Présidentielle du 12 décembre: Les élections sont l'unique solution pour sortir de la crise    Poursuite de l'action pour garantir aux enfants tous leurs droits consacrés dans la convention des droits de l'enfant    Le projet de loi sur les hydrocarbures devant la Commission économique du Conseil de la Nation    Colonies israéliennes: rejet international de la position américaine    Agence CNAS d'Alger: Plus de 82 millions de DA d'indemnisations pour maladies professionnelles depuis janvier 2019    CAMPAGNE ELECTORALE : Bengrina s'engage à éradiquer la corruption    LE MINISTRE DU TRAVAIL AFFIRME : L'Algérie a ratifié 60 accords internationaux du travail    DISTRIBUTION DES 300 LOGEMENTS SOCIAUX A AIN TURCK : Les exclus observent un sit-in devant la Daïra    MASCARA : Arrestation d'un individu pour incendie volontaire    AIN TEMOUCHENT : Un mort et un blessé suite au renversement d'un tracteur    Troisième jour de campagne: les candidats s'engagent à poursuivre la lutte contre la corruption    JSK : Benchérifa «Je demande aux supporters de rester derrière leur équipe»    USMA : Le TAS reporte le verdict et exige le PV du BF    MCA : Les joueurs se sont réunis dans les vestiaires avec Sakhri    Inauguration mercredi d'une nouvelle desserte reliant Alger à Tébessa    L'ethnie sidama vote demain sur son autonomie    Le principal port d'Irak bloqué par les manifestants    Moscou confirme un sommet le 9 décembre à Paris    Des dizaines d'arrestations à travers le pays    Le montant des créances de la Cnas explose    Djellab relève l'importance de donner une valeur ajoutée à la datte algérienne    Les Canaris préparent Saoura et Vita Club    "J'exige un contrat de travail !"    Le lieu et la date du match connus jeudi    L'Algérie, un marché à potentiel    Trois manifestants blessés    Un fourgon fonce dans l'enclave espagnole de Ceuta avec 50 migrants à bord    Le gouvernement évoque une situation «plus calme»    Un enfant de deux ans se noie dans un bassin d'irrigation à Belacel    ACTUCULT    Des conférenciers algériens attendus à Tunis    Une stèle en hommage aux victimes du 17 Octobre 1961 à Bouzeguène    "Ecrire pour se raconter. Variations sur une œuvre"    Transition    "D'un univers à un autre", nouvelle exposition de Khaled Rochdi Bessaih    XIVe Championnat d'Afrique de tir sportif : Quinze pays participent pour des places aux JO    Eliminatoires/CAN-2021 (2e j): l'Algérie assure, les Comores musèlent l'Egypte    Le mal-être de la société vue en jaune    Suivi mitigé de la grève des enseignants du primaire    Recherches dans le domaine de la cancérologie: Mise en lumière des travaux de trois lauréats    Procès boycotté par les avocats: Deux ans de prison ferme requis contre 20 détenus du hirak    MILA : La CNR organise des journées portes ouvertes    Selon l'économiste, Anisse Terai "Les banques publiques algériennes sont réduites au statut de caisses"    Libye : Washington appelle Haftar à cesser son offensive sur Tripoli    M'hamad Khedad : Le discours du roi est une expression d'inquiétude face à la situation au Maroc    Trois condamnations et quatre acquittements    Tebboune professe ses convictions    CONSTANTINE - 16e édition de Dimajazz : Inoubliable soirée de clôture avec le Wonder Collective    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Espagne : négociations «in extremis» pour un gouvernement
Alors que la crise politique va en s'exacerbant
Publié dans La Tribune le 27 - 04 - 2016

Un petit parti régional, Compromis, a relancé les négociations pour trouver un gouvernement en Espagne, en proposant un accord in extremis aux formations de gauche pour éviter la tenue d'élections anticipées. «Nous pouvons encore éviter la tenue d'élections», a dit Antonio Hernando, porte-parole socialiste, assurant que sa formation était déjà d'accord avec la plupart des points proposés par le parti régionaliste de gauche Compromis.
Un petit parti régional, Compromis, a relancé les négociations pour trouver un gouvernement en Espagne, en proposant un accord in extremis aux formations de gauche pour éviter la tenue d'élections anticipées. «Nous pouvons encore éviter la tenue d'élections», a dit Antonio Hernando, porte-parole socialiste, assurant que sa formation était déjà d'accord avec la plupart des points proposés par le parti régionaliste de gauche Compromis. La proposition de Compromis est intervenue alors que le roi devait achever une série d'entretiens avec les dirigeants politiques espagnols après laquelle il pourrait annoncer la tenue de nouvelles élections en juin, faute d'accord pour la formation d'un gouvernement. Les législatives du 20 décembre avaient laissé un parlement fragmenté, sans majorité claire. Le PSOE accepterait l'accord qui prévoit des mesures d'urgence sociale, de lutte contre la corruption ou de «régénération démocratique», en échange de la formation d'un gouvernement dirigé par le PSOE et des personnalités «indépendantes», a expliqué Hernando. Podemos a jugé l'initiative de Compromis «intéressante», mais assuré qu'il n'était pas favorable à un «gouvernement du PSOE en minorité», sans cependant préciser s'il acceptait de discuter sur cette base. Compromis, un parti de la région de Valence, sur la côté méditerranéenne, propose la formation d'un gouvernement de coalition composé de partis de gauche : les socialistes, Podemos (gauche radicale) et Izquierda unida (Gauche unie, écolo-communiste) notamment. Hernando a assuré que son parti acceptait d'emblée 27 des 30 points de la proposition de Compromis et qu'ils étaient compatibles avec l'accord qu'il a déjà passé avec le parti libéral Ciudadanos, dont les autres partis de gauche ne veulent pas. Ciudadanos a cependant rejeté d'emblée la proposition estimant la situation de blocage « condamnée à de nouvelles élections ». «L'accord à minima», rédigé par ce seul parti dans la nuit, a été présenté au roi Felipe VI et transmis aux autres formations de gauche auxquelles il s'adresse. Une alliance entre le Parti socialiste, qui dispose de 90 sièges, et Podemos et ses alliés 65 sièges, pourrait, avec l'abstention des nationalistes et des indépendantistes, permettre «un gouvernement de changement» et chasser la droite du gouvernement, qu'elle dirige depuis 2011, a expliqué le porte-parole de Compromis à la chambre basse, Joan Baldovi. «Nous voulons que le PSOE, Podemos, Compromis et Izquierda unida gouvernent l'Espagne», un gouvernement dirigé par le secrétaire général du Parti socialiste Pedro Sanchez, a bien précisé l'élu, qui n'inclut pas les centristes dans cette coalition. Les élections du 20 décembre ont débouché sur un Parlement fragmenté entre quatre grands partis: le Parti populaire (conservateur), en tête avec 123 sièges sur 350, suivi du Parti socialiste, de Podemos et de Ciudadanos, qui a 40 députés. La droite, isolée, n'a pas trouvé d'alliés. Mais aucun autre parti n'a réussi depuis le 20 décembre à débloquer la situation.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.