Mohammed VI invité au Sommet arabe d'Alger    Real : Un gros chèque pour le recrutement    Accidents de la circulation: 45 morts et 1245 blessés en une semaine    Organisation à Londres du Festival algérien des arts et de la culture "Dz Fest"    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Déclaration de politique générale du Gouvernement: Une politique sociale "efficiente" et "équitable"    Mostaganem: lancement de la 53e édition du Festival culturel national du théâtre amateur    Festival national du Malouf de Constantine: le chant traditionnel authentique ravive la scène artistique    Médicaments: Aaon évoque avec une délégation du Snapo l'amélioration de l'approvisionnement    Football: la DGSN prend des mesures en prévision du match Algérie-Nigéria    Juventus : Paredes n'avait pas de contact avec Mbappé    OL : Cherki veut plus de temps de jeu    Le wali, homme-orchestre    Développement local: Passer d'une gestion administrative à une gestion économique    Football Algérie-Nigéria aujourd'hui à 20h00: Un nouveau test à exploiter    Un choc nucléaire inévitable ?    Transport universitaire: L'application «MyBus» lancée en octobre    Santé: 11 décès par rage en 2021    El Kerma: Ouverture du marché de gros de poisson le mois prochain    Youssef: Al-Qaradaoui est mort    Algérie-Russie: Ouverture demain de la 10e Commission mixte économique    Réunion gouvernement-walis: Les équilibres financiers au vert    Peaux de banane !    Brèves Omnisports    Bouloussa meilleur algérien au classement mondial    La bombe Benkirane    Mohammed VI: le Noriega du Maghreb    Les étudiants en costume de startupeurs    Un coup de piston et...    De la drogue et de la pédophilie    «Tous les indicateurs sont positifs»    De charmante hôtesse, à femme violentée!    Le FFS fêtera jeudi ses 59 ans    Du coke russe pour le haut-fourneau    Strictes recommandations aux commis de l'état    Le plan de Benzema    «Les Algériens n'admettent pas la mémoire sélective»    Proposition pour la création de marchés de l'art    Quand la science se combine au religieux    Sommet arabe: Guterres confirme sa présence, salue la contribution "exceptionnelle" de l'Algérie à la diplomatie mondiale multilatérale    CAC d'Annaba: lancement de la radiothérapie stéréotaxique pour la 1e fois en Algérie    Sommet arabe: les dirigeants arabes confirment leur participation    Le Conseil de la nation prend part à la réunion du Comité exécutif de l'UIP    Codes communal et de wilaya: définir les responsabilités et les prérogatives des élus    Une délégation de cadres supérieurs de la DGSN se rend au siège de la Cour constitutionnelle    Déclaration de politique générale du gouvernement: Renforcer les capacités du système national de défense    10 ans de prison ferme pour Anis Rahmani et Tahkout    Des cadeaux attendrissants    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les pays voisins veulent une « feuille de route » à Alger
Futures joutes électorales en Libye
Publié dans Le Midi Libre le 31 - 08 - 2021

Alger abrite depuis hier, une réunion des pays du voisinage de la Libye. Organisée à l'initiative de l'Algérie, la réunion, la deuxième du genre en deux ans, se tient au Centre international des conférences Abdelatif-Rahal de Club-des-Pins avec la participation des ministres des Affaires étrangères de la Libye, de la Tunisie, de l'Egypte, du Soudan, du Tchad, du Niger et de la République du Congo.
Alger abrite depuis hier, une réunion des pays du voisinage de la Libye. Organisée à l'initiative de l'Algérie, la réunion, la deuxième du genre en deux ans, se tient au Centre international des conférences Abdelatif-Rahal de Club-des-Pins avec la participation des ministres des Affaires étrangères de la Libye, de la Tunisie, de l'Egypte, du Soudan, du Tchad, du Niger et de la République du Congo.
La République du Congo (Brazzaville) a assuré la présidence du Comité de haut niveau de l'Union africaine sur la Libye. Selon l'agence APS, l'envoyé spécial du secrétaire général de l'ONU pour la Libye, le Slovaque Jan Kubis participe à la réunion, aux côtés du secrétaire général de la Ligue arabe, l'Egyptien Ahmed Aboul Gheit et du Commissaire aux affaires politiques, à la paix et à la sécurité de l'Union africaine (UA), le Nigérian Bankole Adeoye. Ramtane Lamamra, ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l'étranger, a reçu dimanche 29 août, à Alger, Jan Kubis, avec lequel il a évoqué les perspectives de paix en Libye.
