Du nouveau dans la brouille entre Icardi et sa femme Wanda Nara    les effets sur votre corps d'une consommation quotidienne de thé vert    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Les recommandations de la CAPC: «Libérer les dossiers d'investissement et soutenir le pouvoir d'achat»    Elections locales: Le MSP s'en prend à l'ANIE    Croissance factice    Conseil des ministres: Le projet de loi sur la lutte contre la spéculation adopté    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Feux d'artifice, pétards et leur danger    13 harraga sauvés et les corps de 4 autres repêchés    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    «Alger sera la vitrine de la transition énergétique»    L'informel menace l'Etat    relâchement au match retour    Où finira robert Lewandowski?    Pioli retient la force mentale des siens    Les oubliés de la loi de finances    Les néo-harkis reviennent cette semaine    La main tendue de Lamamra    La renaissance    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Une loi pour protéger les institutions    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    «Fatima, la fille du fleuve», une BD contre l'oubli    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    L'OMS dévoile ses chiffres    2 décès et 87 nouveaux cas en 24 heures    Vers de nouvelles hausses en 2022    OUM EL BOUAGHI : Plus de 100 spécialités proposées aux stagiaires    La loi sur la lutte contre la spéculation au menu    Des listes passées à la moulinette    Les USA proposent de dédommager les familles des victimes    Le HCR appelle les Etats à faciliter le regroupement familial    Le petit pas de Macron    La France doit "reconnaître un massacre d'Etat"    Ni excuses, ni repentance : reconnaître les crimes    L'alliance Tel Aviv-Rabat menace l'UA    Des sénateurs américains alertent sur la situation des droits de l'Homme    Masque capillaire au yaourt et au miel    La JS Saoura et le HBC El Biar vainqueurs    L'échauffement, à bout de souffle    Chanegriha salue la participation de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Face aux salaires, la circonspection
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 26 - 09 - 2021

Bien qu'il le fasse à demi-mot, le gouvernement reconnaît la légitimité d'une revalorisation des salaires. Le marché de la consommation est en feu et très peu d'Algériens privilégiés réussissent à joindre les deux bouts en cette rentrée sociale pas comme les autres en se faufilant au travers de l'incendie du marché où tous les prix ont doublé, parfois triplé.
Le coup de massue donné aux ménages ne s'est pas contenté de mettre en sourdine les réfrigérateurs, mais a fait perdre aussi tous les sens à l'électricité qui leur donne vie. Les défauts de paiements sont pluriels et variés et aux impondérables de la lumière se sont joints ceux de l'eau, du loyer et des fournitures scolaires. Les embûches sont infinies pour gêner l'espoir d'une rentrée sereine que semblait permettre le recul de la pandémie.
Si on comprend les préoccupations terre à terre de tous face à la sensible situation sociale, on ne peut ne pas comprendre qu'il faille d'abord réfléchir à des mesures importantes et innovantes pour soutenir et accompagner le peu d'entreprises qui restent encore vivantes avant de se fourvoyer dans le lourd dossier des salaires. Avec une légitimité incontestable, le monde du travail malmené par un coût de la vie infernal a de sérieuses raisons de réclamer l'amélioration de l'ordinaire et de l'élémentaire.
Mais lutter contre l'inflation n'est pas un exercice commode et la solution ne repose pas uniquement sur le dossier des rétributions salariales. Pour calmer l'énorme pression sociale et les dangereuses perturbations qu'elle manifeste, ne s'en tenir dans la hâte qu'à se préoccuper de ce paramètre ne ferait qu'à faire endosser aux entreprises qui peinent à rester encore debout une lourde charge qui finira par leur donner le coup de grâce. D'anciens fleurons de l'industrie algérienne peinent à marcher. Nombre d'entre elles sont aujourd'hui à l'arrêt. Leurs travailleurs sont à mille lieues d'exiger une revalorisation salariale et ils ne sont que dans l'attente de voir leurs insuffisantes paies actuelles assurées et garanties.
Il est indispensable d'admettre que le secteur non productif entièrement à la charge du contribuable et de l'Etat serait aujourd'hui le seul bénéficiaire heureux d'une revalorisation salariale telle qu'elle a été réclamée par certains députés.
Fort heureusement, lors de la présentation de son programme, le Premier ministre a souligné avec recul et pédagogie que le dossier des salaires est une énorme pieuvre qui réclame large analyse et profond discernement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.