GAID SALAH AFFIRME : ‘'Des solutions existent pour sortir de la crise''    RND : Seddik Chihab dément la démission de Ouyahia    LES BUREAUX DESERTES DEPUIS LUNDI : Grève dans les inspections des impôts à Oran    ORAN : 3 voleurs de bétail arrêtés et 128 têtes récupérées    Les étudiants et les médecins marchent en force dans plusieurs villes d'Algérie    Aucun Algérien n'est dupe : halte aux manœuvres de diversion !    Alors qu'ils marchent aujourd'hui à Alger et dans d'autres wilayas du pays : Les étudiants toujours mobilisés pour maintenir la pression    NAHD : place à la Coupe d'Algérie    Quel avenir pour le basket-ball algérien ?    La maternité dans les périodes assimilées à des périodes d'activité    La longue complainte de Lakhdar Brahimi    Bonne opération pour l'ASO Chlef à Béjaïa    27 milliards de centimes d'aide aux nécessiteux pour le mois de Ramadan    L'avancée du béton, un phénomène qui prend de l'ampleur à Jijel    ACTUCULT    Ouverture d'une exposition du livre sur la femme algérienne    Lucky Luke et les Dalton, 5 contre le 5e mandat    Les travailleurs de la formation professionnelle manifestent à Tizi Ouzou : «Pour la souveraineté du peuple»    Il ne répond à la demande populaire concernant le départ du système : Bouteflika tient toujours à sa conférence    Augmentation des réserves obligatoires des banques : Le spectre de l'inflation    Le DG de l'EPTV, Tewfik Khelladi, défend une «ouverture douce» : Protestation des journalistes de la Télévision publique    Du butin au report du scrutin, pour quel destin ?    Incidents à Aïn-M'lila et Béjaïa: Revoilà la bête immonde !    Il affirme ne pas avoir été mandaté: Le hors-jeu de Lakhdar Brahimi    Equipe nationale: Belmadi fidèle à ses promesses    Un jeune retrouvé pendu    Bouira: Les dispositifs anti-feux de forêts à améliorer    «The wall», chanté par les Algériens    Une AG extraordinaire prochainement pour baliser le terrain à l'Hyproc    Ecrire l'histoire d'une fin de saison pas souvent très sportive    Ouverture du Four Points By Sheraton Sétif en Algérie    Plus de 1.400 dossiers d'investissement en attente d'agrément    Arrestation de Belhassen Trabelsi en France, la Tunisie demande son extradition    Des enquêteurs de l'ONU appellent à des arrestations pour crimes de guerre à Gaza    Les conservateurs de tomate se concertent    Treizième trophée pour l'équipe de Ouargla    «Les Aurès dans l'histoire» Ouverture de la 7e édition    Les syndicats autonomes rejettent l'offre de Bedoui    POMME DE TERRE : Prévision de déstockage de près de 990 000 quintaux    L'impératif de nouvelles réformes    CACHEMIRE INDIEN : Le Pakistan pourrait appliquer la "théorie du fou"    Atelier LOPIS: Encourager le développement local pour prévenir la radicalisation    Syrie : "Les Casques blancs donnent à l'Occident un prétexte pour bombarder Assad"    Des milliers d'opposants rassemblés devant la présidence    Abderrahmane Mebtoul s'exprime au micro de Souhila Hachemi de la Radio Chaine 3 : " Manifestations populaires et perspectives "    Mostaganem: Mise en exergue de l'importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les champs Elysées seraient interdits aux «gilets jaunes»    Illizi : Signature d'un contrat pour le développement du champ gazier d'Ain Tsila    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«La nature de la demande syndicale a changé»
Benghabrit dans un entretien accordé au journal l'expression :
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 02 - 2019

Dans un entretien accordé au journal L'Expression, la ministre de l'Education nationale, qui a évoqué le bras de fer qui l'oppose actuellement à six syndicats autonomes, a souligné que la nature de la demande syndicale a changé. Selon Benghabrit, à terme, les revendications socioprofessionnelles n'auront plus leur raison d'être, grâce, entre autres, à une gestion informatisée. Cependant, dit-elle, le problème du pouvoir d'achat et la loi sur la retraite ne dépendent pas de son département.
