Des aliments sains à consommer avant de faire du sport    Aïn Témouchent : Le flou entoure la centrale électrique de Terga    Retards dans la réalisation de projets sportifs : Des mises en demeure adressées aux entreprises et bureaux d'études    Juventus : Ronaldo déterminant pour la signature de De Ligt ?    Saison estivale 2019 : Aménagement de 62 plages autorisées à la baignade    Nouvelles de l'Ouest    Le secteur de la santé à Chlef : Beaucoup d'argent consommé sans impact sur la population    Le coup de com de D. Trump    Alger : Rassemblement pour la libération de manifestants détenus    Affaire KIA: Youcef Yousfi auditionné par la Cour suprême    Conseil de la nation: La demande de levée de l'immunité parlementaire de Amar Ghoul à l'étude    Equipe nationale: Pouvait mieux faire !    Chambre de commerce et de l'industrie de l'Oranie - CCIO: La commission ad-hoc des JM 2021 installée    Groupe F : Ghana-Bénin, aujourd'hui à 21h00: Les Black Stars à la recherche de leur passé    Tébessa: Cinq personnes écrouées pour une affaire de 730 milliards    SDC-Sonelgaz de Tlemcen: Le président de la commission des marchés publics devant la justice    Le PDG de Sonelgaz à Oran: Deux nouveaux directeurs de distribution installés à Oran et Es-Senia    L'ARBRE DESSECHE    Le drapeau    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    APN : Examen de la levée de l'immunité parlementaire de Boudjemaa Talaï    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Fiba-Afrique : Le Mozambicain Anibal Manave nouveau président    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Raison d'Etat    Un fonctionnaire de la direction de l'Action locale arrêté en flagrant délit de corruption    Protection des plages contre la pollution    Les moustiques posent un problème de santé publique pour les habitants    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Forum des chefs d'entreprises (FCE): Mohamed Sami Agli élu nouveau président    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    Levée de l'immunité parlementaire du député Boudjemaa Talai et du sénateur Amar Ghoul    L'Etat à la rescousse    Can 2019 Les verts réussissent leurs débuts    Un médecin placé en détention provisoire    Baisse "importante" des quantités en mai 2019    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    L'Algérien Toufik Hamoum à latête d'un conseil technique de l'Unesc    L'Iran a utilisé le système Sol-Air Khordad pour abattre le drone de reconnaissance Furtif US RQ-4A    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed pour réclamer la libération des manifestants détenus à El Harrach    Déclaration    Lounès Matoub, la révolution dans l'âme    Paroles et images de femmes    Lancement au Maroc d'une exposition itinérante    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Réforme du marché financier : L'ouverture du capital des EPE industrielles organisées en SPA envisagée
Publié dans Le Maghreb le 17 - 12 - 2011

Dans le cadre de la réforme du marché financier, la Commission d'organisation et de surveillance des opérations de Bourse, la Cosob, a proposé, d'ouvrir le capital des entreprises publiques industrielles organisées en sociétés par actions. Lors de la présentation des premiers résultats du plan de développement du marché financier algérien, M. Noureddine Smaïl, le président de la Cosob, a déclaré que des pistes d'introduction en Bourse des entreprises publiques organisées en sociétés par actions, relevant du secteur industriel, ont été identifiées. En général, les premiers résultats de cette réforme stratégique menée avec des experts internationaux, et financée en partie par le PNUD, ont fait ressortir quatre pistes pour développer le marché financier en Algérie, encore à la traîne.
