Commerce: permanence respectée à 99% par les commerçants au 1er jour de l'Aïd el Fitr    Le romancier Samir Kacimi anime des ateliers d'écriture virtuels    Benbouzid dévoile les priorités du secteur après la levée du confinement    Territoires Non Autonomes: l'Eucoco rappelle le droit des peuples à l'autodétermination    Aid El Fitr: le Président Tebboune présente ses vœux aux éléments de l'ANP et des travailleurs du corps médical    Le ministre de la Communication salue les efforts des travailleurs du secteur    Campagne de récolte de pommes de terre de saison : un rendement record à Mostaganem    COVID-19: 157 bus mobilisés pour le transport quotidien des personnels de la santé    Arts Martiaux / Classement Ligue Onechampionship: l'Algérien Mahmoudi au pied du podium    Le Premier ministre présente ses vœux au peuple algérien à l'occasion de l'Aïd El-fitr    Le discours intégral de Tebboune    Covid-19: la crise sanitaire entraînerait des transformations numériques "majeures" en Afrique    195 nouveaux cas confirmés et 10 décès enregistrés en Algérie    Hand-MCO: pour un changement du système de compétition des 2 premiers paliers    La détente est nécessaire et possible    CIO : Report des JO-2021 ?    Reprise de la compétition : Trois scénarios pour l'actuelle saison    Jamal Khashoggi : Le pardon de ses fils est «choquant»    L'Affaire Halfaya prend une autre tournure    5 ans de prison ferme requis    Rassemblement des femmes à Béjaïa    Proche-Orient : Les Palestiniens refusent l'aide médicale de MBZ    Défense ; Les Etats-Unis se retirent du traité «Open Sky»    Distribution de 200 000 masques à Tizi Ouzou    On vous le dit    Brèves    Khemis El Khechna : Le marché de gros cédé à 16,2 milliards    Editions Chihab : Mère des Cités, un sacré polar    Au royaume de Massinissa, Jugurtha, Koceila et Dihya    Oran : Les artistes anonymes, autres victimes collatérales de la pandémie    L'année judiciaire ne sera pas clôturée le 15 juillet    Beaucoup reste à faire    La production de la fraise en net recul à Jijel    Les travaux traînent en longueur    Indignation contre une loi sur la sécurité nationale de Pékin    Les feuilles de l'automne    Zemmamouche parti pour rester    Anthar Yahia estime qu'"il n'y a pas assez de terrains"    Des voix dénoncent l'annexion de la Cisjordanie occupée par Israël    Plus de 660 000 déplacés dans le monde depuis fin mars    Lancement d'une campagne artistique en hommage au personnel soignant    "Je finalise un essai sur le règne de Bouteflika"    Une soirée ramadhanesque avec Hind Boukella    La fin de Cheikh Shamessedine sur Ennahar TV    AID EL-FITR : Les journées du 1er et 2 chaoual chômées et payées    Le Président de la République reçoit un appel téléphonique de son homologue égyptien    Les cas confirmés de Covid-19 en hausse dans la bande de Ghaza    L'espoir, cet emprunt fait au bonheur !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le rôle des USA et des médias sous la loupe
Publications-« Arabesque américaine » de Ahmed BensaÂda
Publié dans Horizons le 05 - 03 - 2012


Lors d'une vente-dédicace, organisée dans l'après-midi de dimanche dernier à la librairie Tiers Monde, l'auteur affirme que les puissances étrangères ont joué le rôle de catalyseur dans les révoltes arabes. Il estime que le cas Bouazizi est la goutte qui a fait déborder le vase, parce que les gens ont été déjà formés sur le terrain. Dans son livre, l'analyste souligne le revirement de situation survenu dans certains pays touchés par les soulèvements populaires. Il explique, preuve à l'appui, que les révoltes arabes sont l'œuvre de jeunes démocrates et laïcs, mais ont profité aux islamistes. « Une fois les régimes en place déposés, les initiateurs de ces changements n'ont pas su asseoir une assise politique à leur mouvement », conclut-il. Ecrit dans une langue accessible, « Arabesque américaine » traite aussi de la genèse des révolutions colorées dans les pays de l'Est qui ont réussi à renverser les régimes en place. Les organismes américains se sont fortement impliqués pour « exporter » la démocratie dans les pays arabes et déstabiliser des gouvernements étrangers. C'est une pratique qui ne date pas d'hier. En guise d'argument, l'écrivain cite la multitude d'organisations non gouvernementales, les agences gouvernementales financées par l'Administration américaine et les autres organismes politiques qui représentent une faune inextricable qui œuvre à la promotion et à l'application de la politique étrangère américaine à travers le monde. Le livre montre également l'influence des nouvelles technologies, considérées à juste titre d'outil idéal pour tout révolutionnaire qui désire déstabiliser un régime. D'ailleurs, ces technologies ont été pour beaucoup dans le renversement des régimes. L'auteur affirme, en outre, que le mouvement serbe Otpor est le premier de l'histoire à avoir utilisé les nouveaux outils technologiques, tels que le téléphone portable et Internet dans son action révolutionnaire. Le développement phénoménal des technologies de l'information et leur popularisation dans les pays en développement notamment a donné naissance à de nouveaux outils et moyens de communication très efficaces, dont Google, Youtube et Facebook. En 2009, la « collaboration » entre ces réseaux a été mise en évidence lors de « la révolution verte ». La secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, a déclaré que « Twiter était important pour la liberté d'expression iranienne ». Ahmed Bensaâda a consacré un chapitre au cas de l'Egypte, pour le traitement duquel il s'est servi des câbles wikileaks. Il estime qu'à elle seule, la mobilisation de milliers de personnes dans l'espace virtuel ne suffit pas. Une fois dans la rue, les techniques de mobilisation de foules, de socialisation avec les représentants de l'ordre, de gestion logistique et de comportement requièrent une formation adéquate de longue haleine. Raison pour laquelle « le mouvement a réfléchi aux moyens à utiliser pour mobiliser, discipliner et organiser les manifestations dans la rue ». Dans le chapitre dédié aux autres pays arabes, l'écrivain note que le Monde arabe est une poudrière et la fracture entre le peuple et le pouvoir et ses prébendiers n'a cessé de s'aggraver. Pire, elle s'est transformée en gouffre. D'ailleurs, a-t-il écrit, l'étincelle qui a mis le feu à la poudrière arabe est venue de terre tunisienne, après l'immolation par le feu de Mohamed Bouazizi. M. Bensaâda a expliqué aussi le cas syrien, où une jeune blogeuse de vingt ans a été condamnée à cinq ans de prison en février 2011 pour intelligence avec un pays étranger, et le cas algérien où la contestation a été organisée par la Coordination nationale pour le changement et la démocratie qui regroupait divers partis politiques et syndicats. D'abord facile, « Arabesque américaine » tente de disséquer les tenants et les aboutissants du vent de liberté qui a soufflé sur le Monde arabe.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.