La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Duel au soleil des Pharaons    Concentration maximale chez les Verts    Les Verts se remettent au travail    Mesures légales pour relancer la production    Mahdjoub Bedda placé sous mandat de dépôt    Juventus: De Ligt explique son choix    Eliminatoires de la CAN 2021: L'Algérie connait ses adversaires    Bahloul échoue aux élections du conseil exécutif de la CAF    Des noms et des questions    Sit-in devant la cour d'Alger pour la libération des détenus : La solidarité s'élargit    Trump accusé de racisme par le Congrès    Printemps arabe et trêve estivale    Collectif d'avocats : «Les quatre enfants du général Hamel sont libérés, les détenus d'opinion encore sous mandat de dépôt»    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Pour une nouvelle gouvernance locale autour de pôles régionaux    Des personnalités conduiront le processus    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    Le Forum civil pour le changement dévoile ses treize personnalités    La sonelgaz dévoile un nouveau modèle de consommation    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    Transition, débat politique et euphorie footballistique : mobilisations collectives et fluidité politique    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Le calvaire des usagers    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le temps judiciaire et le ton politique
Publié dans El Watan le 16 - 06 - 2019

Les dernières mises en détention provisoire hautement symboliques des deux anciens Premiers ministres de Bouteflika, Ahmed Ouyahia suivi de Abdelmalak Sellal, ont permis, d'une certaine manière, à une partie de l'opinion qui positivise le nouveau temps judiciaire dans lequel est entré ce secteur vital à la faveur du hirak de se réconcilier avec les hommes de loi en attendant la consécration de l'indépendance de la justice dans le sillage de la construction de l'Etat de droit.
Après avoir divisé les Algériens, particulièrement les élites, durant les premières semaines du mouvement populaire sur l'opportunité ou non d'ouvrir, maintenant, les dossiers de la corruption – une des revendications majeures de la rue – ce débat est en train de connaître une certaine décantation à la suite des derniers coups d'éclat des arrestations des hautes personnalités, dont les têtes ont été fortement réclamées par la population.
Aux démocrates puristes, qui redoutent des règlements de comptes entre clans du système, appelant à différer l'ouverture des enquêtes judiciaires après l'élection du président de la République légitime et l'instauration de la nouvelle République fondée sur la démocratie et une justice indépendante, s'opposent ceux, nombreux parmi la population, qui ont applaudi à l'emballement de la machine judiciaire de ces derniers jours.
L'actualité judiciaire est vécue comme une catharsis par de larges couches de la société, qui ont pâti des effets ravageurs de la privatisation de l'Etat par une caste de responsables qui n'ont laissé derrière eux que désolation et ruines.
Qu'il y ait des calculs politiques et des règlements de comptes derrière les affaires traitées par la justice et celles à venir pour faire un clin d'œil au hirak ou neutraliser des adversaires, personne ne peut le nier, même s'il faut «suivre le menteur jusqu'à sa porte», comme le dit l'adage, pour apprécier la sincérité et la bonne foi des décideurs !
Mais faudra-t-il pour autant faire la fine bouche et réprimer sa joie face aux bonnes nouvelles qui émanent enfin des tribunaux et auxquelles les Algériens ont peine à croire ?
Le passage des prévenus devant le juge est devenu un moment historique dans la vie de la nation que des citoyens, pas nécessairement encartés politiquement, ont tenu à immortaliser avec leurs smartphones à la vue de ces scènes surréalistes des fourgons cellulaires avec à leur bord de gros clients, sortant sous bonne escorte et sous les quolibets de la foule massée aux abords de la Cour suprême, fonçant en direction de la prison d'El Harrach.
Si ces dossiers n'avaient pas été ouverts maintenant que la pression de la rue est à son paroxysme, pression sans laquelle aucune des conquêtes arrachées – le départ de Bouteflika et l'avortement de toutes les tentatives de prolonger le système – n'aurait été possible, rien ne garantira que, demain, le soleil de l'indépendance de la justice se lèvera sur l'Algérie par enchantement, surtout quand on voit toutes ces fortes résistances au changement du système qui inclinent à relativiser les événements et à rester vigilant pour ne pas succomber au miroir aux alouettes.
L'attente risque d'être longue avec le risque de voir le rêve s'évanouir à la faveur de rapports de forces politiques nouveaux qui ne partagent pas, ni globalement ni dans le détail, les idéaux du hirak.
Il serait en revanche dommageable pour le renouveau démocratique auquel aspirent les Algériens que les procès des justiciables soient exclusivement menés à charge et que la présomption d'innocence ne soit pas respectée, même si la rue qui a subi les violences de toutes natures du système et de ses hommes a déjà rendu son verdict avant celui de la justice.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.