Atlético : Diego Costa manquera à l'appel face au Bayern    PLF: la commission des finances réclame davantage de mesures pour sauver les entreprises    Procès en appel d'Ali Haddad : les plaidoiries de la défense se poursuivent    Sacchi et Capello évoquent la performance de Bennacer !    Première séance pour Benrahma avec West Ham    OPEP+: Attar insiste sur le respect des engagements pour rééquilibrer le marché    Cancer du sein: un nouveau centre à Alger pour accompagner les patientes    Le projet de l'amendement constitutionnel institue un nouvel Etat fier de son identité et ouvert sur le monde (Hafsi)    Energie: le taux national d'électrification a atteint plus de 98% à fin 2019    VIANDES BLANCHES : Prise de mesures pour un approvisionnement stable du marché    BIR EL-ATER (TEBESSA) : Réception en 2021 de l'évitement de la mine de phosphate    NAAMA : Découverte d'une bombe datant de l'époque coloniale    Gérald Darmanin dimanche prochain à Alger    Le destroyer américain fait une escale au port d'Alger    RENCONTRE SUR LE PROJET D'AMENDEMENT CONSTITUTIONNEL : La fédération nationale de la société civile sensibilise les citoyens    RASSEMBLEMENTS DE CAMPAGNE REFERENDAIRE : L'autorisation tributaire de l'application du protocole sanitaire    Abdelkader Zoukh aujourd'hui devant le tribunal de Tipasa    Les réserves de change passeront sous la barre des 50 milliards de dollars    LAGHOUAT : 03 morts et 06 blessés dans un accident à Aflou    DISTRIBUTION DE LOGEMENTS A MASCARA : Opération d'envergure à l'occasion du 1er novembre    RENTREE SCOLAIRE : Oudjaout insiste sur le respect ‘'strict'' du protocole sanitaire    Référendum constitutionnel : Talaie El Hourriyet décide de participer et appelle ses militants à faire prévaloir l'intérêt du pays    Fédération subaquatique (FASSAS): deux candidats pour le poste de président et 11 pour le bureau    Deux policiers enlevés par des membres d'un parti    Violences intercommunautaires dans le fief d'un candidat    Soudani rejoue huit mois après    Guardiola encense Mahrez    Le MC Saïda toujours interdit de recrutement    La CAF propose différentes options pour les 3e et 4e journées    La rue réclame la réforme de la monarchie en Thaïlande    A servi et peut servir encore!    Onze hirakistes relaxés à Mostaganem    Quand les partis du pouvoir ignorent les gestes barrières    "Nous n'allons pas reconfiner à nouveau"    Lilia Salemkour sur le podium    La gendarmerie intercepte un groupe de harragas    Tala Amara n'a pas oublié son fils    "Héliopolis" de Djaâfar Gacem en compétition    Plaidoyer pour une Algérie en phase avec la marche du monde    Aux enchères de Christies, 10 millions de dollars pour un recueil de Shakespeare    Vers la création d'une commission consultative de la culture    150 milliards de centimes pour relancer l'activité    Les associations religieuses appelées à contribuer à la consolidation du patriotisme    Fonds de commerce «invalide» !    Vente de psychotropes: La nouvelle stratégie fait des vagues    Asphyxie au monoxyde de carbone : 7 personnes secourues    «Monsieur propre»    Tiaret: Un thé à la «Place Rouge»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une rentrée scolaire à domicile
Les parents s'organisent
Publié dans Le Soir d'Algérie le 24 - 09 - 2020

Aucune visibilité pour la rentrée scolaire, des informations chaotiques distillées sur les réseaux sociaux, les parents et les enfants dans l'expectative. C'est l'atmosphère vécue ces derniers jours. Ce qui pousse beaucoup d'entre eux à s'organiser pour une rentrée scolaire à domicile...
Début du mois de septembre, c'est un coup de massue que les parents reçoivent ! En effet, fixée initialement au 4 octobre prochain, la date de la rentrée scolaire n'est pas définitive, a indiqué le Premier ministre, Abdelaziz Djerad. Ce qui suppose son report.
Il a fait savoir que la date de la rentrée scolaire sera fixée en fonction de l'évolution de la situation sanitaire en Algérie, en relation avec la pandémie de Covid-19.
« Nous ne voulons prendre aucun risque pour nos enfants et leurs parents sur ce point. La rentrée scolaire se fera selon un protocole strict », a-t-il expliqué. Malgré la baisse continue des nouveaux cas confirmés au Covid-19, les autorités du pays semblent craindre une recrudescence de l'épidémie après les mesures de déconfinement décidées depuis un mois. Et après les annonces en Europe liées à la deuxième vague, cela n'augure rien de bon.
Il n'en a pas fallu plus pour que la plupart des parents prennent les devants et s'organisent.
