Libération de deux journalistes libyens enlevés par les pro-Haftar    Chelsea : Lampard pour remplacer Sarri ?    Le ministère opte pour un dispositif spécial    Confusion autour de l'expiration du délai    La revanche posthume de Ferhat Abbas    «Le régime est aux abois et la victoire est toute proche !»    Après l'automobile, l'Exécutif tranche dans l'alimentaire    Le quota global plafonné à 2 milliards de dollars    Gaïd Salah élude la question du scrutin présidentiel    Oman tente de "calmer les tensions"    Le Brexit fait tomber Theresa May    Démission surprise de l'émissaire de l'ONU    L'intimidation n'a pas payé    Une compétition internationale par club    Kebir : "Il faut sortir le grand jeu face au CSC"    Vers le forfait de Belaïd et de Sahli    Sept nouveaux hôtels touristiques bientôt en service    Pas moins de 690 familles exclues de la liste du logement social    Oran : 9 familles se réfugient à la mosquée Pacha    Une mineure de 13 ans libérée par la police    Le souci des sans-bourses…    Les Algérois signent l'acte 14 de la contestation    Kwiret esselk, du goût et des forces    Man City évoque la rumeur qui envoie Guardiola à la Juventus    Réédition des actes du colloque sur Massinissa    JSK - Mellal: «J'espère que le CSC respectera l'éthique sportive»    Le peuple à la croisée de son destin    De la démocratie et des femmes : Pour Louisa Hanoune    Un ouvrier tué après la chute d'un monte-charge    Violence dans les stades: La FAF sur la même longueur d'onde que le MJS    Tribune - L'Afrique que nous voulons tous : une terre d'opportunités    Ahnif: Un mort et un blessé dans une collision    L'école des gourous    Huawei prépare son propre système d'exploitation    L'Ukraine en l'espace d'un iftar à Alger    Le gouvernement suspend les pourparlers avec la mission onusienne    Création d'un comité de surveillance    La candidature de Berraf acceptée    Facebook supprime trois milliards de comptes    La violence contre les femmes très présente dans les dramas arabes    Projections de films documentaires au Ciné-planète    Divertissement garanti!    Le 14e acte avec la présence de Tabbou    Un Iftar en l'honneur des médias    La voie constitutionnelle à mi-parcours    Haro sur les infractions de change    Plus de 4.000 commerçants mobilisés à Alger    Edition du 24/05/2019    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La mobilisation populaire intacte
9e Vendredi de manifestations
Publié dans Le Midi Libre le 20 - 04 - 2019

Les marches populaires imposantes, revendiquant un "changement radical" et le départ de "tous les symboles du système", se sont poursuivies, à Alger et dans les autres wilayas du pays, pour le neuvième vendredi consécutif. Avec cet acte 9, les Algériens maintiennent la pression.
Les marches populaires imposantes, revendiquant un "changement radical" et le départ de "tous les symboles du système", se sont poursuivies, à Alger et dans les autres wilayas du pays, pour le neuvième vendredi consécutif. Avec cet acte 9, les Algériens maintiennent la pression.
A Alger, dès les premières lueurs du jour, les premiers groupes de manifestants ont commencé à affluer vers l'esplanade de la Grande Poste et la Place Maurice Audin, lieux privilégiés de regroupement des manifestants, depuis les premières marches du 22 février dernier, après avoir sillonné les principales artères de la capitale, dans un climat serein et pacifique. Pour ce vendredi, le tunnel des Facultés, ayant connu la semaine passée des incidents entre manifestants et forces de l'ordre, a été fermé dans les deux sens, par mesure sécuritaire conservatoire.
Drapés de l'Emblème national ou d'écharpes aux couleurs nationales, autour du cou ou sur la tête, les manifestants scandaient des slogans appelant au départ des personnalités politiques encore aux commandes du pays, citant notamment, le Premier ministre, Noureddine Bedoui ou encore, le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah. Parmi les nouvelles revendications des manifestants, "l'ouverture des dossiers de corruption par la justice et la dilapidation des deniers publics"
. Ils ont également scandé des slogans exprimant leur attachement à l'unité nationale et réaffirmant, que "la souveraineté appartient exclusivement au peuple". Ils ont également rendu hommage à l'Armée nationale populaire (ANP), tout en entonnant comme à l'accoutumée, "djeich-chaâb khaoua khaoua" (Armée et peuple sont frères), en présence d'un dispositif sécuritaire, renforcé pour la circonstance.
"Le peuple refuse Bensalah, Bedoui et tout le système", "Nous voulons des élections libres et transparentes, après le départ du système". "Le seul guide de l'Algérie c'est le peuple", pouvait-on lire sur les banderoles et les pancartes, revendiquant aussi une période de transition.Les mêmes revendications et les mêmes slogans ont été formulés dans les autres régions du pays.
A Alger, dès les premières lueurs du jour, les premiers groupes de manifestants ont commencé à affluer vers l'esplanade de la Grande Poste et la Place Maurice Audin, lieux privilégiés de regroupement des manifestants, depuis les premières marches du 22 février dernier, après avoir sillonné les principales artères de la capitale, dans un climat serein et pacifique. Pour ce vendredi, le tunnel des Facultés, ayant connu la semaine passée des incidents entre manifestants et forces de l'ordre, a été fermé dans les deux sens, par mesure sécuritaire conservatoire.
Drapés de l'Emblème national ou d'écharpes aux couleurs nationales, autour du cou ou sur la tête, les manifestants scandaient des slogans appelant au départ des personnalités politiques encore aux commandes du pays, citant notamment, le Premier ministre, Noureddine Bedoui ou encore, le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah. Parmi les nouvelles revendications des manifestants, "l'ouverture des dossiers de corruption par la justice et la dilapidation des deniers publics"
. Ils ont également scandé des slogans exprimant leur attachement à l'unité nationale et réaffirmant, que "la souveraineté appartient exclusivement au peuple". Ils ont également rendu hommage à l'Armée nationale populaire (ANP), tout en entonnant comme à l'accoutumée, "djeich-chaâb khaoua khaoua" (Armée et peuple sont frères), en présence d'un dispositif sécuritaire, renforcé pour la circonstance.
"Le peuple refuse Bensalah, Bedoui et tout le système", "Nous voulons des élections libres et transparentes, après le départ du système". "Le seul guide de l'Algérie c'est le peuple", pouvait-on lire sur les banderoles et les pancartes, revendiquant aussi une période de transition.Les mêmes revendications et les mêmes slogans ont été formulés dans les autres régions du pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.