La présentation du programme prévue prochainement    Conférence sur les technologies de traitement de l'eau à Tipasa: l'exploitation des eaux traitées dans l'irrigation une "nécessité vitale"    Syrie: le gouvernement envoie ses forces dans le nord pour stopper l'offensive turque    Le projet de loi sur les hydrocarbures, fruit d'expertises nationales à 100%, ne représente aucune crainte    Présidentielle en Tunisie: Kais Saied élu président avec 72,71% des voix    Le Conseil des ministres donne écho au mouvement populaire    Sellami : «Le taux annoncé par le ministère des Finances est dopé»    L'ARPCE l'a suspendue pour «utilisation illégale du VPN»    Gaïd Salah en visite aujourd'hui au commandement des forces navales    Ligue 1/MCA-USMA: match perdu par pénalité et défalcation de 3 points pour l'USMA    Un policier tue 4 membres d'une même famille et en blesse un autre    Wilayas de l'Est: suivi partiel du mouvement de débrayage des enseignants du primaire    Festival culturel international de musique symphonique    Des étudiants en architecture de Stuttgart achèvent une visite d'étude    Chanson berbère et identité nationale en débat    La liste des 23 joueurs locaux pour le match face au Maroc    Oran: plus de 90 exposants à la 16e édition du salon Batiwest    Un ancien ministre marocain recadré à cause de l'Algérie    COUPURE D'INTERNET AU NIVEAU DU VFS GLOBAL : L'Autorité de régulation réagit    Tribunal de Sidi M'hamed : Prolongation de la détention provisoire de six porteurs du drapeau amazigh    Appel à doubler d'efforts pour promouvoir la coopération parlementaire entre les pays de l'OCI    Oran: accostage d'un navire de croisière avec à son bord 641 touristes    Le RAJ dénonce l'interpellation de Fersaoui Abdelouhab    Lutte contre les infections nosocomiales à Tizi-Ouzou: manque d'information et disparité entre les secteurs public et privé    Retrait de 1 000 soldats américains du nord de la Syrie    Merkel somme Erdogan d'arrêter son agression    «Une détection précoce pour soigner et surtout limiter les séquelles liées aux traitements»    Des citoyens du village socialiste Guelta Zerga ferment la RN8    La campagne de vaccination retardée    Que décidera la CD/LFP ?    Les joueurs, en grève, décident de boycotter toutes les compétitions    Algérie-France discuté mardi à Lille    Des civils exécutés par des milices à la solde d'Ankara    Soirée cinéma avec le film "Ici, on noie les Algériens"    ACTUCULT    Une belle «Rencontre d'ici et d'ailleurs» avec de grands artistes    Election présidentielle : Sortie de crise ou confirmation de l'impasse ?    Pas d'activités politiques pour les militaires à la retraite    MC Oran : Montagnes russes pour El Hamri    CA Bordj Bou Arréridj : Le contrat de Chaouchi résilié    CR Belouizdad : Le Chabab s'empare du fauteuil de leader    Alger: Le wali suspend les maires de Beni Messous et de Gué de Constantine    Tlemcen: Programme chargé pour le ministre de l'Intérieur en visite aujourd'hui    Rassemblement près de l'APN: Mobilisation contre la loi sur les hydrocarbures    Algérie/Nigeria : Le président nigérian appelle à une coopération énergétique accrue avec l'Algérie    Investissement : Le FCE soutient fortement la révision de la règle 51/49    Situation en Syrie: L'Algérie réitère son refus "catégorique" de l'atteinte à la souveraineté des Etats    34e Festival du cinéma " Entrevues de Belfort " : Les films "Abou Leila" et "143 rue du désert" en compétition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le rituel de "Kahouat el Asr" : tout un art de vivre à Constantine
Publié dans Algérie Presse Service le 23 - 09 - 2011

CONSTANTINE - Rien n'est plus symbolique dans l'art de vivre en famille, dans la Medina de Constantine, depuis bien longtemps déjà, que "Kahouat el Asr", le café servi en milieu d'après-midi dans les foyers de l'antique Cirta.
Ce rituel séculaire du café servi avec de petits gâteaux maison sur une "snioua" (plateau de cuivre ciselé), autour de laquelle se rassemblent les familles constantinoises après la prière d'el Asr, est toujours ancré dans la cité du Rocher malgré l'évolution des mœurs et le changement de certaines habitudes de vie.
Certains citadins, fiers de leurs coutumes, affirment que s'ils peuvent rater le déjeuner ou le dîner, il ne saurait être question pour eux de faire l'impasse sur ce fameux "café du Asr", à l'image de Ryma, une étudiante de 24 ans qui affirme éprouver un "indicible plaisir" à se plier à cette tradition adoptée à Constantine depuis plus d'un siècle.