Selon M. Smaïl, la première option retenue à cet effet est de consolider par la Bourse les opérations de partenariat réalisées entre l'Etat et le public, l'objectif de cette proposition étant de céder au public, via la Bourse, une partie des actions détenues par l'Etat ou par son partenaire stratégique. En revanche, le deuxième axe de cette réforme est de favoriser l'émergence de partenaires stratégiques pour l'Etat, en cédant des actions en bourse à des partenaires privés mais aussi au grand public. La formule d'actionnariat recommandée dans ce plan de développement est que l'Etat conserve 50 à 60% des actions. C'est ainsi que la Cosob a suggéré que le public détienne 20 à 30% des actions cédées. La troisième recommandation concerne, notamment, l'introduction en bourse les entreprises disposant de projets de croissance dans des secteurs concurrentiels. "Plusieurs entreprises privées ont exprimé formellement leur intention d'ouvrir leur capital via la bourse d'Alger, c'est des projets concrets", a indiqué à ce propos le président de la Cosob. Et d'ajouter : " ces entreprises font face cependant à des contraintes qu'il faut examiner et lever ". M. Smail a expliqué que certaines d'entre elles sont constituées de capitaux étrangers ce qui nécessite, lors de l'ouverture de leur capital, de respecter le droit de préemption de l'Etat concernant la cession de leurs participations. L'autorisation à ces entreprises de céder à la bourse une partie de leur capital sans demander à l'Etat s'il désirait les reprendre lui même dans le cadre du droit de préemption va inciter davantage ces entreprises à s'introduire en bourse, estime-t-il. "Il est proposé d'examiner l'exercice de ce droit de préemption dans le cadre d'une cession de participations étrangères à la Bourse d'Alger. C'est une piste très importante qui va ouvrir la voie à ces entreprises pour s'introduire en Bourse", a-t-il dit. Pour la cession des actions des établissements financiers et des banques, la Cosob recommande au Conseil de la monnaie et du crédit d'autoriser ce type d'ouverture de capital. "C'est une réalité, le CMC doit donner son autorisation pour tout changement d'actionnariat dans les banques et les établissements financiers, ce n'est pas propre à l'Algérie ça existe partout dans le monden mais ce que nous proposons c'est de définir un seuil significatif de cession de participation qui requiert l'autorisation du CMC", a-t-il suggéré. Les résultats de la première phase de l'exécution de ce plan de développement ont fait ressortir, par ailleurs, la nécessité de recourir à l'épargne publique dans le financement des projets réalisés avec des partenaires étrangers. "La règle de 51/49% est une réalité mais nous voulons à travers cette réforme que les 51% du capital revenant aux nationaux soient mobilisés par appel public à l'épargne via la bourse, c'est une pratique internationale qu'ont peut appliquer en Algérie", a fait savoir le président de la Cosob. La réforme du marché financier porte sur des actions concrètes visant essentiellement à booster le programme d'émission d'actions et d'obligations, à définir le modèle de fonctionnement et de l'organisation du marché financier, à créer de nouveaux métiers pour la bourse et à élaborer une stratégie bancaire au service de l'investissement. Le premier responsable de la Cosob a constaté que les entreprises nationales ont plus recouru au marché obligataire qu'au marché des actions pour financer leurs plans de croissance. Soulignons également, que les fonds levés sur le marché obligataire par les entreprises publiques et privées a atteint un montant global de 216 milliards de dinars entre 2004 et 2009.
Le droit de préemption n'empêche pas l'entrée en bourse des entreprises étrangères
Selon M. George Broché, expert français qui a participé à l'élaboration du plan de développement du marché financier, le droit de préemption dont dispose l'Etat algérien pour la cession des participations des actionnaires étrangers n'empêche pas l'entrée en Bourse des entreprises étrangères. "Le droit de préemption va retarder le processus; un étranger qui veut ouvrir son capital via la Bourse doit attendre quelques mois pour demander à l'Etat s'il va ou non exercer son droit de préemption, mais ne va pas empêcher son entrée en Bourse", a déclaré à la presse M. Broché, expert en Bourses internationales, en marge de la présentation des premiers résultats de ce plan, commandé par le gouvernement. L'Etat dispose, en vertu d'une mesure instituée en 2009, d'un droit de préemption sur toutes les cessions de participations des actionnaires étrangers ou au profit d'actionnaires étrangers. Plusieurs entreprises privées à capitaux étrangers ont formellement affiché leurs intentions de s'introduire à la Bourse d'Alger, mais ont manifesté leurs craintes par rapport à cette mesure, selon le président de la Cosob. "Il est proposé d'examiner l'exercice de ce droit de préemption dans le cadre d'une cession de participations étrangères à la Bourse d'Alger. C'est une piste très importante qui va ouvrir la voie à ces entreprises pour s'introduire en Bourse", a indiqué M. Smail.
L'Algérie doit développer sa Bourse pour diversifier les moyens de financement de son économie, estime enfin le même expert.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.