Annoncée par Bensalah pour demain.. La conférence de concertation aura-t-elle lieu ?    Commémoration du printemps berbère et du printemps noir.. Imposante marche contre l'oubli et le déni à Bouira    Rassemblement des militants et cadres du RND pour exiger son départ.. Ouyahia charge Chihab    Elles sont de l'ordre de 17 %.. Les recettes douanières en hausse    Ouyahia et Loukal convoqués par le tribunal de Sidi Mhamed d'Alger    ETRHB Haddad à Tizi Ouzou.. Incertitude et angoisse des travailleurs    FAC.. L'AG élective fixée au 27 avril    Championnats d'Afrique U18 et U20 d'athlétisme.. Médaille d'or pour l'Algérien Ameur    Championnat de France de natation.. Médaille de bronze pour Sahnoune sur le 100m    Annaba.. 26 kg de drogue saisis    Lutte contre la criminalité.. Interpellations à Tlemcen, Tébessa, et Aïn defla    Célébration du mois du patrimoine à Tizi-Ouzou.. Pour la sauvegarde du patrimoine amazigh    Le président américain motive le maréchal Haftar.. Washington soutient la guerre en Libye    TLEMCEN : Du chocolat fourré aux psychotropes !    France.. Les protestations continuent    PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE : Le DG des douanes, Farouk Bahamid limogé !    TLEMCEN : Plus de 400 kg de kif saisis en 90 jours !    PROCHAINE SAISON ESTIVALE A ORAN : Trois nouvelles plages autorisées à la baignade    AEROPORT DE TUNIS : Saisie de plus de 100.000 euros sur un Algérien    Près de 223 000 cas suspects de choléra signalés en 2019    Damas mise sur le tourisme après la restauration de ses sites historiques    Laskri appelle les militants à resserrer les rangs    Les travailleurs décrètent 3 jours de grève dès le 28 avril    Début du référendum sur une révision constitutionnelle    «Je ne laisserai personne détruire ce que nous construisons»    Mois du patrimoine    Des atouts non exploités !    Le parcours scientifique du penseur Abdelkrim Bekri mis en exergue    Asma Ben Messaoud désignée DTN de la FASM    Sous le signe de «dégage !»    Papicha sur la croisette    Davantage d'efforts pour prendre en charge les bâtisses du vieux ksar    Plusieurs films algériens distingués    En bref…    L'opposition met l'armée devant le fait accompli    Un milliard d'euros pour Notre-Dame de Paris, combien pour les enfants du Yemen?    Oum El Bouaghi : 5 morts dans un accident de la route    El Braya: Un homme mortellement poignardé    Mascara: Plus de 30 dealers arrêtés    Football - Ligue 2: Une journée explosive    Affaire NCM-MCS: Le président Bennacer accuse Medouar de vengeance    LFP - Ligue 1: Les quatre dernières journées en plein mois de Ramadhan    Ils revendiquent le droit au recrutement: Les chômeurs de Bethioua entament leur troisième semaine de protestation    Nabni: Pour un système électoral anti-fraude en six mois    Tizi Ouzou: Des maires marchent pour refuser l'encadrement de la présidentielle    Les marches se poursuivent: Les Algériens exigent des comptes    La date sera fixée dimanche    Exposition « L'Afrique à la mode » jusqu'au 25 juillet à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un pays en ébullition
MANIFESTATIONS, DEBATS POLITIQUES, GRÈVES...
Publié dans Le Soir d'Algérie le 13 - 03 - 2019

Les décisions prises lundi 11 mars par Abdelaziz Bouteflika, au lendemain de son retour de Genève, mettent le pays devant une situation de grande confusion. Au rejet massif de sa candidature pour un cinquième mandat, Bouteflika répond par l'annulation pure et simple de l'élection présidentielle, initialement prévue pour le 18 avril prochain et l'engagement du pays dans une période de transition que lui-même conduira, mais sans en fixer clairement les délais.
Kamel Amarni - Alger (Le Soir) - Ce qui est perçu, à juste titre d'ailleurs, comme une manœuvre pour demeurer au pouvoir au-delà du quatrième mandat. Pour compenser le manque de légitimité à venir, Bouteflika accompagne sa décision majeure qu'est l'annulation ou le report sine die de la présidentielle par une multitude d'engagements de grandes réformes politiques, économiques et sociales à travers sa « conférence nationale inclusive », qui constituait le projet phare de son programme électoral, initialement retenu pour ce qui devait être son cinquième mandat. De même qu'une révision constitutionnelle dont le projet sera soumis à un référendum et, enfin, une élection présidentielle qu'il s'engage à organiser et à laquelle il ne se porterait pas candidat. Bien sûr, Bouteflika a accompagné ce passage en force par des décisions déjà prises et d'autres qui sont à venir, et qui sont destinées à calmer la rue. La plus importante jusque-là étant la chute du gouvernement Ouyahia, remplacé au pied levé par le désormais ex-ministre de l'Intérieur Noureddine Bedoui, qui aura à conduire « un gouvernement de compétences nationales », avec, à ses côtés, comme vice- Premier ministre, Ramtane Lamara. Comme nous l'annoncions dans nos précédentes éditions, d'autres décisions spectaculaires sont encore à prévoir dans les tout prochains jours mais, d'ores et déjà, l'on peut s'interroger sur le sort de ce nouveau plan » de Bouteflika. Depuis le 22 février, et davantage encore depuis le 8 mars dernier, les choses ont évolué de manière spectaculaire en Algérie avec cette immense prise de conscience citoyenne, une gigantesque vague citoyenne, pacifique, généralisée et foncièrement démocratique et que personne, absolument aucune partie, ni au pouvoir, ni dans l'opposition, ne prévoyait. Ni ne pouvait contrôler. Par millions, les citoyens, le peuple donc, s'imposent désormais comme la première force politique du pays comme l'atteste d'ailleurs l'éclipse générale de l'ensemble de la classe politique ! Hier mardi, et au lendemain du message de Bouteflika, les manifestations ont immédiatement repris, particulièrement celles des étudiants à travers les quatre coins du pays. La cible, cette fois, n'est plus le cinquième mandat, mais le candidat ou plutôt le « non-candidat » lui-même ! Dans ce face-à-face direct entre le pouvoir et la rue, tous les regards sont déjà braqués sur le quatrième vendredi de la contestation, après-demain. La contestation, qui allait crescendo, depuis le 22 février, gagnera- t-elle encore en ampleur ce vendredi ? Un autre grand test pour le pouvoir et son nouveau gouvernement, en fait. Un pouvoir qui n'est , par ailleurs, jamais en manque « d'imagination » et de manœuvres, comme en témoignent les sorties du 3 et du 8 mars de Abdelaziz Bouteflika..
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.