AFFAIRE SOVAC : Ouyahia face à une nouvelle affaire de corruption    17e manifestation des étudiants: La mort de Morsi renforce la conviction d'un Etat civil    SOLUTION CONSTITUTIONNELLE : Gaïd Salah présente les arguments de l'armée    L'ONM : « La période de transition instituée par l'article 102 a engendré un échec total »    Rien que la présidentielle...    Le Conseil de la concurrence revendique une autonomie    «La corruption n'est pas un phénomène, c'est un système qu'il faudrait changer»    Ali Haddad écope de 6 mois de prison    Courrier des lecteurs    Serraj refuse tout dialogue avec Haftar    «Piratage de l'esprit»    Belmadi : "Il y a encore des choses à parfaire"    Cherif El-Ouazzani s'interroge ...    Salah Assad honoré pour l'ensemble de sa carrière à Doha    L'arrivée au Caire avancée de 24 heures    «Il est parti sans raison particulière»    Jean-Christophe Hourcade, nouveau préparateur physique    Nouvelles de l'Ouest    Trois candidats exclus pour fraude    102 élèves ont obtenu 10/10    Un candidat devant la justice    60 participants à Sidi M'hamed-Benaouda    Manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011» : Le chapiteau de tous les scandales    Le sujet de lettres arabes fait polémique    sortir ...sortir ...sortir ...    La judicieuse combinaison entre mémoire et histoire    Les deux faces d'un même dollar    Sant' Egidio bis?    Baccalauréat 2019 à Médéa : L'heure de vérité pour les 12 566 candidats    Une bonne nouvelle enregistrée lors du dernier entrainement des Verts à Doha    RC Relizane: Le président Hamri jette l'éponge    DES DIPLOMES COMME ORNEMENT    Sa gestion sera confiée à une EPIC de wilaya: La plage artificielle des Genêts officiellement ouverte l'été prochain    Une attitude pour le moins équivoque    Requête pour un réarmement moral de l'Algérie    Avionneur : Boeing veut réduire la portée et la durée de certains essais    Prévarication, concussion, corruption, dilapidation    Ecole supérieure d'infanterie de Cherchell : Sortie de neuf (9) nouvelles promotions d'officiers et de sous-officiers    Sénégal : Le "dialogue national" engagé, "nécessaire" ou "jeu de dupes"?    Après une pique à l'Iran : La Royal Navy a-t-elle déployé des troupes en mer d'Oman ?    Guerre commerciale : Tarifs douaniers, le "Guerre et Paix" de Donald Trump    Foire internationale d'Alger : Ouverture de la 52e édition ce mardi avec la participation de 15 pays    Seat algérie : main-d'oeuvre gratuite pour la première vidange    Rajoelina obtient la majorité absoluedes députés    Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    Mohamed Morsi meurt pendant son procès    L'ex-P.-dg du CPA placé sous mandat de dépôt    130 millions DA pour l'aménagement de lazaouia de Sidi Cheikh    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le résultat du scrutin suspendu
Allemagne
Publié dans Le Maghreb le 27 - 09 - 2009


L'Allemagne pourrait-elle devenir ingouvernable ? au jour J, l'incertitude régnait toujours quant à la couleur de la nouvelle coalition qui sortira des urnes. Et c'est, au fond, la seule question qui a préoccupé états-majors des partis et commentateurs, du début à la fin de cette campagne électorale : à quel type d'alliance peut-on prétendre face à l'émiettement du paysage politique allemand ? Un phénomène qui s'accélère depuis l'apparition du parti de la gauche radicale, Die Linke, et met à mal l'émergence de majorités stables. A en croire les instituts de sondage, c'est une singularité du code électoral allemand qui pourrait déterminer l'issue du scrutin dimanche soir : les "mandats excédentaires" (Überhangsmandate), susceptibles de faire pencher la balance du côté de la CDU d'Angela Merkel en lui apportant quelques sièges supplémentaires bienvenus. Outre-Rhin, chaque électeur dispose de deux voix, l'une pour un candidat dans sa circonscription et l'autre pour un parti. Si, dans un Land, un parti obtient - grâce aux premières voix - un nombre d'élus directs supérieur à ce qu'il aurait obtenu à la seule proportionnelle, il garde ses "mandats excédentaires". Cette année, les conservateurs pourraient décrocher une vingtaine de sièges supplémentaires. Un plus peut-être décisif en cas de résultats très serrés. Cela permettrait à Angela Merkel de gouverner, comme elle le souhaite, avec les libéraux du FDP. Le président du SPD, Franz Müntefering, a d'ores et déjà dénoncé une "coalition sans légitimité" et la tête de liste des Verts, Jürgen Trittin, une "majorité escroquée". De fait, la Cour