Le journaliste Tarek Aït Seddik n'est plus    L'information locale au centre des préoccupations    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Forte hausse des exportations algériennes en 2021    Une politique difficile à mettre en œuvre    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Les personnels de l'éducation boudent le vaccin    Un casse-tête chinois    Quand les plans de l'AEP font défaut    Ali Ghediri de nouveau devant le juge aujourd'hui    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Pas de président à l'issue du deuxième tour de vote    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Jungle/Pub sur Internet ?    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Les APC sans majorité absolue débloquées    «Le pays est toujours ciblé»    Le temps de l'efficacité    La Sadeg améliore sa desserte    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    Cinq éléments de soutien arrêtés    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Messi penserait à un retour au Barça    Un challenge au sommet de l'UA    Les preuves du complot    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un grand peintre de talent et d'amour
Evocation. Abderrahmane Sahouli
Publié dans El Watan le 08 - 09 - 2011

Lorsqu'on évoque les termes discrétion et modestie, on devrait penser au peintre algérien Abderrahmane Sahouli qui vient de nous quitter.
En effet, l'ayant connu et côtoyé à des moments forts de la vie, car ami de son fils Nadir et de la famille Sahouli, je peux dire qu'il ne cultivait pas le culte de la personnalité et son ego était inexistant car humble et généreux, toujours souriant et affable. Il ne se mettait pas au devant de la scène, et la meilleure preuve est son dévouement à partager son art et son savoir-faire en ayant été près de vingt-cinq ans professeur de peinture à l'école des beaux-arts d'Alger, à la place Emir Abdelkader, non pour des raisons alimentaires, car il avait sa propre entreprise de sérigraphie à Bologhine, mais par désir d'enseigner son «savoir-faire», comme l'ont fait avec lui Youcef Khodja pour la musique et bien d'autres artistes.
Au-delà du savoir-faire, Abderrahmane Sahouli enseignait aussi un «savoir-être». Il était l'élégance même, et de nombreux jeunes ont bénéficié de ce dévouement. Je sais qu'il a redonné confiance à de nombreux jeunes rejetés par le système scolaire, mais qui avaient un don artistique. La société des Beaux-Arts, ouverte à tous sans aucune restriction de classe, a produit de nombreux talents aujourd'hui reconnus. C'était une manière à lui de remercier cette société des Beaux-Arts où il a lui-même étudié et qui lui a permis de vivre sa passion, lui, un enfant de La Casbah, né en 1915.
Pair d'Issiakhem
Il appartenait à cette école de peintres algériens composée de Mohamed Issiakhem, Mohamed Bensemmane ou Mohamed Temmam. Sa passion pour la peinture lui collait tellement à la peau qu'il était face à son chevalet tous les jours, et ce, jusque l'âge de 90 ans, jusqu'à ce que son état de santé ne le lui permette plus. On peut dire aujourd'hui, qu'il a voué sa vie à la peinture, à son épouse Yasmin qui l'a soutenu et encouragé dans cette vie d'artiste, jusqu'à la fin. Il laisse une œuvre pleine de vie et de couleurs vives, une œuvre pleine de cette Algérie si chère. Sa peinture est certainement réaliste et il a fait beaucoup de portraits qui allaient au-delà de la ressemblance photographique.
En effet, il peignait un instant, une émotion, un regard, un profil. Le peintre n'a jamais été attiré par la tendance frénétique du cubisme, du modernisme qu'il respectait mais qui ne l'inspirait pas. Cependant, ses tableaux, même s'ils appartiennent au style figuratif, intégraient des pointes de peinture abstraite. Les objets et les motifs ne reflètent pas uniquement la réalité car Sahouli peignait aussi à la manière des impressionnistes. S'il s'est éteint à Baïnem, c'est à Bologhine qu'il a vécu, son quartier, son lieu de vie et de travail et à ce propos il a laissé des peintures superbes de la côte de Saint-Eugène, des Deux Moulins. A partir de la plage, il a immortalisé cette corniche avec le boulevard qui surplombe cette belle Méditerranée, deux rues plus bas de l'immeuble où il habitait.
En regardant encore cette peinture je ressens une grande émotion grâce au mariage du mouvement des vagues et des nuages blancs au-dessus des villas de la côte, et donc par le mouvement, le peintre a su transmettre tout son amour pour cette superbe ville qu'est Alger.
Casbah, son amour !
Il a peint La Casbah, son lieu de naissance, les hauteurs d'Alger, bien entendu Baïnem et sa forêt où il aimait se promener et qu'il aimait peindre. Il a peint aussi le Sahara et les espaces désertiques. La nature a été au centre de ses motifs car il recherchait une spiritualité et un repos loin du tumulte de la ville. Il a été aussi acteur de la vie culturelle cinématographique et théâtrale d'Alger avec l'affiche si connue du film Le vent des Aurès avec la comédienne Keltoum, ou encore les décors de pièces de théâtre au TNA qu'il a fait à la demande de Bachtarzi, sans oublier sa participation à certaines affiches du 1er Festival panafricain de 1969. Aujourd'hui, certaines de ses œuvres peuvent être vues au musée des Beaux-Arts.
Cependant, il serait important de vite lui rendre hommage en organisant une exposition pour permettre à l'artiste d'être toujours parmi nous et de le faire connaître à la nouvelle génération qui a tant besoin de repères, d'ouverture, d'amour et d'art. Abderrahmane Sahouli a eu la vie qu'il a voulu vivre. Repose en paix.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.