« Mes enfants ont tout oublié »
C'est une hantise pour nombre de papas et mamans. Une peur qui les tenaille, celle que leur progéniture ne puisse pas reprendre le pli des cours scolaires.
Ni cahiers, ni livres, ni stylos pendant sept longs mois. Une longue rupture avec le rythme scolaire et l'apprentissage pour les élèves tous paliers confondus. «J'ai peur que mes deux fils aient tout oublié. Peut-être qu'ils ne sauront même pas lire et écrire. J'appréhende réellement qu'à la reprise, ils ne prennent pas le temps de les re-familiariser», s'exprime Yasmine, maman de trois enfants, dont deux scolarisés au primaire.
Et de continuer : «Les enfants, comme nous, sont complètement perturbés. Ils ont un décalage dans les horaires de sommeil, ils ont passé des heures devant la télévision, la tablette ou encore les jeux vidéo. Il y a à peine quelque temps, ils ont repris un rythme plus ou moins normal en termes de sommeil. Mais pour la lecture ou l'écriture, c'est à peine si je peux les obliger à rester concentrés quelques minutes.»
Yasmine n'est pas la seule dans cette situation
Souhil, papa de deux enfants scolarisés au primaire, note que la seule parade est de continuer à les encourager à dessiner.
« Ce qui m'inquiète le plus, ce sont les enfants qui passent en deuxième année primaire. Il faut réaliser qu'ils n'ont pas fini leur troisième trimestre et qu'ils ont eu plusieurs mois de vacances. Avec toute la polémique qu'il y avait et la peur entourant la maladie, je ne pense pas que les parents avaient comme préoccupation leurs études, hormis ceux qui passaient des examens de fin de cycle .»
Reprise des cours de soutien
Sur Oued-Kniss, les annonces de cours de soutien pullulent et pour tous les paliers. Une des enseignantes propose ses services en ces termes : «Je donne des cours de soutien en mathématiques à Saoula-Alger. Après presque 7 mois de confinement, 7 mois sans études, pour cela on vous propose : des révisions avant la rentrée scolaire, préparation pour les examens, explication des cours, des groupes 1 500 DA fixe .»
Tout ce qu'il faut pour semer un peu plus la panique, paniquer encore plus la panique, et les inciter à adopter avant même la rentrée scolaire les cours de soutien. Et cela marche !
«J'ai commencé à donner des cours de soutien en mathématiques à ma fille qui passera son baccalauréat en 2021», explique Nora, enseignante au primaire. Et de poursuivre : «Je suis consciente qu'il n'y a aucune visibilité, alors je ne veux pas qu'elle perde son temps et qu'on soit stressés plus qu'il n'en faut. Pour l'instant, nous avons déterminé les trois matières essentielles pour la filière scientifique, comme les mathématiques, la physique et les sciences. Le groupe est composé de trois élèves au maximum en respectant les gestes barrières et le port des bavettes. Je ne pense pas que nous avons le choix de faire autrement. Pour ce qui est du prix, il est actuellement de 2 000 dinars les deux heures. Ceci, en espérant que cela ne va pas être revu à la hausse .»
Nawel, maman de cinq enfants dont trois scolarisés, est en pleine prospection : « Mon aîné passe en première année collège, ma cadette, son examen de fin de cycle primaire et mon troisième, il entre en deuxième année primaire. Dès qu'il y a eu l'annonce du report de la rentrée scolaire, je me suis dit que c'est exclu que mes enfants attendent plus longtemps. Déjà, qu'ils n'ont pas pu suivre les cours en ligne sur Youtube car peu concentrés, si je dois en plus attendre une hypothétique reprise des cours, nous serons perdus. Je cherche des enseignantes qui ne sont pas loin de mon lieu d'habitation et que le groupe soit réduit. C'est surtout pour les matières essentielles. Je trouve que les prix pratiqués sont assez chers, 2 000 dinars pour les deux heures et par matière. Je pense partir à Tizi-Ouzou, chez ma belle-famille, du moment que je continue de travailler en télétravail. Les cours de soutien y ont débuté et à des prix plus bas. Je reste sincèrement convaincue que c'est la meilleure solution .»
Révision à domicile
Maman de trois enfants, Meriem a instauré un programme léger de révision pour inciter ses filles à reprendre goût aux études. «Avec leur papa, nous y sommes allés par étape en les encourageant à la lecture petit à petit. Elles devaient écrire et lire une page d'un livre par jour. Peu importe le sujet, c'est elles qui choisissent. Et comme au niveau de leur établissement scolaire respectif il y a eu la vente des livres scolaires, durant le mois de juillet, nous avons entamé une petite révision d'une heure par jour .» Pour elle, « il est hors de question de cours de soutien pour ne pas les stresser. Nous préférons y aller pas à pas.»
Ceci en attendant une hypothétique reprise...
Sarah Raymouche


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.