Un journaliste en Algérie n'est pas toujours un flic.    Mali: la Cédéao appelle à l'arrêt des manifestations pour "continuer le dialogue"    Prise en charge de 200 ressortissants algériens rapatriés du Canada    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : Examen de la coopération avec les Emirats arabes unis    COUR D'ALGER : Le nouveau président installé dans ses fonctions    Fin de mission pour l'ambassadeur des USA en Algérie    FINANCE ISLAMIQUE : La BNA lance le service dans deux agences à Alger    INCENDIE DE FORETS : Plus de 16300 hectares partis en fumée    ECOLE SUPERIEURE D'AGRONOMIE DE MOSTAGANEM : Protocole de clôture de l'année universitaire, 2019-2020    TREMBLEMENTS DE TERRE A MILA : Des logements et des aides financières pour les sinistrés    Covid-19: 492 nouveaux cas, 343 guérisons et 10 décès    la FAF autorise les présidents de Ligues nationales à poursuivre leur mission jusqu'à l'AGE    La lutte contre le crime organisé sur la table    L'UGCAA de Tizi Ouzou demande la prolongation des délais    Cauchemar    Ah ! La fine équipe !    Un rassemblement de soutien à l'activiste Rabah Ziani réprimé    Farès fonce vers le Lazio    La mise en garde de l'avocat de Prince Ibara    L'histoire, dernier adversaire de Lewandowski    Triste et en colère    La "carte de journaliste", l'arme fatale des autorités    "Le Hirak a beaucoup accompli, il reste l'essentiel"    Tebboune met la pression sur les ministres    Alger veut une réévaluation    Reprise à la Pêcherie    1 349 interventions enregistrées par la Sûreté de wilaya    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans    La mosquée Sidi-Ghanem de Mila n'a subi aucun dégât    Le comédien Bachir Benmohamed n'est plus    Ce n'est pas moi qui le dis !    Le moudjahid Hamana Boulaaras n'est plus    Encore un scandale à l'ESSTS de Dely Brahim : Quatre plaintes pour harcèlement contre le directeur    Hong Kong : Pékin sanctionne à son tour 11 responsables américains    On vous le dit    L'Algérie condamne vigoureusement l'attaque terroriste au Niger    PUB' : LE GRAND « FAITOUT »    LA SACRALITE DEBONNAIRE DE L'ANSEJ    Tébessa: Autre temps, autres gens...    Ankara envoie un navire de recherche d'hydrocarbures    Le gouvernement Diab démissionne    l'Algérie engagée dans une lutte sans relâche contre les menaces à ses frontières    L'Europe doute des résultats de la présidentielle    Moussaoui, la priorité du Chabab    "Benchaïra a encore une bonne marge de progression"    La composition des deux groupes connue    Polémique autour d'une publication sur Okba Ibn Nafaâ    La dernière icône de l'âge d'or du théâtre algérien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La conférence de Pretoria pour le soutien aux Sahraouis est un "événement historique"
Publié dans Algérie Presse Service le 27 - 03 - 2019

L'ambassadeur et conseiller au ministère sahraoui des Affaires étrangères, Mohamed Yeslem Beissat, a affirmé que la conférence de solidarité avec le Sahara occidental, organisée à Pretoria les 25 et 26 mars, à l'initiative de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC) est "un évènement historique" qui va contribuer à la lutte du peuple sahraoui pour l'obtention de son droit à l'autodétermination.
S'exprimant dans une déclaration mardi soir à l'APS, à l'issue de cette conférence qui s'est tenue dans la capitale sud-africaine, Mohamed Yeslem Beissat, a salué fortement l'engagement et le soutien exprimés par les Etats membres de la SADC pour le Sahara occidental, affirmant que la réunion des chefs d'Etats africains et autres dirigeants d'envergure mondiale est "un message fort adressé au Royaume du Maroc pour qu'il cesse son occupation illégale des territoires sahraouis".
Les pays africains qui ont vécu des guerres de libération à cause de la négation de leur droit à l'autodétermination ont exprimé, à l'occasion de cette conférence leur soutien indéfectible à la cause du peuple sahraoui et dénoncé vigoureusement l'occupation marocaine des territoires sahraouis.
A ce propos, le diplomate sahraoui a souligné que "les participants à cette conférence inédite ont été unanimes à appeler le Maroc à cesser son occupation du Sahara occidental et le pillage de ses ressources naturelles".
Beissat a affirmé, en outre, que la conférence a été une occasion pour demander au Royaume marocain de mettre fin à la "violation flagrante" de l'Acte constitutif de l'Union africaine (UA), d'autant plus qu'il fait partie de cette organisation panafricaine.
"C'est une action hostile non seulement envers le Sahara occidental, mais contre toute l'Afrique. Ceci constitue un précédent hautement dangereux pour l'avenir du continent. Nous ne pouvons permettre au Maroc de continuer à occuper illégalement les territoires sahraouis et d'être membre de l'UA", a dénoncé l'ambassadeur sahraoui.
S'agissant des travaux de la conférence de solidarité avec le peuple sahraoui, Mohamed Yeslem Beissat a relevé que c'est "la première fois que des chefs d'Etats et de gouvernements de pays membres des Nations unies, venant des trois continents, sont réunis pour exprimer leur solidarité avec le peuple sahraoui".
Evoquant un "esprit global de l'impatience de la communauté internationale vis-à-vis de l'occupation du Sahara occidental", le diplomate sahraoui a soutenu dans ce sillage que "le Maroc a abusé de façon inacceptable de la patience du monde".
La conférence de la SADC, qui s'est déroulée au siège du ministère sud-africain des Affaires étrangères et de la coopération internationale a réuni durant deux jours des chefs d'Etats, des ministres des Affaires étrangères, mais aussi des dirigeants et des représentants de partis
africains au pouvoir, des syndicalistes, des parlementaires et des acteurs d'organisations de la société civile, ainsi que une centaines de journalistes venant de plusieurs pays africains et occidentaux.
Parmi les participants figurent des chefs d'Etat et de gouvernement du Lesotho, de la Namibie, de l'Ouganda, de la République démocratique arabe sahraouie (RASD), de l'Afrique du Sud, du Zimbabwe, ainsi qu'une délégation de haut niveau de l'Angola, du Botswana, de la République démocratique du Congo, du Malawi, des îles Maurice, du Mozambique, de la République-Unie de Tanzanie et Zambie.
Etaient également présents des chefs de diplomatie des pays amis de la RASD, notamment l'Algérie, représentée par le Vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, de Cuba, de la République du Timor-Leste, du Nigéria, du Nicaragua, ainsi que le Venezuela.
A l'issue de ces travaux, une Déclaration finale a été adoptée, dans laquelle les pays membres de la SADC et pays invités ont réitéré leur soutien indéfectible au droit à l'autodétermination du peuple sahraoui.
A cet effet, un programme politique et diplomatique a été arrêté, comprenant plusieurs actions et démarches notamment envers des pays influents, membres du conseil de sécurité de l'ONU, de l'UA pour soutenir les Sahraouis à accéder à leur indépendance.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.