délégation israélienne    Les opérateurs doivent déclarer leurs entrepôts avant le 30 novembre    L'huile de table plus chère    Lamamra appelle à la consolidation du processus politique    "Inefficaces et contre-productives", selon l'Algérie    "Le championnat se poursuivra durant la Coupe arabe des nations"    Les Sudistes à un pas de la qualification    L'Algérie toujours dans le top 5 africain    "HELIOPOLIS" À NOUVEAU SELECTIONNE POUR LES OSCARS    Lancement du colloque sur la carte linguistique de tamazight    Sarkozy au TPI, ça tarde    Qui, logiquement, arrose l'autre ?    BRÈVES...    Quel sort pour les APC sans candidats ?    L'Algérie avec la Libye et la Tunisie    Les Hamraouas surprennent les Sanafirs    Les syndicats préparent la riposte    Arrestation d'un voleur de bouteilles d'oxygène    L'article 184 du code électoral largement contesté    Le jeu malsain de Riyad    Quand Macron se remémore le blues des colonies !    Le qamouss, les mu'allaqât et l'incompétence paralinguistique !    Clôture en beauté de la première édition à Aïn-Séfra    EHU 1er - Novembre: Lancement d'une campagne de dépistage du cancer du sein    Vaccination anti-Covid: «La balle est dans le camp des citoyens»    Défis et espoir    Exportations hors hydrocarbures: Produits alimentaires et industries manufacturières à la traîne    Pouvoir d'achat divisé par deux en 10 ans    La Com en débat    Front de mer à Aïn El Turck: L'OPGI se mobilise pour la collecte des déchets    Course contre la montre à Blida    Washington lâche Rabat    Selma Haddadi désignée ambassadrice à Djouba    Le chef de la junte nomme 3 ministres et le SG du gouvernement    La Maison de la presse de Bouira baptisée Abdenour Merzouk    Le FFS rebondit    Que se passe-t-il au campus d'El Kseur?    La Coquette perd de son lustre    NAJDA se restructure    Benbahmed réaffirme les priorités du secteur    Incendie au complexe Tosyali    Les vérités des géants de la télécommunication    La tension monte    Lukaku a évité le pire    La démagogie comme mode d'emploi    Tizi ouzou rend hommage à ses fils    Appel à candidature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Dos au mur
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 09 - 2021


Voté, il y a quelques jours, le plan d'action du gouvernement confirme que le PIB de l'Algérie a dépassé 136 milliards de dollars US en 2020. Ce qui marque une signifiante chute par rapport à 2019 où ce dernier était fixé à 171 milliards de dollars. Ce recul significatif soulève, il est vrai, de sérieuses inquiétudes, dans la mesure où il s'ajoute au fait que depuis le choc pétrolier de 2014, où la chute des prix du baril de pétrole a dépassé les 50% (celui-ci a, pour rappel, baissé sous le seuil symbolique des 60 dollars), l'Algérie ne cesse de s'appauvrir. Pour rappel, entre novembre 2014 et janvier 2016, les prix du pétrole qui s'étaient établis à 100 $ le baril, ont reculé de plus de 60%, atteignant 27 $ en janvier 2016, leur plus bas niveau depuis de nombreuses années. En conséquence, en 2014, le PIB de l'Algérie, parvenu au seuil de 218 milliards de dollars, a chuté en 2017 jusqu'à 170 milliards de dollars, avant de remonter en 2018 à près de 175 milliards de dollars. La paupérisation de larges couches de la société n'est que la résultante de déséquilibres macro-économiques majeurs. Si elle continue sur cette voie, l'Algérie risque de se voir être déclassée par de nombreux pays africains dans les années à venir. Le pays voisin, le Maroc à titre d'exemple, pourrait nous laisser derrière lui d'ici l'horizon 2026. Son PIB sera, d'après les projections du FMI, dans ses dernières perspectives sur la Croissance Economique Mondiale dans le continent africain, de 162 milliards de dollars US et l'Algérie aux alentours de 153 milliards de dollars. Il en sera, peut-être, de même pour certains pays africains, lesquels deviendront d'ici là de géants économiques à l'instar du Nigeria ou de l'Egypte. Le Nigeria, première puissance économique en Afrique, va ainsi doubler sa richesse nationale au cours des six prochaines années en passant de 429 M $ en 2020 à 964 M $ en 2026. Cela dit, en comparaison avec beaucoup de pays qui progressent, l'Algérie recule et s'appauvrit, de plus en plus. N'est-il pas grand temps de remédier à cette situation pour permettre à l'Algérie d'exploiter son potentiel et devenir une puissance émergente dans l'avenir?

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.