Cour d'Alger: début du procès en appel du général-major à la retraite Ali Ghediri    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    L'Algérie envoie une 4ème cargaison d'aides humanitaires au Mali    Covid-19: l'urgence de se faire vacciner réitérée par le Pr Rachid Belhadj    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Forte hausse des exportations algériennes en 2021    Une politique difficile à mettre en œuvre    L'information locale au centre des préoccupations    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Le journaliste Tarek Aït Seddik n'est plus    Un casse-tête chinois    Quand les plans de l'AEP font défaut    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Jungle/Pub sur Internet ?    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Les APC sans majorité absolue débloquées    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    Cinq éléments de soutien arrêtés    Un challenge au sommet de l'UA    Messi penserait à un retour au Barça    «Le pays est toujours ciblé»    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Relance de l'industrie: Les assurances du Premier ministre
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 07 - 12 - 2021

Le 1er ministre et ministre des Finances a promis hier «une croissance de 15% dans le secteur de l'industrie par rapport au PIB dans les deux années à venir» et ce, «après un changement radical dans la structuration du secteur».
De 6% de croissance qu'il a annoncés pour cette année dans le secteur de l'industrie, Aymene Benabderrahmane a promis lors de la clôture de la conférence nationale de la relance du secteur en question qui a eu lieu hier au CIC Abdelatif Rahal, après trois jours de travaux, que l'industrie va rapidement enregistrer une croissance de 12% qui passera «à 15% dans les deux ans à venir». Ce taux de croissance sera selon lui enregistré, après «une refonte profonde du parc public industriel dans ses dimensions financières, économiques et sociales, la création d'une commission nationale pour les projets bloqués, l'évaluation des entreprises, leurs pertes et leurs profits, la prise de mesures nécessaires pour accompagner les projets en phase de réalisation, le recensement avant la fin de cette année des failles qui ont empêché l'exploitation du foncier industriel, l'élaboration d'une cartographie des produits industriels locaux pour les besoins du marché national et pour l'exportation, la révision des mesures incitatives et leur redistribution à travers les régions du pays, la révision de la dépense fiscale».
Ces nombreux chantiers seront inscrits, a-t-il dit, «dans une démarche de relance globale intersectorielle» pour la mise en œuvre de laquelle il s'est engagé à «redonner confiance aux gestionnaires publics et privés et aux investisseurs avec l'aide des responsables centraux et locaux et la levée des obstacles devant les investissements et l'élimination de la bureaucratie administrative».
Refonte du secteur de l'industrie
Le 1er ministre a charpenté son discours sur la base de plus d'une centaine de recommandations qui ont été retenues par les 4 ateliers qui ont débattu pendant deux jours des problématiques liées entre elles et devant permettre la relance de l'industrie. Il a aussi étayé les décisions qu'il a annoncées en notant que «la dépense fiscale a atteint entre 2018 et 2019 au titre des investissements, 1.500 milliards de dinars soit 10 milliards de dollars mais sans aucune création de richesse ou d'emploi». Il a en outre fait savoir que le recensement du foncier industriel a déterminé 628 zones d'activités et 56 zones industrielles, le tout s'étend sur 67.000 hectares». Il existe selon lui 14.700 hectares de foncier qui n'ont pas été exploités. Pour lui «l'agence nationale du foncier industriel (dont la création a été annoncée par le président de la République) est la solution radicale pour instaurer la transparence loin des intervenants des différentes administrations». Il fera savoir par ailleurs que «les exportations hors hydrocarbures ont atteint cette année 4 milliards de dollars». Il a lancé une multitude de montants faramineux «octroyés par les banques entre 2019 et 2021 sous forme de crédits de réalisation de projets et crédits d'exploitation». Un nouveau mode de financement prendra essence, selon lui, à partir de l'entrée en Bourse des entreprises.
Avant lui, le ministre de l'Industrie Ahmed Zaghdar a annoncé «la mise en place d'un nouveau dispositif législatif pour mettre en œuvre les recommandations des ateliers».
Un recensement des compétences
Les rapporteurs ont fait lecture de toutes celles qui ont été retenues entre autres «la nécessité d'élaborer en premier des stratégies sectorielles devant converger vers une stratégie nationale, ceci pour «éviter le travail individuel et les décisions unilatérales», la levée des obstacles bureaucratiques, la mise sur pied d'un guichet unique «pour éviter que les décisions ne s'entremêlent pas», la création d'une plate-forme numérique «pour recenser tous les produits industriels locaux et importés», le recensement par l'Etat des investissements prioritaires et des secteurs compétitifs, l'obligation d'assurer la qualité aux produits locaux, fixer les conditions de partenariat avec les investisseurs étrangers notamment en matière de transfert de technologies, encourager les métiers d'exportation, la création de zones de libre-échange au niveau des régions frontalières, réformer le système bancaire et ouverture de succursales bancaires à l'étranger(…)». Les ateliers ont réclamé l'accélération des travaux pour la réalisation du port du centre Hamdania (Cherchell) et la création d'une zone de libre-échange à son niveau. Port qui s'étend, selon l'orateur, sur 2.000 hectares et possède 255 espaces logistiques.
Autres recommandations, celles au titre de la gouvernance économique, «éviter la révision répétitive de l'arsenal juridique, il faut une révision du système fiscal, diagnostic de tout ce qui a été entrepris par l'Etat en tant qu'actionnaire et régulateur, situer les missions et responsabilités de tous les acteurs dans le secteur, créer un fonds ou une agence pour la gestion des participations de l'Etat, création d'une plate-forme d'enregistrement de toutes les compétences du pays et sa mise à la disposition des conseils d'administration des entreprises pour qu'ils puisent les cadres dont ils ont besoin».
Le 1er ministre a annoncé la tenue «prochainement» des assises de l'agriculture et la sécurité alimentaire, du tourisme et des mines.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.