Le Président opère un mouvement partiel dans le corps diplomatique    Des intellectuels appellent à la libération des détenus politiques et d'opinion    Opep+: la Russie appelle tous les pays membres à respecter le taux maximal de conformité    Cession des biens immobiliers de l'Etat: plus de 747.000 dossiers régularisés    Régularisation foncière: une priorité de l'Etat    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Corée en Algérie    Mostaganem: 5 personnes secourues et 4 corps sans vie repêchés en mer    L'ALGERIE, UN MONDE À L'ENVERS.    Khaled Drareni emprisonné : la liberté d'expression condamnée à Alger.    Covid-19: 228 nouveaux cas, 158 guérisons et 9 décès    Médéa: un individu arrêté pour trafic illicite de munitions réelles    Abderrahmane Hammad prend ses fonctions à la tête du Comité olympique et sportif algérien    JO: publication du décret présidentiel portant convocation du corps électoral    Le Bébête Show, version élections US    Le chef des ex-Farc confesse «haïr» son organisation pour les atrocités commises    Plaidoyer pour la dissolution de l'APN    Le dernier délai fixé au 5 octobre    Neghiz plaide la cause de Mebarakou    Recours introduit pour la sanction de Mellal    Révision constitutionnelle: L'Initiative des forces nationales de réforme appelle à une "large" participation au débat et au vote    Régime sec    Signature de six conventions avec Algérie Poste    75 permis de chasse délivrés    Les commerçants en colère demandent la réouverture du marché    Plus de 668 000 têtes à vacciner    Sensibilisation des jeunes issus des zones d'ombre    13,4 millions de personnes ont besoin d'aide humanitaire et de protection, selon l'ONU    La renaissance de Mohammed Dib, le Simorgh    Le 11 septembre oublié ?    Des critères de diversité pour la catégorie «meilleur film» aux Oscars    Crise syrienne : Trump reconnaît avoir envisagé d'«éliminer» Al Assad    Tizi Ouzou : Les distributeurs de lait saisissent les autorités    Mahrez a repris les entraînements    Vers l'abolition du règlement de Dublin sur les demandes d'asile    La France regrette que le gouvernement ne soit toujours pas formé    CORONA, l'ennemi sans nom    La fille des Aurès    Les non-dits    La traditionnelle nouba de la rentrée de Lila Borsali passe au virtuel    Religion et politique : pourquoi craignons-nous la traduction ?    USM Bel-Abbès: Les supporters réclament une société nationale    La Protection civile dresse son bilan: Plus de 7 millions d'estivants et 7 noyades depuis le 15 août    Quatrième périphérique: Deux morts et deux blessés graves dans un accident    Paix et subterfuges    Détournement, dilapidation de deniers publics...: 8 ans de prison pour Ould-Abbès et 4 pour Barkat    Au boulot, citoyens !    Le procès en appel de Mahieddine Tahkout reporté    Les promesses du ministre des Finances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'opposition irritée par la candidature de Ouattara à un troisième mandat
PRESIDENTIELLE EN CÔTE D'IVOIRE
Publié dans El Watan le 08 - 08 - 2020

L 'opposition ivoirienne a fustigé, hier, la candidature à un troisième mandat annoncée par le président Alassane Ouattara la veille au soir, jugeant que la Constitution lui interdisait de se représenter à l'élection présidentielle d'octobre, rapportent des médias. «Alassane Ouattara ne peut en aucun cas se présenter.
Ses propres experts l'ont dit», a déclaré le secrétaire général du Front populaire ivoirien (FPI), l'un des deux plus importants partis de l'opposition, Assoa Adou. Le chef de l'Etat a annoncé en mars ne pas se représenter. Il a justifié son revirement par le décès subit, le 8 juillet, du candidat investi par son parti, le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, évoquant un «cas de force majeure».
La Constitution limite à deux le nombre de mandats présidentiels. Mais selon l'interprétation du pouvoir, le Président, élu en 2010 et qui achève son deuxième mandat, a le droit de se représenter car l'adoption de la nouvelle Loi fondamentale en 2016 a remis les compteurs à zéro. Vision contestée par l'opposition. Pour N'Goran Djédri, membre du bureau politique du Parti démocratique de la Côte d'Ivoire (PDCI, principale formation de l'opposition), «M. Ouattara n'est pas au-dessus des lois». «Le peuple de Côte d'Ivoire doit revendiquer l'application exacte de la Constitution (de 2016) qui stipule en son article 183 que la législation actuellement en vigueur en Côte d'Ivoire reste applicable». «Nous sommes en face d'un projet de coup d'Etat civil en ce sens que le projet de M. Ouattara constitue une violation grave de la Loi fondamentale», a jugé Moussa Touré, directeur de la communication de Guillaume Soro, ancien allié du Président passé à l'opposition, candidat à la présidentielle et exilé en France. «Merci monsieur le Président d'avoir accepté d'être le choix du peuple de Côte d'Ivoire pour conduire les aspirations légitimes des militants et sympathisants du RHDP à la présidentielle d'octobre 2020», a tweeté le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Sidi Touré.
Le président Ouattara a dirigé vendredi matin une brève cérémonie de 15 minutes au palais présidentiel pour le 60e anniversaire de l'indépendance de la Côte d'Ivoire, réduite au stricte minimum en raison de l'épidémie de coronavirus. La crise post-électorale en 2010-2011 a fait 3000 morts.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.