Le devoir des nationalistes est de contribuer à la réussite du référendum sur le projet de révision de la Constitution    Bouchachi apporte son soutien à Mohcine Belebbas    RENTREE SCOLAIRE : Tebboune adresse ses vœux de réussite aux élèves    ‘'DEBUT 2021'' A CONSTANTINE : Mise en exploitation de l'extension de la ligne du tramway    Une journée d'étude sur le droit à l'expression des peuples en lutte pour l'indépendance à Tindouf    Les parents d'élèves entre espoir et angoisses    CHLEF : Démantèlement de deux réseaux de trafic de psychotropes    SIDI BEL ABBES : Sortie d'une promotion de 415 agents de rééducation pénitentiaire    HOPITAL DE TLEMCEN : Le service Covid-19 fermé pour travaux    AGO de la FAF : plusieurs points seront débattus le 27 octobre à Alger    Djerad insiste sur la généralisation de l'utilisation des tablettes dans les écoles    PLF 2021: la Commission des finances de l'APN appelle à alléger la pression fiscale    Accidents de la circulation: 7 morts et 155 blessés en 24 heures    MDN : 21 narcotrafiquants arrêtés et plus de 10 qx de kif traité saisis en une semaine    Mourad Oulmi condamné en appel à 10 ans de prison ferme    L'autre révolution de Renault    Le virtuel pour remplacer les salons    Multiplication des agressions sur les réseaux    Real : Zidane se désigne comme le seul responsable    La LFP rejette la demande d'annulation de la licence de Rooney    "Notre jeu s'améliore de jour en jour"    8 décès et 223 nouveaux cas    Précisions du P-DG Electro-Industrie d'Azazga    Renvoi des procès de Yanis Adjlia et Dalil Yamouni    Washington prêt à des discussions avec Moscou    Fiat Chrysler investira 1,5 milliard de dollars au Canada    Porsche affiche des chiffres solides    Dacia Spring Le «low cost» s'électrifie    Vers le renforcement de la législation    3 morts et 6 blessés dans un accident de la route    "La langue maternelle est une langue naturelle que rien ne peut effacer"    Le Sila, vitrine du monde de l'édition en Algérie    "La formation pour élever le niveau de la chanson"    Après Black Lives Matter, les musées américains sortent du silence    Une romance méconnue entre Roosevelt et une princesse norvégienne    Sanjay Dutt, la star de Bollywood en détresse, confirme le diagnostic de cancer    Tissemsilt: Une exploration prochaine des capacités hydriques de la région    Djerad entame une visite de travail et d'inspection dans la wilaya de Batna    Au Parc des Princes, Man United est le chat noir du PSG    Industrie de l'électroménager et de l'électronique: Des milliers d'emplois menacés    Après l'achèvement des travaux d'extension de l'usine de Fleurus: Knauf reprend ses exportations    Un prix pour défier la faim    Si Ahmed nous a quittés    Football - Ligue 1: Un nouveau système en vue ?    Ligue des champions d'Europe: Le Real, Liverpool et City sur leurs gardes    SUSPICION    Professeur décapité en France: La confrérie alawyya condamne    Un scandale nommé Ali Haddad    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La nouvelle Constitution répondra "aux revendications du Hirak"
Ammar Belhimer ;
Publié dans Le Midi Libre le 23 - 09 - 2020

Communication, Porte-parole du gouvernement, M. Ammar Belhimer, a indiqué que la nouvelle Constitution algérienne, dont le projet sera soumis à un référendum populaire le 1er novembre prochain, répondra aux revendications du Hirak, le mouvement populaire qui a empêché l'ancien président Abdelaziz Bouteflika de briguer un 5e mandat.
Communication, Porte-parole du gouvernement, M. Ammar Belhimer, a indiqué que la nouvelle Constitution algérienne, dont le projet sera soumis à un référendum populaire le 1er novembre prochain, répondra aux revendications du Hirak, le mouvement populaire qui a empêché l'ancien président Abdelaziz Bouteflika de briguer un 5e mandat.
