Paiement électronique: le nombre des TPE a évolué de 30% au 1er trimestre 2021    Espagne : CEAS-Sahara appelle la communauté internationale à protéger la population sahraouie    Jouets contrefaits: nécessité de la mise en place d'"un laboratoire de contrôle"    Aïd El-Fitr : 13ème édition de l'opération "un jouet, un enfant, un sourire" récolte des cadeaux    Traidia et Boukhelala parmi les jurys du Festival international du cinéma de La Haye    Finances: nécessité d'accélérer la cadence de numérisation du secteur    Djerad félicite la Oumma Islamique à l'occasion de l'Aid El Fitr    Le Président Tebboune félicite l'ANP, les corps sécuritaire et médical à l'occasion de la fête de l'Aid El Fitr    Man City : Guardiola aurait pris une décision pour Mahrez et Gundogan    Montpellier : Delort buteur face au PSG (Vidéo)    Montpellier : Delort envoie une pique à Mbappé et au PSG    Le Premier ministre accomplit la prière d`Aïd El-Fitr à la Grande mosquée d`Alger    Armée sahraouie : de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    Législatives: Charfi rencontre les représentants des listes indépendantes    ElQods vaincra !    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    Coronavirus : 199 nouveaux cas, 154 guérisons et 7 décès    Foot/ Ligue des champions : le CRB et le MCA pour prendre option à domicile    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Fertoul pense que «ce sera difficile, mais pas impossible»    Eulmi et Tahkout définitivement condamnés    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    Khawa-khawa, benti-oulidi !    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Maturité et montée en gamme    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    "Qu'on m'explique ce que sont les réserves sécuritaires privatives"    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    Les solutions miracles des constructeurs automobiles    Rebiaï suspendu quatre matches    La désignation de Houasnia fait polémique    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Des enseignants universitaires véreux    Réactions mitigées des partis politiques    Le Cnese en phase de propositions    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rendre publics les prix des produits de consommation
Pour éviter les augmentations aléatoires
Publié dans Horizons le 04 - 01 - 2017

Le directeur de la législation et de la réglementation à la Direction générale des impôts (DGI), Mustapha Zikara, a affirmé, mardi dernier à Alger, que la Direction continuera à rendre publics les prix des produits de consommation ainsi que toutes les hausses contenues dans la loi de finances pour 2017, pour éviter les augmentations aléatoires de la part des commerçants. Intervenant en marge d'une journée d'information sur la loi de finances pour 2017 organisée par la Chambre algérienne de commerce et d'industrie (Caci) au profit des entreprises, le représentant de la DGI a fait savoir que « les augmentations de certains produits et marchandises sont injustifiables », précisant que la DGI « publiera toutes les modifications, même légères, survenues réellement sur les prix de certains produits, afin d'informer le citoyen et éviter toute augmentation aléatoire de la part des commerçants ».
La DGI avait publié, à la fin du week-end dernier, les légers changements survenus dans les prix de certains produits de large consommation ainsi que les produits non concernés par les augmentations de prix, a ajouté Zikara, précisant que « d'autres listes de produits seront rendues publiques, dans les jours à venir, afin d'informer le consommateur sur les prix réels et éviter les augmentations injustifiées ». La DGI avait indiqué, dans une note explicative, les détails relatifs à l'augmentation de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) qui est passé de 17 à 19% pour le taux normal et de 7 à 9% pour le taux réduit, indiquant que cette modification sera sans impact sur les prix de dizaines de produits tels le pain, le lait, la semoule, l'huile à base de soja, les fruits et légumes à l'exclusion de ceux importés et ceux commercialisés par des redevables de la TVA (les vendeurs d'étalage dans les marchés et les petits commerçants ne sont pas considérés redevables de cette taxe). Les autres produits et services exonérés par la TVA sont, entre autres, les moissonneuses-batteuses fabriquées en Algérie et le papier destiné exclusivement à la fabrication et à l'impression du livre, les contrats d'assurances de personnes et les opérations de crédits bancaires accordés aux ménages pour l'acquisition ou la construction de logements individuels.
La publication des prix « permettra de mettre tout un chacun devant ses responsabilités et mettre à nu les augmentations exagérées », a affirmé Zikara ajoutant que l'augmentation des prix des produits de l'électroménager, quant à eux, ne sera effective qu'après le premier semestre 2017 pour les produits importés, et à partir de 2018 pour les produits fabriqués localement, et ce, après taxation des produits énergétivores. Il a précisé également que les produits concernés par l'augmentation des prix du fait du relèvement de la TVA connaîtront une hausse n'excédant pas les 2% de leur prix. Appelant à « ne pas exploiter cette situation pour opérer des augmentations aléatoires », Zikara a recommandé l'affichage des prix dans les commerces pour permettre au citoyen de distinguer les prix réels des ceux exagérés. Par ailleurs, il a rappelé que la plupart des mesures contenues dans la loi de finances pour 2017 visent à encourager la croissance de l'économie nationale, la création d'entreprises et la mise en place d'un large tissu national de sous-traitance, précisant que « la seule disposition à même de permettre des fonds supplémentaires au profit du Trésor public est le relèvement de la TVA de 2% seulement ». Evoquant les principales dispositions fiscales contenues dans la loi de finances en vue de faciliter les procédures aux opérateurs publics ou privés, voire même aux nouveaux investisseurs, Zikara a affirmé que les services des Impôts « aspirent à la numérisation de l'ensemble de la documentation fiscale, des opérations de paiement et de recouvrement fiscal d'ici à la fin de l'année en cours, ce qui permettra leur simplification ainsi que la réduction de l'intervention humaine ».
Zikara a fait état de la numérisation de 60% des opérations de recouvrement fiscal avec les grandes entreprises, qualifiant d'« exagérés » les chiffres rapportés concernant les taux de non-recouvrement ». Il a précisé, dans ce sens, qu'une bonne partie concerne des entreprises publiques ayant été dissoutes par l'Etat et sont, par conséquent, non redevables juridiquement. Pour sa part, Amel Abdelatif, directrice du contentieux à la DGI, a affirmé que les dispositions fiscales contenues dans la loi de finances pour 2017 permettent la simplification des procédures en faveur des personnes morales ou physiques. Nombre de représentants d'entreprises publiques et privées ainsi que des responsables en charge des finances et des Impôts ont assisté à cette journée d'information.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.