Crise politique et dialogue national: Une liste et des couacs     22ème vendredi de protestation: «Pas de dialogue sans la libération des détenus d'opinion»    Affaires Haddad et Tahkout: Ghoul en prison, Zoukh sous contrôle judiciaire    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Sénégal 0 - Algérie 1: Héroïques jusqu'au bout    Analyse - Un cocktail à l'algérienne    Comment ils ont joué    Bac: un taux de réussite de 49,06%    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Edition du 20/07/2019    Les Guerriers du Désert sur le toit de l'Afrique    Le «Hirak» se hisse au sommet de l'Afrique des peuples !    6.800 agents et 25 laboratoires en alerte    Position du Collectif de la société civile du dialogue national    Le peuple tient le cap    Dix personnes incarcérées    Un intérêt soutenu pour la filière blé    Le groupe Sonelgaz accompagnera le programme national    Plusieurs vétérinaires pour le contrôle de la vente et de l'abattage    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Les téléspectateurs toujours emballés    Lancement de la 2e phase qualificative    Le casse-tête des médecins spécialistes    Entre satisfactions et défaillances…    Un diplomate turc tué à Erbil    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    VIGNETTES AUTOMOBILES : La période d'acquittement prendra fin le 31 juillet    ORAN : Démantèlement d'un réseau de trafic de véhicules    PRISON D'EL-HARRACH : Amar Ghoul rejoint ses partenaires politiques    La tombe de Kamel-Eddine Fekhar profané    STATION REGIONALE DE PROTECTION DES VEGETAUX A MOSTAGANEM : Alerte à la mineuse de la tomate de saison    AFFAIRES SONATRACH ET KHALIFA : Chakib Khelil et Rafik Khalifa seront rejugés    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Trump accusé de racisme par le Congrès    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Constantine : les lauréats du concours Cheikh Abdelhamid-Benbadis récompensés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ONU évoque le risque d'une guerre longue et sanglante : La Libye au bord de la dislocation
Publié dans El Watan le 23 - 05 - 2019

L 'émissaire de l'ONU pour la Libye, Ghassan Salamé, a prévenu mardi que le pays se trouve au bord d'une guerre civile qui pourrait conduire à une division permanente.
«La Libye est sur le point de basculer dans la guerre civile, ce qui pourrait entraîner une division permanente de ce pays. Il faudra des années pour réparer les dommages déjà causés, et uniquement si la guerre prend fin immédiatement», a-t-il averti, lors d'une présentation de la situation devant le Conseil de sécurité.
Malgré l'embargo, les armes, souvent lourdes, continuent d'entrer en Libye, au bénéfice de tous les camps, et les groupes terroristes profitent de la situation pour reprendre pied dans le Sud. Ce qui rend crédibles les pires scénarios.
A huis clos, le Conseil de sécurité a discuté d'une ligne de démarcation pour faire reculer les belligérants et donner une nouvelle chance au dialogue. Même si un accord est trouvé, il est peu probable que tout le monde acceptera de jouer le jeu. Beaucoup de pays maintiennent une ambiguïté sur le dossier libyen.
Même si son offensive contre Tripoli est illégale, le maréchal Haftar, considéré comme un rempart contre le terrorisme, jouit, en effet, toujours de certains appuis. Il s'est récemment entretenu avec Emmanuel Macron (qu'il a revu hier) et Donald Trump.
La Russie l'a encore soutenu mardi. «Ceci est le rapport que j'essaie depuis près de deux ans d'éviter d'avoir à publier. Après quarante-huit jours d'attaque de Tripoli par les forces du général Haftar, il y a déjà eu trop de morts et de destruction. Je crains le début d'une guerre longue et sanglante», a ajouté Ghassan Salamé, en référence à la nouvelle offensive contre la capitale libyenne lancée, le 4 avril dernier, par les troupes de l'homme fort de l'Est libyen.
Les conséquences et les risques de ce conflit sont déjà dramatiques, en particulier pour la population libyenne, avec plus de 460 morts, dont 29 civils, et 2400 blessés. Plus de 75 000 personnes, toutes des civiles aussi, ont été forcées d'abandonner leur foyer. «Plus de la moitié des déplacés sont des femmes et des enfants», a souligné M. Salamé.
Les acteurs humanitaires estiment que plus de 100 000 hommes, femmes et enfants restent piégés dans des zones situées à proximité de la ligne de fronts, et que plus de 400 000 autres se trouvent dans des zones directement affectées par les affrontements.
Eu égard à ce sombre constat, Ghassan Salamé a demandé aux membres du Conseil de sécurité d'exiger, sans plus attendre, des parties belligérantes de coopérer avec la Mission des Nations unies pour assurer la cessation complète des hostilités et le retour à un processus politique inclusif dirigé par l'ONU. Mais il faut se le dire : même si les consultations politiques sont importantes, l'espoir n'est cependant plus à un accord politique rapide.
De l'avis de nombreux observateurs, l'urgence, aujourd'hui, consiste surtout à éviter que le conflit ne s'embrase davantage.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.