"L'amendement constitutionnel est le premier des engagements électoraux du président de la République, Abdelmadjid Tebboune. Il faut une nouvelle Constitution conforme aux revendications du mouvement populaire +Hirak+ du 22 février 2019. Le président de la République a béni ce Hirak et s'est engagé à mettre en oeuvre ses revendications", a indiqué M. Belhimer dans un entretien accordé à la chaîne de télévision France24. Parmi les revendications du Hirak auxquelles le projet de révision de la Constitution, adopté par le deux chambres du Parlement, répond déjà, M. Belhimer a cité, essentiellement, "l'affermissement de l'exercice démocratique, une plus grande séparation des pouvoirset un plus grand attachement aux lois en créant une Cour constitutionnelle et en assurant par une disposition particulière la sécurité juridique". S'agissant des chantiers de réforme du secteur de la communication,
M. Belhimer a indiqué qu'ils tiennent de deux "grandes préoccupations", à savoir "le raffermissement de l'exercice démocratique et l'encadrement juridique des activités de communication". Il a précisé qu'au titre de la première préoccupation, il a été retenu notamment "le renforcement du cadre référentiel (révision constitutionnelle en cours), la préservation du cadre pluriel et concurrentiel de l'activité de communication, le développement de la communication institutionnelle et le développement de la communication de proximité". Pour l'encadrement juridique des activités de communication, M. Belhimer a cité, essentiellement, "la codification de l'activité de la presse électronique multimédias, une loi sur la publicité, l'encadrement de l'activité de sondage d'opinion, une assise juridique pour les agences de communication, l'autorégulation de la presse écrite : Conseil national de la presse écrite, et le rapatriement juridique et technologique des chaines de télévision privées". Invité à s'exprimer sur la condamnation en appel à deux ans de prison ferme de Khaled Drareni, M. Belhimer s'est voulu catégorique en affirmant: "N'attendez pas d'un membre de l'Exécutif, de surcroit ancien professeur de droit, de s'immiscer dans le fonctionnement de l'institution judiciaire".
Il a ajouté que "des peines ont été prononcées en première et en seconde instances dans des décisions de justice que je m'abstiendrai naturellement de commenter", précisant, toutefois, que "ce n'est pas de délit de presse dont il s'agit dans le cas d'espèce, même si le prévenu exerçait le métier de correspondant de médias étrangers sans accréditation préalable". M. Belhimer a qualifié les réactions à ce sujet de certaines Organisations non gouvernementales (ONG) étrangères d'"ingérence inadmissible
"L'amendement constitutionnel est le premier des engagements électoraux du président de la République, Abdelmadjid Tebboune. Il faut une nouvelle Constitution conforme aux revendications du mouvement populaire +Hirak+ du 22 février 2019. Le président de la République a béni ce Hirak et s'est engagé à mettre en oeuvre ses revendications", a indiqué M. Belhimer dans un entretien accordé à la chaîne de télévision France24. Parmi les revendications du Hirak auxquelles le projet de révision de la Constitution, adopté par le deux chambres du Parlement, répond déjà, M. Belhimer a cité, essentiellement, "l'affermissement de l'exercice démocratique, une plus grande séparation des pouvoirset un plus grand attachement aux lois en créant une Cour constitutionnelle et en assurant par une disposition particulière la sécurité juridique". S'agissant des chantiers de réforme du secteur de la communication,
M. Belhimer a indiqué qu'ils tiennent de deux "grandes préoccupations", à savoir "le raffermissement de l'exercice démocratique et l'encadrement juridique des activités de communication". Il a précisé qu'au titre de la première préoccupation, il a été retenu notamment "le renforcement du cadre référentiel (révision constitutionnelle en cours), la préservation du cadre pluriel et concurrentiel de l'activité de communication, le développement de la communication institutionnelle et le développement de la communication de proximité". Pour l'encadrement juridique des activités de communication, M. Belhimer a cité, essentiellement, "la codification de l'activité de la presse électronique multimédias, une loi sur la publicité, l'encadrement de l'activité de sondage d'opinion, une assise juridique pour les agences de communication, l'autorégulation de la presse écrite : Conseil national de la presse écrite, et le rapatriement juridique et technologique des chaines de télévision privées". Invité à s'exprimer sur la condamnation en appel à deux ans de prison ferme de Khaled Drareni, M. Belhimer s'est voulu catégorique en affirmant: "N'attendez pas d'un membre de l'Exécutif, de surcroit ancien professeur de droit, de s'immiscer dans le fonctionnement de l'institution judiciaire".
Il a ajouté que "des peines ont été prononcées en première et en seconde instances dans des décisions de justice que je m'abstiendrai naturellement de commenter", précisant, toutefois, que "ce n'est pas de délit de presse dont il s'agit dans le cas d'espèce, même si le prévenu exerçait le métier de correspondant de médias étrangers sans accréditation préalable". M. Belhimer a qualifié les réactions à ce sujet de certaines Organisations non gouvernementales (ONG) étrangères d'"ingérence inadmissible


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.