Mohamed Charfi défend le principe des 4 %    Aït Ali promet un nouveau cadre juridique    Les explications du ministre Attar    Ce que propose l'UGTA    258 nouveaux caset 3 décès en 24 heures    Le refus de repentance de la France envers l'Algérie est "inquiétant"    Real : Le titre, Benzema y croit à mort    Chelsea : Tuchel attendu mardi à Londres    Production de plus de 21 millions m3 d'eau potable en 2020    Une caravane de solidarité au profit des familles démunies    Polémique FAF-FTF    Le blocage persiste à l'ENIEM de Oued Aïssi (Tizi Ouzou) : Des centaines de travailleurs investissent la RN12    De nouvelles opérations armées contre l'occupant marocain    La Palestine veut une conférence internationale pour la paix    Le président demande le recours à la force contre la menace terroriste    Cheikh Sabah Khaled Al-Sabah de nouveau désigné pour former un gouvernement    Elle s'est vu refuser la nationalité car "elle travaille trop"    Nouvelle vague de gros procès en février    «Certains secteurs continuent à faire fi des consignes du Président»    3 ans ferme requis contre Walid Kechida en appel    L'EN U17 qualifiée    Pas de miracle pour les Algériens !    Hamza Ayad de retour    Youcef Atal marque et se blesse    Dalila Touat comparaît en appel le 3 mars    Un juge face à ses pairs    Covid-19 à Tizi Ouzou : 84 points de vaccination mobilisés    Œuvres universitaires : Benziane annonce une «profonde» réforme    Agressions du personnel médical dans les hôpitaux : 424 affaires enregistrées en six mois à l'est    Grogne à la formation professionnelle    "La féminisation de migration n'est pas récente"    Le nouveau directeur de l'éducation installé    Abdelmadjid Chikhi : «Je ne peux rien dire»    Le film "ADN" de Maïwenn projeté à l'IFA    «Trumpistes» : expressions de la révolte d'une jeunesse mondialisée    «Rien n'arrête le PapJazz» !    La science-fiction aime les villes monstrueuses    Les menaces de la FIFA : Un ballon de baudruche    La justice se déjuge    Augustin était-il vraiment un Saint ?    Pour 220.000 entreprises de l'ANSEJ: Dettes rééchelonnées et pénalités effacées    Indiscipline ou inconscience?    MUTATIONS ET PERMUTATIONS    Establishment, mainstream et la prééminence des institutions occidentales    AADL Misserghine: Des ascenseurs en panne dans des immeubles «neufs»    Tribune - Un rapport, une méthode    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Acquisition de la nationalité algérienne : la longue course d'obstacles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les examens vont-ils être maintenus ou reportés?
L'education nationale a l'épreuve du covid-19
Publié dans Le Midi Libre le 30 - 03 - 2020

Le baccalauréat et les examens de fin d'année, seront-ils maintenus? Les élèves, parents et enseignants, sont inquiets. Pour l'instant, le ministère semble favorable au maintien des échéances. D'autant qu'aucune décision n'a été prise pour le moment.
Le baccalauréat et les examens de fin d'année, seront-ils maintenus? Les élèves, parents et enseignants, sont inquiets. Pour l'instant, le ministère semble favorable au maintien des échéances. D'autant qu'aucune décision n'a été prise pour le moment.
Cette situation pénalise toute la famille de l'éducation, qui fut la première sacrifiée (situation oblige), dans le cadre de la lutte contre la pandémie du coronavirus. Certainement, elle le payera très cher, en terme de retard scolaire qu'il sera impossible de rattraper. En effet, la période de confinement liée au coronavirus devrait se poursuivre encore, au moins jusqu'à la mi-avril. C'est la piste qui semble la plus probable, vu que l'épidémie du coronavirus se propage beaucoup plus vite que prévu. Pour ce, le confinement partiel est d'ailleurs entré en vigueur depuis samedi dernier dans plusieurs wilayas. Ce confinement amène les parents, à s'équiper pour poursuivre tantbien que mal l'école à la maison.
