Rupture des relations avec l'ambassade d'Allemagne à Rabat: la correspondance de Bourita trahit une réaction émotive de la diplomatie marocaine    Coronavirus: 168 nouveaux cas, 148 guérisons et 6 décès    Le Président Tebboune reçoit les dirigeants de trois partis politiques    Pétrole: début des travaux de la 14e réunion ministérielle des pays de l'Opep+    L'Algérie prend acte avec satisfaction de l'annonce de Macron de rendre hommage au chahid Ali Boumendjel    La position de Berlin sur le statut du Sahara occidental est la cause des frictions entre l'Allemagne et le Maroc    Démantèlement d'un réseau activant à Tipasa    Huiles de table - Communiqué de Cevital    Améliorer d'abord les conditions de vie    "Les élections ne sont pas une priorité"    Beldjoud préside l'installation du wali    L'ambassade de France s'explique    Tebboune : la menace technocratique    Hirak, l'heure des clarifications    La victoire ou l'élimination    Mouassa s'en va déjà    Cristiano Ronaldo rejoint Pelé avec 767 buts... ou pas    Mahrez, étincelant    Le corps d'un des deux pêcheurs disparus retrouvé    Le Comité scientifique préconise une démarche spécifique    «Il y a alliance entre les résidus de la bande et des extrémistes»    Lancement de la 1re édition du Festival international du court métrage d'Imedghassen    Des experts se penchent sur la restauration du mausolée d'Imedghassen    Skikda… Bariq 21 lance Green Farm    Salon national du livre d'Alger : Un livre, une vie    Quel impact sur l'industrie de raffinage?    L'Algérie tend la main à sa diaspora    Varane, signature imminente?    La disette de Suarez inquiète    Messi fixe une deadline pour son avenir    RASD: la guerre contre l'occupant sera étendue jusqu'à la libération des territoires occupés    Arrivée de l'avant-garde d'une unité d'observateurs du cessez-le-feu    Laurent Gbagbo absent mais pourtant omniprésent    La mafia du foncier dénoncée    Les Palestiniens veulent une enquête «urgente»    La dépendance au pétrole se confirme    Bilan du MDN 49 narcotrafiquants arrêtés    Djilali Sofiane: Certains slogans scandés lors du Hirak pourraient mener au "dérapage"    Un grand humaniste engagé    La gratin intellectuel rapproche les deux rives    Du caviar pour les siens    Education: Le ministre renoue le dialogue avec les syndicats    Ras El Aïn et Haï Sanawber: Relogement prochain de 3.000 familles    11.015 comprimés psychotropes saisis et un réseau démantelé    Rivière asséchée !    Récupération du foncier industriel inexploité: «Une première étape pour relancer l'activité économique»    El quinqui de ma grand-mère et l'antonomase    Démantèlement d'un réseau à Tipaza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Venezuela.. Plusieurs pays européens reconnaissent Guaido
Publié dans Le Temps d'Algérie le 04 - 02 - 2019

La France, le Royaume-Uni, l'Espagne, l'Autriche, le Danemark et la Suède ont reconnu lundi le président de l'Assemblée vénézuélienne Juan Guaido en tant que chef de l'Etat par intérim. Le socialiste Nicolas Maduro, réélu à la tête de l'Etat en mai dernier, a en effet rejeté l'ultimatum que lui avaient fixé ces pays de l'UE, écartant l'hypothèse d'un nouveau scrutin présidentiel. Juan Guaido, chef de file de l'opposition, s'est autoproclamé chef d'Etat par intérim le 23 janvier. Sur Twitter, le président français Emmanuel Macron a annoncé que la France reconnaissait Juan Guaido comme «président en charge» pour mettre en œuvre un processus électoral. «Les Vénézuéliens ont le droit de s'exprimer librement et démocratiquement», a-t-il écrit.
«La France reconnaît Juan Guaido comme président en charge pour mettre en œuvre un processus électoral. Nous soutenons le Groupe de contact, créé avec l'UE, dans cette période de transition». Le Kremlin a dénoncé l'initiative des pays européens comme une ingérence étrangère dans les affaires intérieures du Venezuela, en soulignant que ce sont les Vénézuéliens eux-mêmes qui doivent décider de leur avenir, pas des pays étrangers. Dans un entretien accordé à la chaîne espagnole Antena 3, enregistré la semaine dernière et diffusé dimanche, Nicolas Maduro a déclaré ne «pas se préoccuper de ce que dit l'Europe». «Nous ne recevons d'ultimatum de personne», a-t-il affirmé. «Je refuse de convoquer des élections maintenant. Il y en aura en 2024». Donald Trump, qui a reconnu dès le mois dernier Juan Guaido comme président, a dit ne pas exclure l'envoi de troupes américaines au Venezuela. «C'est certainement une option», a-t-il dit dimanche à CBS.
Moscou et Pékin soutiennent Maduro
La Russie, la Chine et la Turquie continuent à soutenir le dirigeant socialiste, qui bénéficie toujours de l'appui, primordial, des forces armées vénézuéliennes. Moscou, important bailleur de fonds du Venezuela ces dernières années, a appelé dimanche à la retenue. «L'objectif de la communauté internationale doit être d'aider (le Venezuela) sans ingérence destructrice de l'étranger», a estimé Alexandre Chtchetinine, directeur du département Amérique latine au ministère russe des Affaires étrangères, cité par l'agence de presse Interfax. Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté samedi dans tout le Venezuela pour réclamer le départ de Maduro, dont le second mandat a débuté le 10 janvier après sa réélection contestée de l'an dernier.
L'ambassadeur du Venezuela en Irak, Jonathan Velasco, a été ce week-end le dernier responsable vénézuélien à reconnaître Juan Guaido comme président. Le général d'armée de l'air Francisco Yanez a, dans une vidéo, appelé les militaires à faire défection, mais pour l'heure, aucun signe ne laisse penser que son appel ait été suivi d'effets. Depuis plusieurs jours, Nicolas Maduro supervise régulièrement des exercices militaires afin de montrer qu'il a le soutien de l'armée et qu'elle est prête à défendre le pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.