constitutionnelle a condamné, en 2008, ce système. Tout en laissant au gouvernement jusqu'en 2011 pour modifier le code électoral. Un coup d'oeil aux derniers sondages avant le vote en donne un aperçu très concret. Les Unions chrétiennes CDU-CSU arrivent certes en tête. Mais le score n'a rien de glorieux : Angela Merkel est en passe de rééditer son résultat des législatives de 2005 (35,2 %), jugé à l'époque fort médiocre. Quant au parti social-démocrate (SPD), il est crédité de 25 % à 26 % des voix. Loin, bien loin des 40 % et des poussières obtenus par Gerhard Schröder en 1998. Les deux grands Volkspartei ("partis de rassemblement populaire") se montrent incapables de stopper l'hémorragie de leur électorat. Phénomène parallèle, selon les sondages, le nombre d'abstentionnistes et d'indécis bat des records. A la veille du scrutin décisif, un quart des électeurs hésite encore. "Cela m'inquiète beaucoup d'entendre et de lire qu'autant de gens n'ont pas encore décidé pour qui ils voteront, voire s'ils iront voter", a réagi l'ancien chancelier CDU Helmut Kohl, sorti de son silence le temps d'une interview au tabloïd Bild, jeudi 24 septembre, pour soutenir Angela Merkel. Dans la dernière ligne droite, le SPD essaie, quant à lui, d'en tirer parti : "Allez voter le 27 septembre ! Demandez à vos voisins s'ils voteront. Convainquez-les. Les sociaux-démocrates ne sont pas infaillibles, mais nous n'avons pas perdu le nord pendant la crise, souvenez-vous-en !", a lancé le candidat social-démocrate, Frank-Walter Steinmeier, lors d'un meeting. Le taux de participation devrait être l'un des plus bas depuis l'existence de la République fédérale. Les experts y voient, pour beaucoup, le résultat de l'incapacité des deux grands partis à se distinguer après quatre ans à gouverner ensemble. Et Mme Merkel, en choisissant de mener jusqu'au bout une campagne sans contenu, n'a pas su éveiller l'intérêt des Allemands. Intégration, éducation, sécurité... : aucun de ces sujets d'actualité n'a été abordé par la chancelière qui a concentré son discours sur d'hypothétiques baisses d'impôts. L'issue des élections promet un peu plus de suspense, après des semaines de débat sans saveur. Une alliance entre les conservateurs et les libéraux du FDP, favorisée par Mme Merkel, ne dispose dans les sondages que d'une très courte avance (47 % à 48 % des voix). "Les élections ne seront décidées que dans les derniers mètres", a reconnu le secrétaire général de la CDU, Ronald Pofalla. Des coups de théâtre sont envisageables. Les libéraux ont promis de ne s'allier qu'avec la CDU. Mais certains assurent qu'ils pourraient virer de bord au soir du 27 septembre s'ils ne peuvent entrer au gouvernement qu'à travers un mariage avec le SPD et les Verts. Pourtant, pareille alliance, presque contre-nature et formée sur le plus petit dénominateur commun, risquerait de voler rapidement en éclats. Dès lors, plus personne n'ose exclure le scénario d'une reconduction de la grande coalition CDU-SPD. Mais une telle combinaison, qualifiée à l'origine d'"exception démocratique", pose là aussi un problème de stabilité. En cours de législature, les sociaux-démocrates pourraient bien céder à la tentation d'une alliance avec le parti de la gauche radicale Die Linke. Et détrôner ainsi Angela Merkel avant les élections de 2013. La chancelière n'est pas dupe de cette épée de Damoclès suspendue au-dessus de sa tête : "Certains au sein du SPD rêvent de travailler main dans la main avec Die Linke avant cette échéance, a-t-elle récemment accusé. Peut-être dès 2012, ou même 2011." Avec cinq acteurs installés pour de bon dans le jeu politique allemand, la formation de gouvernement est devenue un vrai casse-tête. Les dernières élections régionales du 30 août l'ont une nouvelle fois démontré. En Sarre, à l'ouest, et en Thuringe, à l'est, les partis n'ont toujours pas réussi à se mettre d'accord cinq semaines après le vote. "Cela tient aussi aux vieux réflexes des partis qui réfléchissent toujours en termes de droite ou de gauche", souligne Oskar Niedermayer, politologue à l'Université libre de Berlin. Le scénario se répétera-t-il au niveau fédéral ? En 2005, conservateurs et sociaux-démocrates avaient passé plus de deux mois à négocier avant de parvenir à s'entendre sur la nomination d'Angela Merkel à la tête du gouvernement. La chancelière part à nouveau grande favorite du scrutin. Mais rien ne dit qu'elle pourra de sitôt prêter serment au Bundestag. M.K

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.