D'autre part, certains d'entre eux pensent déjà aux cours particuliers, afin de permettre à leurs enfants de rattraper les cours perdus, et de mieux se préparer pour les examens de fin d'année. Mais, peuvent-ils (tous) se les permettre, dans ce contexte de crise sanitaire sans précédent? Devant le silence du ministère de l'Education et l'absence de communication avec les partenaires sociaux, ces derniers, n'ont semble-t-il pas d'autres solutions que de faire des propositions dans ce sens, pour trouver une solution à cette question. Le secrétaire général du Syndicat national des travailleurs de l'éducation et de la formation (Satef), a indiqué que le ministère de l'Education doit agir vite pour prendre une décision. Amoura regrette que le département de Mohamed Ouadjaout manque d'anticipation pour gérer cette situation. Il plaide pour l'organisation du Bac en septembre et la mise en place d'une cellule de suivi de l'évolution de la pandémie Covid-19, au niveau du ministère de l'Education, pour prendre les mesures adéquates. Pour sa part, le président de l'Association nationale des parents d'élèves (Anpe), va dans le même sens, en proposant d'organiser le Bem en juin et le report du Bac en septembre.
Le responsable n'écarte pas le retour au seuil lors des prochains examens. Reste que Khaled Ahmed dénonce l'inertie du ministère qui, selon lui, "n'associe pas" les associations des parents dans la prise de décision, notamment soutient, également, l'option du report des examens du Bem et du Bac au mois de septembre, si les choses restent en l'état. Pour lui, le ministère de l'Education doit réfléchir dès maintenant, sur les décisions à prendre. Comme le SG du Satef et le président de l'Anpe, Zoubir Rouina a estimé qu'il n'y aura jamais une année blanche.
Cette situation pénalise toute la famille de l'éducation, qui fut la première sacrifiée (situation oblige), dans le cadre de la lutte contre la pandémie du coronavirus. Certainement, elle le payera très cher, en terme de retard scolaire qu'il sera impossible de rattraper. En effet, la période de confinement liée au coronavirus devrait se poursuivre encore, au moins jusqu'à la mi-avril. C'est la piste qui semble la plus probable, vu que l'épidémie du coronavirus se propage beaucoup plus vite que prévu. Pour ce, le confinement partiel est d'ailleurs entré en vigueur depuis samedi dernier dans plusieurs wilayas. Ce confinement amène les parents, à s'équiper pour poursuivre tantbien que mal l'école à la maison.
D'autre part, certains d'entre eux pensent déjà aux cours particuliers, afin de permettre à leurs enfants de rattraper les cours perdus, et de mieux se préparer pour les examens de fin d'année. Mais, peuvent-ils (tous) se les permettre, dans ce contexte de crise sanitaire sans précédent? Devant le silence du ministère de l'Education et l'absence de communication avec les partenaires sociaux, ces derniers, n'ont semble-t-il pas d'autres solutions que de faire des propositions dans ce sens, pour trouver une solution à cette question. Le secrétaire général du Syndicat national des travailleurs de l'éducation et de la formation (Satef), a indiqué que le ministère de l'Education doit agir vite pour prendre une décision. Amoura regrette que le département de Mohamed Ouadjaout manque d'anticipation pour gérer cette situation. Il plaide pour l'organisation du Bac en septembre et la mise en place d'une cellule de suivi de l'évolution de la pandémie Covid-19, au niveau du ministère de l'Education, pour prendre les mesures adéquates. Pour sa part, le président de l'Association nationale des parents d'élèves (Anpe), va dans le même sens, en proposant d'organiser le Bem en juin et le report du Bac en septembre.
Le responsable n'écarte pas le retour au seuil lors des prochains examens. Reste que Khaled Ahmed dénonce l'inertie du ministère qui, selon lui, "n'associe pas" les associations des parents dans la prise de décision, notamment soutient, également, l'option du report des examens du Bem et du Bac au mois de septembre, si les choses restent en l'état. Pour lui, le ministère de l'Education doit réfléchir dès maintenant, sur les décisions à prendre. Comme le SG du Satef et le président de l'Anpe, Zoubir Rouina a estimé qu'il n'y aura jamais une année blanche.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.