La ministre de l'Education nationale, qui a souligné qu'il y a «une nécessité pour les syndicats de repenser leur mission», a indiqué que l'essentiel des revendications salariales des travailleurs du secteur a été acquis entre 2011 et 2012.
Pour ce qui concerne la progression dans les carrières, elle a expliqué qu'il y avait auparavant une non-gestion. Selon elle, la gestion informatisée a considérablement réduit les injustices. Ainsi, selon elle, les enseignants n'ont plus besoin de courir pour s'assurer du suivi de leur carrière.
Le système d'information, Simem, mis en place par le secteur de l'éducation, a-t-elle indiqué, a permis de réduire l'intervention humaine dans plusieurs domaines de gestion. «La gestion n'est plus dépendante des individus et du bon vouloir du petit fonctionnaire qui laisse moisir des dossiers dans le tiroir», a souligné Benghabrit dans son entretien.
A terme, affirme la ministre, les revendications socioprofessionnelles n'auront plus leur raison d'être «ou ne seront plus aussi déterminantes». Selon elle, face à la mutation de l'administration, «les syndicats se cherchent une mission plus appropriée à la situation».
Evoquant la charte d'éthique et le retrait des cinq syndicats, la ministre, qui n'a pas commenté la décision, a préféré positiver en rappelant qu'il reste encore dans la charte six organisations, dont deux associations de parents d'élèves.
La nature de la demande syndicale a changé, estime la première responsable du secteur, qui a rappelé que les revendications liées à la loi sur la retraite, l'augmentation des salaires et la hausse du niveau de vie, soulevées par les syndicats ne relèvent pas de la compétence du ministère de l'Education.
Positivant toujours, Benghabrit a souligné que le nombre de jours de grève a été considérablement réduit, ces cinq dernières années. Ceci, dit-elle, grâce au dialogue permanent engagé avec l'ensemble des partenaires sociaux. «Le dialogue n'est pas un mot en l'air dans la politique du ministère. On n'a jamais entrepris quelque chose sans en informer l'ensemble des acteurs du secteur. Il faut dire que nos pages sur les réseaux sociaux nous ont bien aidés dans notre stratégie de communication», a affirmé l'intervenante.
Par ailleurs, évoquant le volet du niveau des élèves et de la formation des enseignants, la ministre de l'Education a estimé que «la grande faille du secteur de l'éducation était l'inexistence de la formation continue». Une faille qui est en train de se corriger avec la mise en place d'un grand programme de formation continue. D'ailleurs, souligne-t-elle, il a fallu une grande gymnastique pour pouvoir boucler le budget de la formation. Sur ce point, elle a précisé que «les députés me font souvent rappeler que le ministère de l'Education est le second plus gros budget de la République, vous savez, 92% du budget est consommé par les salaires. Sur les 8% restants, 3% vont vers les œuvres sociales. Il ne reste que 5%. C'est ce que je dis aux élus de la Nation. Il faut rendre des comptes. Je ne me déroberai jamais. Mais qu'on me juge sur les 5% restants ! Et sur ce chiffre, 2% sont consommés par les actions de soutien aux élèves nécessiteux, comme les livres gratuits. Le ministère se débrouille avec 3% du budget global, pour former les enseignants à hauteur de 2,5%». Benghabrit a, également, souligné que son département s'est inscrit pour le Pisa 2021 (contrôle du Programme international pour le suivi des acquis des élèves). Lors des résultats publiés en 2015 sur ce contrôle, le système éducatif algérien, rappelle-t-elle, a été classé à l'avant-dernier rang sur un classement de 66 pays évalués.
Synthèse Salima Akkouche


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.