Le RAJ dénonce l'interpellation de Fersaoui Abdelouhab    Le ministre de l'Energie défend le projet de loi sur les hydrocarbures à partir de Sidi Bel Abbès    Lutte contre les infections nosocomiales à Tizi-Ouzou: manque d'information et disparité entre les secteurs public et privé    Prise d'otages en cours à Tabia (Sidi Bel Abbès)    Les explications de l'Autorité de régulation    L'Algérie ne s'est pas encore prononcée    Pour un moratoire sur les lois relatives aux secteurs sensibles    Viré pour avoir… loué la révolution du sourire    Retrait de 1 000 soldats américains du nord de la Syrie    Merkel somme Erdogan d'arrêter son agression    Présidentielle en Tunisie : l'universitaire Kais Saied large vainqueur devant Nabil Karoui    Maya    Que décidera la CD/LFP ?    Les joueurs, en grève, décident de boycotter toutes les compétitions    Algérie-France discuté mardi à Lille    Imposantes manifestations contre le projet    Les parlementaires au banc des accusés    «Une détection précoce pour soigner et surtout limiter les séquelles liées aux traitements»    Des citoyens du village socialiste Guelta Zerga ferment la RN8    La campagne de vaccination retardée    Soirée cinéma avec le film "Ici, on noie les Algériens"    "Visages d'Algérie", exposée à Chambéry    La DG de la radio exige des résumés des émissions    Musique symphonique-festival: Belles prestations des ensembles de Tchéquie, d'Egypte et de France    ACTUCULT    Election présidentielle : Sortie de crise ou confirmation de l'impasse ?    Trois citoyens relaxés par le tribunal de Sidi Bel Abbès    Pas d'activités politiques pour les militaires à la retraite    MC Oran : Montagnes russes pour El Hamri    CA Bordj Bou Arréridj : Le contrat de Chaouchi résilié    EN : Les Verts se sont entrainés après leur arrivée à Lille    CR Belouizdad : Le Chabab s'empare du fauteuil de leader    Deux morts sur les routes en 48 heures    Visas Schengen: Le centre VFS Global d'Alger privé d'Internet    Tribune - Pourquoi la Turquie a mené le combat en Syrie ?    Conseil des ministres: Les militaires qui quittent l'armée ne peuvent faire de politique qu'après 5 ans    Alger: Le wali suspend les maires de Beni Messous et de Gué de Constantine    Tlemcen: Programme chargé pour le ministre de l'Intérieur en visite aujourd'hui    Une première: Les Espagnols déplacent leur fête nationale à Oran    Situation en Syrie: L'Algérie réitère son refus "catégorique" de l'atteinte à la souveraineté des Etats    Algérie/Nigeria : Le président nigérian appelle à une coopération énergétique accrue avec l'Algérie    Chine-USA : Ce qu'il faut retenir de l'accord commercial partiel Chine-Etats-Unis    Présidence de la République: Le Conseil des ministres approuve plusieurs projets de lois dont celles des finances 2020 et des hydrocarbures    Investissement : Le FCE soutient fortement la révision de la règle 51/49    34e Festival du cinéma " Entrevues de Belfort " : Les films "Abou Leila" et "143 rue du désert" en compétition    La romancière et politique française Aurélie Filipetti : " L'éducation artistique, un parcours durable    Le quitus du Conseil des ministres    Amendement du code de procédure pénale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La mobilisation populaire intacte
9e Vendredi de manifestations
Publié dans Le Midi Libre le 20 - 04 - 2019

Les marches populaires imposantes, revendiquant un "changement radical" et le départ de "tous les symboles du système", se sont poursuivies, à Alger et dans les autres wilayas du pays, pour le neuvième vendredi consécutif. Avec cet acte 9, les Algériens maintiennent la pression.
Les marches populaires imposantes, revendiquant un "changement radical" et le départ de "tous les symboles du système", se sont poursuivies, à Alger et dans les autres wilayas du pays, pour le neuvième vendredi consécutif. Avec cet acte 9, les Algériens maintiennent la pression.
A Alger, dès les premières lueurs du jour, les premiers groupes de manifestants ont commencé à affluer vers l'esplanade de la Grande Poste et la Place Maurice Audin, lieux privilégiés de regroupement des manifestants, depuis les premières marches du 22 février dernier, après avoir sillonné les principales artères de la capitale, dans un climat serein et pacifique. Pour ce vendredi, le tunnel des Facultés, ayant connu la semaine passée des incidents entre manifestants et forces de l'ordre, a été fermé dans les deux sens, par mesure sécuritaire conservatoire.
Drapés de l'Emblème national ou d'écharpes aux couleurs nationales, autour du cou ou sur la tête, les manifestants scandaient des slogans appelant au départ des personnalités politiques encore aux commandes du pays, citant notamment, le Premier ministre, Noureddine Bedoui ou encore, le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah. Parmi les nouvelles revendications des manifestants, "l'ouverture des dossiers de corruption par la justice et la dilapidation des deniers publics"
. Ils ont également scandé des slogans exprimant leur attachement à l'unité nationale et réaffirmant, que "la souveraineté appartient exclusivement au peuple". Ils ont également rendu hommage à l'Armée nationale populaire (ANP), tout en entonnant comme à l'accoutumée, "djeich-chaâb khaoua khaoua" (Armée et peuple sont frères), en présence d'un dispositif sécuritaire, renforcé pour la circonstance.
"Le peuple refuse Bensalah, Bedoui et tout le système", "Nous voulons des élections libres et transparentes, après le départ du système". "Le seul guide de l'Algérie c'est le peuple", pouvait-on lire sur les banderoles et les pancartes, revendiquant aussi une période de transition.Les mêmes revendications et les mêmes slogans ont été formulés dans les autres régions du pays.
A Alger, dès les premières lueurs du jour, les premiers groupes de manifestants ont commencé à affluer vers l'esplanade de la Grande Poste et la Place Maurice Audin, lieux privilégiés de regroupement des manifestants, depuis les premières marches du 22 février dernier, après avoir sillonné les principales artères de la capitale, dans un climat serein et pacifique. Pour ce vendredi, le tunnel des Facultés, ayant connu la semaine passée des incidents entre manifestants et forces de l'ordre, a été fermé dans les deux sens, par mesure sécuritaire conservatoire.
Drapés de l'Emblème national ou d'écharpes aux couleurs nationales, autour du cou ou sur la tête, les manifestants scandaient des slogans appelant au départ des personnalités politiques encore aux commandes du pays, citant notamment, le Premier ministre, Noureddine Bedoui ou encore, le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah. Parmi les nouvelles revendications des manifestants, "l'ouverture des dossiers de corruption par la justice et la dilapidation des deniers publics"
. Ils ont également scandé des slogans exprimant leur attachement à l'unité nationale et réaffirmant, que "la souveraineté appartient exclusivement au peuple". Ils ont également rendu hommage à l'Armée nationale populaire (ANP), tout en entonnant comme à l'accoutumée, "djeich-chaâb khaoua khaoua" (Armée et peuple sont frères), en présence d'un dispositif sécuritaire, renforcé pour la circonstance.
"Le peuple refuse Bensalah, Bedoui et tout le système", "Nous voulons des élections libres et transparentes, après le départ du système". "Le seul guide de l'Algérie c'est le peuple", pouvait-on lire sur les banderoles et les pancartes, revendiquant aussi une période de transition.Les mêmes revendications et les mêmes slogans ont été formulés dans les autres régions du pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.