Explosion de gaz à El-Bayadh : 1 à 3 ans de prison ferme à l'encontre de 12 accusés    Lourdes peines pour Oulmi et Ouyahia    Prison ferme, relaxes et condamnations avec sursis    "Les alertes de l'ONS auraient dû interpeller Sonatrach"    "La dévaluation du dinar est inévitable"    "LE RECUL DU MULTILATERALISME A FAVORISE LA MULTIPLICATION DES CRISES" Aujourd'hui, dans    Donald Trump a un compte bancaire en Chine    Nouvelles législatives en décembre    Football / Classement Fifa : l'Algérie gagne cinq places, désormais 30e    Banouh libéré de la JSK à moindre coût    Le stage de l'EN interrompu à cause de la Covid-19    Vers une dérogation pour le club amateur    Chanegriha : le peuple algérien fera entendre sa voix souveraine le 1er novembre    Une rentrée presque normale à Alger    Atelier scientifique sur les glissements de terrain    LES VERITES AMÈRES D'UNE ENSEIGNANTE    Benfodil, Bensayeh et Zimu, lauréats    Des actrices unissent leurs voix contre les féminicides    Lire délivre    Amendement constitutionnel : renforcer la liberté de la presse et d'expression    La liberté dans le respect de l'autre    Macron et l'arabe    Une rentrée adaptée au contexte sanitaire    Le grand bond en arrière, Tuchel contesté    L'AC Milan et Tottenham de retour    Le port de Skikda renforcé    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    Prix Marcel Duchamp à l'artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga    Le RAJA interdit de quitter le Maroc pour cause de Covid-19 : Menace sur la demi-finale retour de la LDC    Equipe Nationale : U20 Bensmaïn satisfait du stage    Le projet d'amendement constitutionnel contribuera au renouvellement de la classe politique et au changement escompté    Djerad plaide pour une réelle ouverture dans le domaine de l'industrie    Musulmans de France, tous coupables ?    El Tarf: L'attribution des aides au logement rural fait des mécontents    Centre anti-cancer Emir Abdelkader: Plus de 5.000 hospitalisations en huit mois    Bouira: Le ministre met en garde les commerçants spéculateurs    Qui veut juger Aboubakr Benbouzid ?    Le projet révision de la Constitution, le CNDH et les Principes de Paris    La déclaration de patrimoine enfin constitutionnalisée ?    Partenariat université-industrie pharmaceutique: Vers la création d'un «Hub biotechnologie»    L'ambassadeur de France à la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Oranie: Les intérêts réciproques réaffirmés    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    Plaidoyer pour alléger la pression fiscale    La CNEP-Banque prête à commercialiser ses produits    Libye: l'ONU relève des signes d'apaisement quant à un règlement définitif de la crise    Une journée d'étude sur le droit à l'expression des peuples en lutte pour l'indépendance à Tindouf    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le musée des beaux-arts d'Alger rouvre ses portes aux visiteurs
Après des mois de fermeture
Publié dans Le Soir d'Algérie le 26 - 09 - 2020

Le musée public national des beaux-arts d'Alger, un des plus importants musées du continent africain, a récemment rouvert ses portes aux visiteurs après près de six mois de fermeture, dans le cadre de la lutte contre la propagation de la pandémie de coronavirus. La direction du musée a adopté des mesures de prévention strictes pour préserver la santé des visiteurs, indique Mehdia Ramla, responsable de l'animation pédagogique, qui précise que le nombre de visiteurs reste «modeste», comparativement à l'affluence d'avant la fermeture en mars dernier.
À l'accueil, les visiteurs doivent passer par un contrôle de température, se désinfecter les mains et porter un masque en plus de respecter la distanciation et le circuit clairement indiqués par un marquage au sol. Aussi, l'établissement n'est accessible que par l'entrée supérieure, a-t-on constaté.
Le Musée des beaux-arts est ouvert tous les jours, à part les vendredis et dimanches, de 9h00 à 17h00. Les droits d'accès sont fixés à 200 DA pour les 16-65 ans et gratuits pour les autres tranches d'âge.
Rencontrés dans les allées du musée, des visiteurs, venus en famille, ont exprimé leur «joie» de pouvoir à nouveau se rendre dans des établissements culturels aussi «agréables» après de «longs mois de confinement et de coupure avec la vie culturelle».
De son côté, la direction du musée avait mis à profit cette période de fermeture pour réorganiser ses archives, élaborer des statistiques sur les ateliers d'expression artistique pour enfants, faire des réaménagements et enrichir les fiches techniques des œuvres exposées. Le musée se prépare également à une nouvelle exposition dédiée à la calligraphie et l'enluminure, indique la direction. Niché entre le complexe Riadh-El- Feth et le Jardin d'Essai du Hamma, le Musée national des beaux-arts propose à ses visiteurs un voyage à travers six siècles d'histoire de l'art universel, à la faveur d'un parcours muséal, dans une bâtisse bientôt centenaire renfermant l'une des plus importantes collections du continent estimée à plus de 8 000 œuvres d'art entre peintures, sculptures, livres anciens, moulages et autre mobilier.
Cet imposant musée de style art-déco, conçu en quatre étages et ouvert en 1930 par les autorités coloniales françaises en célébration du «centenaire de la prise d'Alger», propose une exposition permanente intitulée «Histoire de l'art universel». Il s'agit d'un parcours remontant l'histoire de l'art depuis la plus ancienne œuvre de la collection Le baptême du Christ (1367) du peintre italien Barnaba da Modena (1328-1386).
De salle en salle, le visiteur voit l'évolution des grandes écoles d'art à travers les œuvres de leurs fondateurs, le classicisme d'Antoine-Jean Gros, l'impressionnisme de Claude Monet, auteur d'une des œuvres majeures du musée, Les rochers de Belle-Ile (1886), ou encore les courants des symbolistes et des fauvistes.
Le parcours est coupé par une halte sculpture avec, entre autres grands noms, Auguste Rodin et Charles Despiau avant de continuer le parcours jusqu'à l'école du cubisme et les fameux croquis de Pablo Picasso. Les miniatures de Mohamed Racim côtoient quelques œuvres de Mohamed Khadda et Mhammed Issiakhem alors que d'autres salles sont également réservées au courant orientaliste et proposent des œuvres de peintres de renom à l'instar de Eugène Delacroix, Hippolyte Lazerges ou encore les dernières acquisitions du musée, signées Etienne Dinet. Le musée offre également aux visiteurs, en plus de la terrasse, des espaces de détente dans une végétation luxuriante et invite ses hôtes à continuer ce parcours en regagnant la grotte Cervantès et le Jardin d'Essai au pied de ce haut lieu de la culture.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.