Le Front Polisario appelle l'ONU à assumer ses responsabilités au Sahara occidental occupé    Covid-19/Sétif : 2314 infractions au confinement en une semaine    Décès du moudjahid Lemtayech Dayekh connu sous le nom de Dayekh Bachagha    DOUANES : Mouvement partiel ciblant 27 inspections divisionnaires    La rumeur sur la mort d'Ouyahia affole la toile    MIGRATION CLANDESTINE : L'approche algérienne présentée à l'UE    DESIGNATION DANS LES POSTES ET LES FONCTIONS A L'ANP : Chanegriha souligne les impératifs critères objectifs    CORONAVIRUS : Décès du SG de la wilaya de Relizane    527 nouveaux cas confirmés et 10 décès en Algérie    Bechar: l'EPH chahid Tourabi Boudjemaa dédié à la prise en charge des malades de la Covid-19    SITUATION SANITAIRE EN ALGERIE : Djerad accuse des ‘'parties'' d'exploiter la crise du Covid-19    PROTECTION CIVILE DE SIDI BEL ABBES : 551 interventions enregistrées en une semaine    PENSIONS DE RETRAITE : Le nouveau calendrier de versement fixé    Un portrait à l'effigie de Mohamed El Badji dévoilé à Alger    Mars brillera pour Abu Dhabi !    La FAF fait le point sur le professionnalisme sur demande du MJS    Renforcer la coopération entre les secteurs de la culture et la micro-entreprise    Des lobbies anti-algériens parasitent les relations algéro-françaises    Ennahdha appelle au départ de Fakhfakh    Les états-Unis haussent le ton contre Khalifa Haftar    La ville de Tanger reconfinée    Tebboune : "Je ne compte pas m'éterniser au pouvoir"    Ghacha suivi par Malines    L'UEFA prend note de la décision    "J'ai transféré 11,3 milliards de centimes du CSA à la SSPA"    "Je n'ai pas peur de la mort"    Les pistes de relance    «L'Etat soutient les industries de transformation»    Air Algérie frôle le crash    10 millions d'enfants risquent de ne plus reprendre l'école    Critères pour faire valoir vos droits à la retraite    Distribution de 1 183 logements sociaux locatifs (LSL)    Pourquoi le sacrifice du mouton est dangereux    Les journalistes interdits de couvrir un procès    Comment communiquer au mieux ?    Tebboune et Poutine échangent sur la Libye et l'Opep    Camus, une enfance pauvre au 17, rue de Lyon, à Alger    Le prénom amazigh Mastan inscrit à l'APC d'El-Biar    Publication inédite de "Printemps d'Alger" d'Emmanuel Roblès    Quand l'art se réfugie dans le monde virtuel    Mon Hebdo est né    Oran: installation du nouveau chef de la sûreté de wilaya    Championnat d'Italie : La Juventus s'approche de son 9e titre d'affilée    Paraguay : La justice rejette une nouvelle demande de libération de Ronaldinho    Foot der des verts    Abderrahmane Benkhalfa: Plaidoyer pour l'ouverture du capital des entreprises publiques    FAF - Reprise du championnat: La réunion de toutes les incertitudes    Le temps de la normalisation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ONU évoque le risque d'une guerre longue et sanglante : La Libye au bord de la dislocation
Publié dans El Watan le 23 - 05 - 2019

L 'émissaire de l'ONU pour la Libye, Ghassan Salamé, a prévenu mardi que le pays se trouve au bord d'une guerre civile qui pourrait conduire à une division permanente.
«La Libye est sur le point de basculer dans la guerre civile, ce qui pourrait entraîner une division permanente de ce pays. Il faudra des années pour réparer les dommages déjà causés, et uniquement si la guerre prend fin immédiatement», a-t-il averti, lors d'une présentation de la situation devant le Conseil de sécurité.
Malgré l'embargo, les armes, souvent lourdes, continuent d'entrer en Libye, au bénéfice de tous les camps, et les groupes terroristes profitent de la situation pour reprendre pied dans le Sud. Ce qui rend crédibles les pires scénarios.
A huis clos, le Conseil de sécurité a discuté d'une ligne de démarcation pour faire reculer les belligérants et donner une nouvelle chance au dialogue. Même si un accord est trouvé, il est peu probable que tout le monde acceptera de jouer le jeu. Beaucoup de pays maintiennent une ambiguïté sur le dossier libyen.
Même si son offensive contre Tripoli est illégale, le maréchal Haftar, considéré comme un rempart contre le terrorisme, jouit, en effet, toujours de certains appuis. Il s'est récemment entretenu avec Emmanuel Macron (qu'il a revu hier) et Donald Trump.
La Russie l'a encore soutenu mardi. «Ceci est le rapport que j'essaie depuis près de deux ans d'éviter d'avoir à publier. Après quarante-huit jours d'attaque de Tripoli par les forces du général Haftar, il y a déjà eu trop de morts et de destruction. Je crains le début d'une guerre longue et sanglante», a ajouté Ghassan Salamé, en référence à la nouvelle offensive contre la capitale libyenne lancée, le 4 avril dernier, par les troupes de l'homme fort de l'Est libyen.
Les conséquences et les risques de ce conflit sont déjà dramatiques, en particulier pour la population libyenne, avec plus de 460 morts, dont 29 civils, et 2400 blessés. Plus de 75 000 personnes, toutes des civiles aussi, ont été forcées d'abandonner leur foyer. «Plus de la moitié des déplacés sont des femmes et des enfants», a souligné M. Salamé.
Les acteurs humanitaires estiment que plus de 100 000 hommes, femmes et enfants restent piégés dans des zones situées à proximité de la ligne de fronts, et que plus de 400 000 autres se trouvent dans des zones directement affectées par les affrontements.
Eu égard à ce sombre constat, Ghassan Salamé a demandé aux membres du Conseil de sécurité d'exiger, sans plus attendre, des parties belligérantes de coopérer avec la Mission des Nations unies pour assurer la cessation complète des hostilités et le retour à un processus politique inclusif dirigé par l'ONU. Mais il faut se le dire : même si les consultations politiques sont importantes, l'espoir n'est cependant plus à un accord politique rapide.
De l'avis de nombreux observateurs, l'urgence, aujourd'hui, consiste surtout à éviter que le conflit ne s'embrase davantage.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.