« La solution à la crise libyenne ne peut être que libyo-libyenne »
Dans son discours lors de la séance d'ouverture de la réunion ministérielle des pays voisins libyens, le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a souligné hier que la sécurité et la stabilité de la Libye font partie de notre sécurité et de notre stabilité à tous. Le chef de la diplomatie algérienne a déclaré : « Les consultations leur permettront de formuler des propositions concrètes pour anticiper la situation, à la fois positivement et négativement. Contribuer au renforcement des efforts pour parvenir à un règlement définitif de la crise libyenne prolongée ». Le ministre a ajouté : « C'est l'objectif souhaité qui préserve la sécurité, la stabilité et l'unité de la Libye et fait de tous les défis des choses que nous surmonterons avec une forte volonté et détermination ». Ouvrant la réunion ministérielle des pays voisins de la Libye, le ministre a souligné que cette réunion est un soutien à la Libye et au peuple libyen pour sortir de la crise, soulignant que la solution en Libye ne peut être qu'« libyano-libyenne » avec l'aide des pays voisins et le soutien et l'appui de la communauté internationale.
« Dialogue pragmatique »
Jan Kubis a, dans une déclaration à la presse, qualifié d'étape importante la réunion des pays du voisinage libyen à Alger. Une réunion qui, selon lui, tombe à point nommé. « Je souhaite qu'il ait un dialogue pragmatique et honnête sur comment aider la Libye et également sur comment la Libye pourrait s'aider elle-même et aider la région à avancer vers la stabilité, la prospérité et la coopération », a déclaré l'émissaire onusien L'ONU chapeaute le processus politique actuel devant mener à l'organisation d'élections présidentielles en décembre 2021 pour mettre fin à la crise politique et sécuritaire en Libye. Une crise qui dure depuis dix ans. Alger soutient l'organisation de ces élections pour doter la Libye d'institutions fortes pour faire sortir des turbulences. Jan Kubis a appelé la Libye à coopérer avec ses voisins pour l'aider à mettre fin à la crise.
« Combattre l'extrémisme violent »
Bankole Adeoye a salué, de son côté, l'initiative « panafricaine » prise par l'Algérie pour « le rétablissement de la paix en Libye » et à laquelle l'Union africaine est appelée à contribuer. « Il faut échanger les idées pour combattre l'extrémisme violent et le terrorisme. Il n'existe aucune zone en Afrique qui est épargnée par ce fléau. Nous saluons l'effort fourni actuellement par l'Algérie pour proposer des stratégies aux fins de renforcer la sécurité et la stabilité dans la région (Sahel) », a déclaré BankoleAdeoye . Ramtane Lamamra a également eu des discussions avec Jean-Claude Gakosso, ministre des Affaires étrangères congolais.
« Les élections présidentielles en Libye sont importantes. Nous devons consolider nos efforts pour arriver à ce rendez-vous en réunissant toutes les conditions comme celles de refuser toute ingérence étrangère. Nous devons travailler pour que toutes les parties influentes acceptent le droit d'autodétermination du peuple libyen. Il faut également que la Libye se dote d'une Constitution, d'une loi électorale et d'une autre sur le financement des élections », a déclaré Jean-Claude Gakosso. Selon lui, la réconciliation inter libyenne est nécessaire pour la réussite du processus politique actuel.
Départ des forces militaires étrangères de Libye
À Alger, les pays du voisinage libyen doivent discuter de plusieurs points dont celui de la tenue des élections présidentielles en décembre considérées comme « une étape cruciale » pour mettre un arrêt au chaos qui règne dans ce pays pétrolier et gazier depuis la chute du régime de Kadhafi. À l'ordre du jour figurent également, la question du départ des forces militaires et paramilitaires étrangères présentes en Libye, le respect de l'embargo sur les armes, la sécurisation des frontières sud de la Libye et les étapes politiques devant suivre le scrutin de décembre prochain.
