Electricité et de gaz : les citoyens d'Alger inviter à régler leurs factures    Liverpool: l'hommage de Klopp à Maradona    Chanegriha préside la cérémonie de conversion d'un hôtel militaire en une structure sanitaire    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    OPEP : Attar présidera lundi la 180ème réunion ministérielle    Le MAE dément la suspension par les Emirats arabes unis de la délivrance de visas    LPA: les listes des bénéficiaires dévoilées en mars 2021    Vaccin anti-Coronavirus : l'Algérie est dans une démarche très prudentielle    Arrêt de la diffusion télévisuelle par système analogique dans 5 wilayas    Conseil de la nation: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre l'enlèvement    Le Maroc, soutenu par la France, a sapé tous les efforts pour régler la question sahraouie    Aït Abdeslam «out» contre le CABBA et le MCO    22 pays dont l'Algérie confirment leur participation    Images d'ailleurs, regards d'ici    Saïd Bouhadja n'est plus    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Entre avancées et entraves    «Nous avons un groupe homogène»    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance    Les Algériens ont une image mitigée de l'UE    JS Kabylie : décès de l'ancien latéral Rezki Maghrici    "La sécurité, c'est mieux !"    Kaboré en tête des résultats partiels    Difficile unification du Parlement en Libye    Naissance de l'Association des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui    De nombreux établissements scolaires paralysés    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    Des résultats en nette régression    Amor Benamor s'approvisionne quotidiennement auprès de l'OAIC    "Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    Le verdict attendu pour le 1er décembre    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Les angles de l'ingérence    Une médaille pour nos revers !    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Le gouvernement entretient le suspense    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    1.025 nouveaux cas et 20 décès    Appels à protéger les civils à l'approche de la bataille pour Mekele    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trois anciens walis dans la tourmente
Constantine
Publié dans Le Soir d'Algérie le 25 - 10 - 2020

Rattrapés par la justice, les ex-walis de Constantine sont en pleine tourmente. Après Noureddine Bedoui, c'est au tour de Abdelmalek Boudiaf d'être convoqué le week-end dernier par la brigade économique et financière de la police judiciaire de la wilaya de Constantine, pour répondre à des faits relatifs à la corruption et aux magouilles financières durant la période où il était wali. Bientôt, Hocine Ouadah sera également entendu dans le dossier de «Constantine, capitale de la culture arabe 2015».
Ilhem Tir - Constantine (Le Soir) - L'enquête ouverte pour attribution de marchés douteux et de lots de terrain à des investisseurs fictifs durant la période 2010 à 2015 a conduit Noureddine Bedoui devant les enquêteurs constantinois. Son lourd dossier n'est pas clos, puisque plusieurs enquêtes ont été ouvertes en parallèle.
L'ex-wali de Constantine de 2010 à 2013 a été interrogé sur la gestion des projets d'urbanisme lancés durant cette période et les différentes attributions d'assiettes foncières octroyées pour la réalisation de logements promotionnels, ainsi que des lots de terrain se situant au niveau de l'extension de la zone multiservice de la nouvelle ville Ali-Mendjeli.
Si l'on considère uniquement cette zone, sur les 39 lots distribués, 2 projets uniquement ont été érigés dont l'un est entré en production (Pharmedest Sarl), et l'autre projet (Const Alliance) est finalisé à plus de 90% et souffre actuellement de la non-viabilisation de la zone.
Les 37 autres supposés projets n'ont jamais vu le jour, et le comble est qu'au niveau de cette même zone, l'on trouve 5 boulangeries industrielles, «de quoi nourrir toute l'Afrique en pain !», ironise un investisseur. Le dossier du foncier industriel a ouvert la voie aux enquêteurs pour convoquer Abdelmalek Boudiaf, qui lui est cité dans plusieurs affaires impliquant également des promoteurs immobiliers, des députés et des sénateurs de l'ancienne et de l'actuelle législature, appartenant notamment au FLN et au RND, et des industriels pharmaceutiques.
Abdelmalek Boudiaf, ministre de la Santé sous Bouteflika, très impliqué dans l'affaire du complément alimentaire «Rahmet rabbi», devrait s'expliquer sur de nombreux scandales de gestion en tant que ministre, mais aussi en tant que wali de Constantine. Il traîne notamment la lourde accusation du gaspillage de plus de 7 milliards de dinars.
Les enquêtes avec Abdelmalek Boudiaf ont touché plusieurs dossiers qui ont provoqué une grande polémique aux niveaux local et national dans la ville des Ponts. Il s'agit de projets de rafistolage des façades des rues principales de la ville, en plus des 160 millions d'euros avec lesquels la grande salle de spectacles «Zenith», plus tard appelée «Ahmed Bey», a été achevée, un coût exagéré par rapport à des projets similaires construits dans d'autres pays. Parmi les dossiers ouverts, celui du pont géant, des défaillances constatées dans le projet du tramway, le palais des Expositions qui n'a pas vu le jour, le nouveau CHU de Ali-Mendjeli, un autre projet avorté, le «boulevard des cliniques» et les grosses connexions avec le monde de l'industrie pharmaceutique.
Noureddine Bedoui et Abdelmalek Boudiaf ont été convoqués dans le cadre de cette affaire de corruption ouverte suite à un mandat judiciaire émis par le procureur de la Cour suprême. Quant à la manifestation «Constantine, capitale de la culture arabe», les ex-walis sont accusés dans des affaires de corruption présumée, dilapidation de deniers publics et passation de marchés en violation de la réglementation. Ces accusations apporteraient certainement de l'eau au moulin de nombreuses voix qui s'étaient élevées pour dénoncer «la gestion opaque» des projets initiés dans le cadre de la manifestation culturelle, dont le budget global qui lui avait été consacré est estimé à 700 milliards de DA.
L'ex-wali Hocine Ouadah sera entendu également dans le cadre de ce dossier, lui qui a hérité d'une situation déjà catastrophique a dû gérer les passifs du cadeau empoisonné laissé par ses prédécesseurs.
D'après nos sources, il sera convoqué en tant que témoin pour apporter ses éclaircissements.
À noter que plusieurs parties ont été déjà entendues par les enquêteurs au sujet de ce dossier qui, si les accusations s'avèrent fondées, risque d'éclabousser pas mal de monde.
I. T.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.