"Kahouat el Asr", appréciée par toute la famille, grands et petits, est surtout une occasion pour les mères de famille de s'offrir quelques instants de répit après une dure journée de labeur", souligne encore cette future pharmacienne, prenant l'exemple de sa mère, "la seule à se lever aux aurores".
Elle ira plus loin en affirmant que "Kahouat el Asr" préparée automatiquement chaque après-midi dans sa maison familiale, fait "partie de (sa) personnalité".
"Je ne peux imaginer ma vie sans cette tasse de café préparée par ma mère, pour moi et pour ma famille", dit-elle.
Mohamed Salah, un autre étudiant de 21 ans, considère cette tradition comme une véritable hygiène de vie. "Dès mon jeune âge, dit-il, je me suis attaché à ce rituel qui permet aux membres de la famille d'avoir des relations affectives plus intenses, dans un monde qui a complètement changé".
Le plus beau moment de la journée
Vivant aujourd'hui au 6e étage dans une cité de la périphérie de la ville, il évoque avec un plaisir mêlé de nostalgie la petite maison familiale où il résidait, enfant, du côté de Ain Smara. "Le plus beau moment de la journée, c'était lorsque nous nous regroupions en famille au milieu de notre petite cour, à l'ombre d'une "dalia" (vigne) pour siroter un café, grignoter un petit gâteau et, surtout nous retrouver", raconte Mohamed Salah.
D'autres citadins de la ville des ponts se trouvent, en raison de leurs obligations professionnelles, contraints d'apprécier assez tard leur café d'el Asr "en solo", mais pas question de le rater. Il n'est pas exagéré d'affirmer, aujourd'hui, que ce style de vie purement citadin est devenu l'image de marque d'une grande partie de la société constantinoise qui continue "d'obéir au rituel de "Kahouat el Asr" car il s'agit bien d'un comportement social qui encourage la convivialité et les bons rapports entre les membres d'une même famille, malgré les aléas de la vie.
En plus de la gandoura (robe passementée) constantinoise, du Malouf et de la fameuse "Djaouzia", friandise préparée à base de noix et de miel, ce rituel du café du milieu de l'après-midi reste incontournable pour de nombreuses familles. Il était jadis préparé par les femmes au foyer, lesquelles profitaient de cette partie de la journée pour se reposer des tâches ménagères et de l'absence des hommes, se réunir et échanger les derniers commérages et autres confidences sur divers sujets.
Ce rituel éminemment citadin a fini par atteindre les campagnes où l'on n'est pas obligé de suivre le rythme "infernal" de la vie en ville. Les hommes travaillant dans les champs ont tout le loisir de poser pour quelques moments leur râteaux et leurs bêches pour prendre leur "Kahouat el Asr" qui leur est servie à la maison ou dans un lieu ombragé sur leur lieu de travail.
Artisanat et savoir-faire constantinois
Un sociologue, Abderrahmane Bouziane, estime que cette tradition repose avant tout sur une "culture matérielle". Autrement dit, la meïda de "Kahouat el Asr"qui comprend, en plus de la snioua finement ciselée, toute une panoplie d'objets, expose une partie essentielle de l'artisanat traditionnel et du savoir-faire constantinois.
Il s'agit de la table basse qui supporte la snioua, en bois sculpté, du plateau de cuivre ouvragé par de grands dinandiers de la ville, de l'aspersoir en cuivre pour parfumer le café avec de l'eau de rose, le plus souvent distillée à domicile, les serviettes immaculées brodée ou décorées au crochet, des tasses en céramique, du sucrier en cuivre et enfin des coupes de confiture et de l'assiette de pâtisserie constantinoises qui permet à chaque ménagère de faire valoir ses talents.
Certaines expressions du langage d'autrefois sont liées au rituel de "Kahouet el Asr". C'est ainsi qu'il est pratiquement "sacrilège" de servir une meïda de "Kahouat el Asr", sans gâteaux ni friandises. On dit alors : "kahoua hafiana" (café déchaussé). Lorsque le café est trop dosé, il devient objet de plaisanteries comme celle qui consiste à dire qu'un cafard pourrait marcher dessus avec des sabots sans couler !'' (grellou yemchi fouk'ha bel kabkab).
L'on dit également, pour un café, trop léger "de l'eau chaude et des youyous" (ma ouzgharid). Mais au-delà de tout cela, si "Kahouat el Asr" continue encore d'être de mise, vainquant sans rémission les "agressions" de la vie moderne et ses diversions, c'est surtout parce que cela reste l'un des rares moments de la journée où tous les membres de la famille, grands parents, parents, enfants, petits-enfants et cousins peuvent se retrouver pour faire un "break", débattre de sujets sérieux ou plaisanter et, surtout, savourer cet incommensurable plaisir que procure le fait de se sentir parmi les siens.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.