La République du Congo (Brazzaville) a assuré la présidence du Comité de haut niveau de l'Union africaine sur la Libye. Selon l'agence APS, l'envoyé spécial du secrétaire général de l'ONU pour la Libye, le Slovaque Jan Kubis participe à la réunion, aux côtés du secrétaire général de la Ligue arabe, l'Egyptien Ahmed Aboul Gheit et du Commissaire aux affaires politiques, à la paix et à la sécurité de l'Union africaine (UA), le Nigérian Bankole Adeoye. Ramtane Lamamra, ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l'étranger, a reçu dimanche 29 août, à Alger, Jan Kubis, avec lequel il a évoqué les perspectives de paix en Libye.
« La solution à la crise libyenne ne peut être que libyo-libyenne »
Dans son discours lors de la séance d'ouverture de la réunion ministérielle des pays voisins libyens, le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a souligné hier que la sécurité et la stabilité de la Libye font partie de notre sécurité et de notre stabilité à tous. Le chef de la diplomatie algérienne a déclaré : « Les consultations leur permettront de formuler des propositions concrètes pour anticiper la situation, à la fois positivement et négativement. Contribuer au renforcement des efforts pour parvenir à un règlement définitif de la crise libyenne prolongée ». Le ministre a ajouté : « C'est l'objectif souhaité qui préserve la sécurité, la stabilité et l'unité de la Libye et fait de tous les défis des choses que nous surmonterons avec une forte volonté et détermination ». Ouvrant la réunion ministérielle des pays voisins de la Libye, le ministre a souligné que cette réunion est un soutien à la Libye et au peuple libyen pour sortir de la crise, soulignant que la solution en Libye ne peut être qu'« libyano-libyenne » avec l'aide des pays voisins et le soutien et l'appui de la communauté internationale.
« Dialogue pragmatique »
Jan Kubis a, dans une déclaration à la presse, qualifié d'étape importante la réunion des pays du voisinage libyen à Alger. Une réunion qui, selon lui, tombe à point nommé. « Je souhaite qu'il ait un dialogue pragmatique et honnête sur comment aider la Libye et également sur comment la Libye pourrait s'aider elle-même et aider la région à avancer vers la stabilité, la prospérité et la coopération », a déclaré l'émissaire onusien L'ONU chapeaute le processus politique actuel devant mener à l'organisation d'élections présidentielles en décembre 2021 pour mettre fin à la crise politique et sécuritaire en Libye. Une crise qui dure depuis dix ans. Alger soutient l'organisation de ces élections pour doter la Libye d'institutions fortes pour faire sortir des turbulences. Jan Kubis a appelé la Libye à coopérer avec ses voisins pour l'aider à mettre fin à la crise.
« Combattre l'extrémisme violent »
Bankole Adeoye a salué, de son côté, l'initiative « panafricaine » prise par l'Algérie pour « le rétablissement de la paix en Libye » et à laquelle l'Union africaine est appelée à contribuer. « Il faut échanger les idées pour combattre l'extrémisme violent et le terrorisme. Il n'existe aucune zone en Afrique qui est épargnée par ce fléau. Nous saluons l'effort fourni actuellement par l'Algérie pour proposer des stratégies aux fins de renforcer la sécurité et la stabilité dans la région (Sahel) », a déclaré BankoleAdeoye . Ramtane Lamamra a également eu des discussions avec Jean-Claude Gakosso, ministre des Affaires étrangères congolais.
« Les élections présidentielles en Libye sont importantes. Nous devons consolider nos efforts pour arriver à ce rendez-vous en réunissant toutes les conditions comme celles de refuser toute ingérence étrangère. Nous devons travailler pour que toutes les parties influentes acceptent le droit d'autodétermination du peuple libyen. Il faut également que la Libye se dote d'une Constitution, d'une loi électorale et d'une autre sur le financement des élections », a déclaré Jean-Claude Gakosso. Selon lui, la réconciliation inter libyenne est nécessaire pour la réussite du processus politique actuel.
Départ des forces militaires étrangères de Libye
À Alger, les pays du voisinage libyen doivent discuter de plusieurs points dont celui de la tenue des élections présidentielles en décembre considérées comme « une étape cruciale » pour mettre un arrêt au chaos qui règne dans ce pays pétrolier et gazier depuis la chute du régime de Kadhafi. À l'ordre du jour figurent également, la question du départ des forces militaires et paramilitaires étrangères présentes en Libye, le respect de l'embargo sur les armes, la sécurisation des frontières sud de la Libye et les étapes politiques devant suivre le scrutin de décembre prochain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.