Sabri Boukadoum fait le ménage au MAE    Abdelkader Ouali placé en détention provisoire    Les événements d'El-Guerguerat, un "manquement" du Maroc à son obligation de ne pas entraver le processus de règlement onusien    VIOLENCE A L'EGARD DES FEMMES : Le CNDH appelle à davantage d'efforts    KHENCHELA : Raccordement "prochain" de 450 foyers au réseau de gaz    Projet de loi sur la lutte contre l'enlèvement: des membres du Conseil de la nation saluent la teneur du texte    MASCARA : Deux arrestations et saisie d'hallucinogènes    Décès de Saïd Bouhadja: Chanegriha présente ses condoléances à la famille du défunt    Le DGSN évoque avec l'ambassadeur suisse la coopération dans les domaines de police    L'APLS mène des attaques intenses sur des positions marocaines pour le 12e jour consécutif    Ligue 1: USMA-ESS, un choc pour lancer la saison    LDC : Le programme de ce mercredi    FIFA Best : Les 5 nominés pour le titre d'entraineur de l'année    Yacine Mebarki Condamné à un an de prison    Le moudjahid et ancien président de l'APN Said Bouhadja n'est plus    Déjà en phase de modernisation    Un scooter propre et innovant    Escapade dans le monde des SUV    Numérisation en cours    Des marchés couverts désertés par les commerçants et la clientèle    Covid-19 : tout sur les tests de dépistage    Vous parlez au nom de qui ?    Maïssa Bey sur les traces d'Amara Lakhous    Dans le Sud irakien, le narguilé, c'est l'affaire des ébénistes    Des mesures pour faire face à une situation d'urgence    Des agriculteurs bloquent le lancement des travaux    Qualification de huit nouvelles recrues    Les civils piégés à l'approche de la bataille de Mekele    Les banques publiques difficilement vendables    Renvoi du verdict au 8 décembre prochain    Liberté pour Yacine Mebarki    Le sujet qui fâche    EN U20 : Un stage d'une semaine à Sidi Moussa    Timimoun : Des chercheurs préparent un sommet des oasis en 2021    Le Mouloudia d'Alger à pied d'œuvre au Bénin    USMBA – RCR : Treize joueurs qualifiés par la LFP    Musée Public National des Antiquités d'Alger : Acquisition de nouvelles pièces archéologiques    Maroc-Sahara Occidental: «Une reprise des hostilités préméditée»    Les facteurs dopants    Pénurie de Lovenox: Le ministre accuse l'automédication    Tlemcen: Un projet pour sécuriser l'alimentation en eau    Arabie saoudite : un site d'Aramco touché par un missile    Gestion de la situation sanitaire, AEP, prévention contre les inondations: Djerad préside une réunion des walis    LA NATURE DU CIEL ET LE POIDS DU COUFFIN    Le tourisme grand perdant    La DGSN rappellel'obligation du port du masque en voiture    Lancement fin novembre des travaux de réalisation de 140.000 logements    Macron provoque la tempête !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Espagne : négociations «in extremis» pour un gouvernement
Alors que la crise politique va en s'exacerbant
Publié dans La Tribune le 27 - 04 - 2016

Un petit parti régional, Compromis, a relancé les négociations pour trouver un gouvernement en Espagne, en proposant un accord in extremis aux formations de gauche pour éviter la tenue d'élections anticipées. «Nous pouvons encore éviter la tenue d'élections», a dit Antonio Hernando, porte-parole socialiste, assurant que sa formation était déjà d'accord avec la plupart des points proposés par le parti régionaliste de gauche Compromis.
Un petit parti régional, Compromis, a relancé les négociations pour trouver un gouvernement en Espagne, en proposant un accord in extremis aux formations de gauche pour éviter la tenue d'élections anticipées. «Nous pouvons encore éviter la tenue d'élections», a dit Antonio Hernando, porte-parole socialiste, assurant que sa formation était déjà d'accord avec la plupart des points proposés par le parti régionaliste de gauche Compromis. La proposition de Compromis est intervenue alors que le roi devait achever une série d'entretiens avec les dirigeants politiques espagnols après laquelle il pourrait annoncer la tenue de nouvelles élections en juin, faute d'accord pour la formation d'un gouvernement. Les législatives du 20 décembre avaient laissé un parlement fragmenté, sans majorité claire. Le PSOE accepterait l'accord qui prévoit des mesures d'urgence sociale, de lutte contre la corruption ou de «régénération démocratique», en échange de la formation d'un gouvernement dirigé par le PSOE et des personnalités «indépendantes», a expliqué Hernando. Podemos a jugé l'initiative de Compromis «intéressante», mais assuré qu'il n'était pas favorable à un «gouvernement du PSOE en minorité», sans cependant préciser s'il acceptait de discuter sur cette base. Compromis, un parti de la région de Valence, sur la côté méditerranéenne, propose la formation d'un gouvernement de coalition composé de partis de gauche : les socialistes, Podemos (gauche radicale) et Izquierda unida (Gauche unie, écolo-communiste) notamment. Hernando a assuré que son parti acceptait d'emblée 27 des 30 points de la proposition de Compromis et qu'ils étaient compatibles avec l'accord qu'il a déjà passé avec le parti libéral Ciudadanos, dont les autres partis de gauche ne veulent pas. Ciudadanos a cependant rejeté d'emblée la proposition estimant la situation de blocage « condamnée à de nouvelles élections ». «L'accord à minima», rédigé par ce seul parti dans la nuit, a été présenté au roi Felipe VI et transmis aux autres formations de gauche auxquelles il s'adresse. Une alliance entre le Parti socialiste, qui dispose de 90 sièges, et Podemos et ses alliés 65 sièges, pourrait, avec l'abstention des nationalistes et des indépendantistes, permettre «un gouvernement de changement» et chasser la droite du gouvernement, qu'elle dirige depuis 2011, a expliqué le porte-parole de Compromis à la chambre basse, Joan Baldovi. «Nous voulons que le PSOE, Podemos, Compromis et Izquierda unida gouvernent l'Espagne», un gouvernement dirigé par le secrétaire général du Parti socialiste Pedro Sanchez, a bien précisé l'élu, qui n'inclut pas les centristes dans cette coalition. Les élections du 20 décembre ont débouché sur un Parlement fragmenté entre quatre grands partis: le Parti populaire (conservateur), en tête avec 123 sièges sur 350, suivi du Parti socialiste, de Podemos et de Ciudadanos, qui a 40 députés. La droite, isolée, n'a pas trouvé d'alliés. Mais aucun autre parti n'a réussi depuis le 20 décembre à débloquer la situation.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.