L'acquittement? O.K. Et l'accusation?    Boumala victime de son paradoxe    La dernière ligne droite    Les nouvelles instructions du Président Tebboune    Le baril fait du yoyo    L'UGTA se fâche    Les chantiers de Khaldi    Sabri Boukadoum à la tête d'une délégation de haut niveau    Macron pointe la volonté de réconciliation malgré des «résistances»    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec l'Arabie saoudite    La Tunisie secouée par la pandémie    Boukadoum et Beldjoud en visite de travail en Libye    La grande menace des riches    Brèves    Une AGE à refaire    Révolution dans le football européen    L'Ave Marie . . . m    L'absentéisme ou le fléau ramadhanesque    Le feu vert de Tebboune    163 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    La Confédération des syndicats algériens tire la sonnette d'alarme    Le spectacle vivant réclame des aides    Le patrimoine musical algérien en deuil    «Chaque rôle apporte un plus...»    Déstockage d'importantes quantités pour faire baisser les prix    Vers la mise en place d'une charte    Une grande voix du style assimi s'éteint    Macron commente les propos de Djâaboub    Commémoré sous le signe de «la consolidation des acquis»    Installation du nouveau chef de Sûreté de la wilaya de Tipasa    L'AC Milan, la Juventus et l'Inter se sont prononcés pour la Serie A    « Liberté » réagit au placement sous mandat de dépôt de son journaliste Rabah Karèche    Sahara occidental: le Polisario demande "un cadre plus sérieux" pour les négociations    Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine 2021    Nouvelles attaques de l'APLS contres les forces d'occupation marocaines    Justice : Procès de Tabou reporté, Boumala relaxé    FAF : La passation de consignes entre Zetchi et Amara demain    Coupe de la Ligue: derby à Magra, chocs à Médéa et Alger    C'est l'escalade !    Barça - Piqué : "C'est comme recommencer à zéro"    L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    «Le sondage doit devenir un réflexe»    Kafteji    Bachar Al Assad pour un 4e mandat    Sindbad le marin, une femme exceptionnelle !    6 ans de prison pour deux anciens DG    KAMEL CHIKHI CONDAMNE À 2 ANS DE PRISON FERME    Quoi attendre du Conseil d'administration ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La réunion du GST-Mali, une opportunité pour faire le point sur le processus d'Alger
Publié dans Algérie Presse Service le 08 - 03 - 2021

La deuxième réunion du groupe de soutien à la transition au Mali (GST-MALI), représente une "opportunité" pour faire le point sur l'application de l'accord de paix et de réconciliation nationale, issu du processus d'Alger, a indiqué, lundi, le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum dans un tweet.
"La deuxième réunion ministérielle du groupe de soutien à la transition au Mali est une opportunité pour faire le point sur l'application l'accord de paix et de réconciliation nationale issue du processus d'Alger", a indiqué le chef de la diplomatie algérienne qui participe à cette réunion, organisée à Lomé, au Togo. L'accord de paix et de réconciliation a été signé, en 2015, entre les représentants du gouvernement malien et différents groupes armés.
Selon Sabri Boukadoum, cette rencontre est également une opportunité pour renforcer le "soutien et la solidarité" avec le Mali.
Tout en rappelant l'importance du soutien international, il est nécessaire que ce processus soit mené par les maliens et pour les intérêts du peuple malien, a-t-il également signalé.
La deuxième réunion du groupe de soutien à la transition au Mali devra évaluer les six premiers mois d'activité du gouvernement de transition malien, dont la mission s'étale sur 18 mois.
Lire aussi: Boukadoum prend part à la 2e réunion du groupe de soutien au Mali
Mis en place à la suite du changement non constitutionnel du 18 août 2020 ayant conduit au départ de l'ex-président Ibrahim Boubakar Keïta, le gouvernement de transition au Mali a pour mission de maintenir la paix et la stabilité du pays par la mise en œuvre de l'accord de paix et de réconciliation, issu du processus d'Alger et d'organiser des élections générales en 2022.
La réunion a été ouverte par le président togolais Faure Gnassingbé qui a affirmé, dans son allocution d'ouverture, que "la réussite de la période de transition au Mali, n'est plus une option, mais un impératif".
"L'enjeu de la cohésion sociale de ce vaste et beau pays nous interpelle, et nous rappelle que la réussite de cette période de transition n'est plus une option. Mais un impératif plutôt. En effet pour sauver les acquis importants, obtenus, et garantir la poursuite du processus de réconciliation engagé, à la faveur de l'accord d'Alger de 2015, nous n'avons d'autre choix que de réussir, ou d'aider les Maliens à réussir cette transition", a-t-il assuré.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.