TRIBUNAL MILITAIRE : L'avocat du général Toufik demande le report du procès !    PRESIDENTIELLE : 39 postulants à la candidature retirent les formulaires    ELECTION PRESIDENTIELLE : Le parti de Makri garde le suspense    AIN TEMOUCHENT : 3 ‘'harraga'' interceptés à Oulhaça    BACCALAUREAT PROFESSIONNEL : Installation d'une Commission pour l'examen du dossier    MASCARA : 8 individus arrêtés pour vol de véhicule    Real Madrid: Benzema, un record de la tête en 2019    Boudjemaâ Talaï placé sous mandat de dépôt    Vent de contestation au groupe média d'Ali Haddad    Le bilan s'élève à près de 200 victimes    L'Iran plaide pour un projet régional de sécurité    L'armée envoie des renforts à proximité du plateau du Golan    Affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Suez    Les magistrats confirment et dénoncent    Résultats    Bien négocier la manche aller    Batelli critique le rendement des joueurs    Ce que risque Sofiane Bouchar    Le temps des incertitudes    Les travailleurs exigent le versement de leurs salaires    Un Plan national climat pour bientôt    Des partis et des personnalités soutiennent Kaïs Saïed    Plus de 16 500 étudiants affiliés    Lancement de la campagne à Naâma    Le policier à l'origine de l'accident mortel à Oued R'hiou écroué    Un espace pour préserver l'histoire de cette expression populaire    "Trésor humain vivant" du Sénégal    Blonde ou brune ?    Tinder lance une série interactive qui influencera les rencontres proposées à l'utilisateur    Réception de plusieurs équipements au 1er trimestre 2020    Affaire Kamel Chikhi : Report du procès au 6 octobre prochain    «La classe politique et les personnalités doivent se positionner avec le peuple»    Le procès renvoyé au 29 septembre    JS Kabylie : Enchaîner par une troisième victoire face au CRB    MO Béjaïa : Nechma remplace Bouzidi    La langue de Molière ou la langue de Shakespeare : «Is that ‘‘la question'' ?»    Aït Ferrach (Bouzeguène) : Un mémorial de chouhada en chantier    Aïn Defla : Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation    Pommades cancérigènes: Les précisions du SNAPO    Le spleen du professeur avant la retraite    El-Tarf: Des transporteurs bloquent l'accès d'une base de vie chinoise    Division nationale amateur - Ouest: Le SCMO, l'IRBEK et le CRT confirment    La future coalition en Israël : blanc bonnet et bonnet blanc    Le ministère s'explique    Les victimes protestent et réclament leur argent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un pays en ébullition
MANIFESTATIONS, DEBATS POLITIQUES, GRÈVES...
Publié dans Le Soir d'Algérie le 13 - 03 - 2019

Les décisions prises lundi 11 mars par Abdelaziz Bouteflika, au lendemain de son retour de Genève, mettent le pays devant une situation de grande confusion. Au rejet massif de sa candidature pour un cinquième mandat, Bouteflika répond par l'annulation pure et simple de l'élection présidentielle, initialement prévue pour le 18 avril prochain et l'engagement du pays dans une période de transition que lui-même conduira, mais sans en fixer clairement les délais.
Kamel Amarni - Alger (Le Soir) - Ce qui est perçu, à juste titre d'ailleurs, comme une manœuvre pour demeurer au pouvoir au-delà du quatrième mandat. Pour compenser le manque de légitimité à venir, Bouteflika accompagne sa décision majeure qu'est l'annulation ou le report sine die de la présidentielle par une multitude d'engagements de grandes réformes politiques, économiques et sociales à travers sa « conférence nationale inclusive », qui constituait le projet phare de son programme électoral, initialement retenu pour ce qui devait être son cinquième mandat. De même qu'une révision constitutionnelle dont le projet sera soumis à un référendum et, enfin, une élection présidentielle qu'il s'engage à organiser et à laquelle il ne se porterait pas candidat. Bien sûr, Bouteflika a accompagné ce passage en force par des décisions déjà prises et d'autres qui sont à venir, et qui sont destinées à calmer la rue. La plus importante jusque-là étant la chute du gouvernement Ouyahia, remplacé au pied levé par le désormais ex-ministre de l'Intérieur Noureddine Bedoui, qui aura à conduire « un gouvernement de compétences nationales », avec, à ses côtés, comme vice- Premier ministre, Ramtane Lamara. Comme nous l'annoncions dans nos précédentes éditions, d'autres décisions spectaculaires sont encore à prévoir dans les tout prochains jours mais, d'ores et déjà, l'on peut s'interroger sur le sort de ce nouveau plan » de Bouteflika. Depuis le 22 février, et davantage encore depuis le 8 mars dernier, les choses ont évolué de manière spectaculaire en Algérie avec cette immense prise de conscience citoyenne, une gigantesque vague citoyenne, pacifique, généralisée et foncièrement démocratique et que personne, absolument aucune partie, ni au pouvoir, ni dans l'opposition, ne prévoyait. Ni ne pouvait contrôler. Par millions, les citoyens, le peuple donc, s'imposent désormais comme la première force politique du pays comme l'atteste d'ailleurs l'éclipse générale de l'ensemble de la classe politique ! Hier mardi, et au lendemain du message de Bouteflika, les manifestations ont immédiatement repris, particulièrement celles des étudiants à travers les quatre coins du pays. La cible, cette fois, n'est plus le cinquième mandat, mais le candidat ou plutôt le « non-candidat » lui-même ! Dans ce face-à-face direct entre le pouvoir et la rue, tous les regards sont déjà braqués sur le quatrième vendredi de la contestation, après-demain. La contestation, qui allait crescendo, depuis le 22 février, gagnera- t-elle encore en ampleur ce vendredi ? Un autre grand test pour le pouvoir et son nouveau gouvernement, en fait. Un pouvoir qui n'est , par ailleurs, jamais en manque « d'imagination » et de manœuvres, comme en témoignent les sorties du 3 et du 8 mars de Abdelaziz Bouteflika..
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.