CAN-2021 (U17): l'Algérie dans le groupe B avec le Nigeria    Mouloud Mammeri, héritage et transmission    Une club de Serie A négocie avec Maurizio Sarri    OL : Slimani s'enflamme pour Rayan Cherki    Le Brent renoue avec des niveaux d'avant la crise    Moteurs électriques : les 5 variantes    Un recyclage de nouvelle génération    Le rôle de la cité scientifique de Boumerdès dans la récupération de nos richesses en hydrocarbures    Boukadoum souligne les positions de l'Algérie    Peugeot Landtrek, l'héritier des 404 et 504 pick-up, est né    Le Plan d'action du gouvernement adopté par le CNT    Evolution stylistique et technologique    De l'essence synthétique selon Porsche    Le groupe Toyota en tête du classement    "Le pays ne peut supporter d'autres échecs"    Terrain du Hirak    La prison se charge des convictions !    Le Chabab sans attaquants face à Mamelodi Sundowns    Benamar Mellal, l'atout des Hamraoua    Bouakaz appelle à la «mobilisation générale»    Les flammes de la passion    Saisie de quelque 2 kg de kif traité    Sanitaires «privatisés»    Prenez soin de vous... mangez de la soupe !    Légumes grillés au citron et à la coriandre    Distribution prochaine de 154 LPA    Plusieurs maisons menacent effondrement    Droit d'inventaire vs changement de serrures    EN QUÊTE D'ALGER    L'impossible quadrature du losange qui tourne en rond sans même les images de Perseverance !    Meriem Akroun, ou quand la volonté transcende le handicap    La "French touch" en deuil    Des associations appellent à la réouverture des espaces culturels    Le manga algérien au cœur du débat    SKAF : L'affaire des U21 fait polémique    SOUVENIRS, SOUVENIRS, C'ETAIT IL Y A CINQUANTE ANS ...    La Casbah : La citadelle dévoile ses secrets et son passé rayonnant aux visiteurs    Le ministre du Travail: Vers une intégration massive des jeunes du pré-emploi    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Début de la vente des vignettes automobile à partir du 1er mars    Après avoir reçu la première dose il y a 21 jours: La deuxième phase de vaccination contre la Covid-19 lancée    Mourad Preure, expert en pétrole: «Nos gisements sont surexploités»    185 nouveaux cas durant ces dernières 24 heures    Les mises en garde de Belhimer    Vers plus de députés à l'APN    Sabri Boukadoum: Envoi de troupes en dehors des frontières, des «rumeurs infondées»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Théâtre de la fourmi : Un nouveau théâtre pour la ville d'Oran !
Publié dans El Watan le 18 - 07 - 2020

Une très bonne nouvelle pour Oran : la ville va se doter, très prochainement, d'un nouveau théâtre, qui répondra au nom de «La Fourmi», et dont l'emplacement jouxtera l'hôtel Liberté, c'est-à-dire à l'est de la ville (quartier de l'USTO).
Ce projet salutaire est justement de l'initiative du directeur de cet établissement hôtelier, M. Affane, qui a décidé d'offrir à la ville d'Oran un café-théâtre, qui n'aura, gage-t-on, «rien à envier aux petits théâtres qui pullulent un peu partout en Europe».
Les travaux ont débuté le 16 mars dernier, et la réception du lieu devra avoir lieu d'ici la fin du mois d'août, au plus tard le 1er septembre. Par contre, son ouverture au public reste tributaire de l'évolution de la crise sanitaire, qui touche autant l'Algérie que le reste du monde.
Ce café-théâtre, ou «théâtre de poche» comme on peut également l'appeler, n'abritera pas plus de 100 places, avec une scène d'une dimension de 5m sur 5m. Dès lors qu'il sera opérationnel, – et on espère le plus tôt possible ! – il devra faire le bonheur, en premier lieu, des humoristes algériens, qui trouveront un espace qui leur sera, en partie, dédiée.
En effet, le volet «théâtre» de ce nouvel espace ne devra se consacrer qu'aux stand-up et aux one-men-shows, avec une programmation qui dépendra essentiellement de la demande et l'engouement du public.
Il y aura un autre volet, et pas des moindres, celui du 7e art, puisque, à raison d'une fois par mois, ce nouveau théâtre abritera un ciné-club, avec des projections de films, surtout les productions algériennes, qui seront suivies de débats. D'ores et déjà, nous apprenons que deux films sont programmés, Papicha de Mounia Meddour et Djenia d'Abdelkrim Bahloul.
Ce petit-théâtre se veut polyvalent, car il ambitionne, en plus du 4e et du 7e art, de jeter son dévolu sur la littérature, en organisant périodiquement des cafés littéraires. Enfin, pour que la boucle soit bouclée, et pour ne pas bouder notre plaisir, la musique sera aussi de la partie, et petits groupes musicaux devront pouvoir s'y produire cycliquement. Une cafétéria moderne sera aménagée également tout à côté de ce petit théâtre, ainsi qu'un espace d'expression artistique dédié aux enfants, dans lequel ces derniers pourront apprécier toutes sortes de jeux interactifs pendant que leurs parents seront au théâtre.
M. Affane, directeur de l'hôtel Liberté, nous a expliqué les raisons qui l'ont poussé à se lancer dans ce projet : «Vous savez, en France, des artistes comme Coluche, Patrick Dewaere, Miou-Miou, Depardieu et d'autres encore, tous sont sortis du café-théâtre.
C'était notamment le Splendid. A cette époque, je vivais en France et je fréquentais ce genre d'établissements. Et nous, en notre qualité d'hôteliers, il nous arrive souvent d'abriter dans notre hôtel des événements scientifiques organisés par des entreprises ou de laboratoires. A la fin des manifestations, ces derniers nous demandent à chaque fois de leur organiser une petite fête. Pour cela, on fait appel à des jeunes artistes, notamment des musiciens, qui ont un talent fou mais que personne, malheureusement, ne connaît.
C'est de là qu'est partie l'idée : on s'était dit que la seule solution pour sortir ces jeunes talents de l'ombre, c'est de créer un espace comme le théâtre de La Fourmi et leur permettre de s'exprimer librement.
Ces jeunes ont besoin d'un espace de liberté où ils pourront s'exprimer et se faire connaître.» Il fera également part de son envie de voir non seulement son projet aboutir, mais également faire boule de neige, en ce sens que des petits théâtres, par la suite, verront le jour un peu partout dans toutes les wilayas limitrophes, à Mascara, Tiaret, Relizane, etc.
A noter enfin que le théâtre de La Fourmi sera l'une des très rares, sinon la seule infrastructure cultuelle de cet acabit, implantée dans la zone est de la ville d'Oran.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.