Le processus de paix au Sahara occidental n'a pas atteint ses objectifs à cause des alliés du Maroc    Covid-19 : aménagement de l'horaire de confinement partiel à domicile dans 9 wilayas    "La majorité" des contrôleurs de commerce sont sur le terrain en dépit de la grève    Législatives du 12 juin : Les délais pour le dépôt des dossiers de candidatures prorogés    Décès de la militante Annie Steiner : Zitouni présente ses condoléances à sa famille    Coronavirus: 189 nouveaux cas, 135 guérisons et 9 décès    Tribunal Sidi M'hamed: Saïd Djabelkhir condamné à 3 ans de prison ferme pour offense à l'Islam    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Que faire pour réguler le marché ?    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    La JSK y est presque, l'ESS rate le coche    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    «Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    Grandiose marche nocturne à Akbou    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    15 quintaux de kif marocain saisis    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    Brèves    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Meriem Akroun, ou quand la volonté transcende le handicap
AUTEURE DE RECUEILS DE POESIE ET DE NOUVELLES
Publié dans Le Soir d'Algérie le 24 - 02 - 2021

Un hommage à Meriem Akroun qui accédait au titre d'écrivaine, après avoir déjà publié, depuis 2006, deux recueils de poèmes : Hymne à la vie et Face à la mer où elle laisse exploser sa sensibilité et confie au lecteur des sentiments qui invitent à la paix, à l'amour, à la joie et au partage.
Une rencontre littéraire a été organisée par la directrice de la bibliothèque municipale de Annaba. Elle avait pour objet la présentation du recueil de nouvelles de Meriem Akroun intitulé la plume des souvenirs qui comporte trois nouvelles («La plume des souvenirs» ; «Survivre au passé» et «Le secret»). On sent à la lecture de ses nouvelles un sens de la fête, un esprit frondeur ; des valeurs de solidarité et de partage transparaissent également, à travers certaines situations qu'elle décrit. A cette occasion, la directrice tenait à honorer Meriem Akroun qui accédait au titre d'écrivaine, après avoir publié, depuis 2006, deux recueils de poèmes : Hymne à la vie et Face à la mer où elle laisse exploser sa sensibilité et confie au lecteur des sentiments qui invitent à la paix, à l'amour, à la joie et au partage. Avec ce troisième livre donc c'est, au terme de la loi, la consécration en tant qu'écrivaine ; ce qui lui permettra de faire mentionner sur son passeport autre chose que sans emploi ou handicapée. Toute une symbolique pour elle ! L'après-midi littéraire s'est déroulé dans une ambiance empreinte de convivialité ; elle a été modérée par la sympathique professeure de langue italienne Sandra Triki qui, après avoir présenté Meriem Akroun, a invité des personnes proches à livrer leurs témoignages sur son parcours de vie et évoquer les difficultés que cette jeune fille IMC (infirme moteur cérébrale) a, malgré son lourd handicap, dépassées. Madame Triki mettra l'accent sur le courage, la profondeur des sentiments de l'écrivaine et son sens des valeurs de partage, puis elle passera la parole à deux témoins de vie de Meriem. Prenant la parole à l'ouverture du débat, Omar Ahmia, kinésithérapeute de profession, un homme au grand cœur qui l'a suivie, bénévolement, depuis l'âge de quelques mois jusqu'à ses 20 ans, parlera de sa volonté de s'accrocher à la vie. Il racontera les difficultés liées à l'absence de moyens. Le romancier Abdelaziz Grine soulignera la qualité d'écriture de l'écrivaine et les valeurs de solidarité qu'elle véhicule. Adel Khrouf, un autre romancier, dira, lui aussi, son admiration et expliquera la difficulté d'écrire des nouvelles.
Aït Si Mohamed Abdelaziz, ami de la famille, qui l'a connue depuis sa naissance et avec lequel elle entretient des relations de complicité, interviendra longuement et dira avec émotion que «cette jeune femme, si fragile et si forte à la fois, est une enfant de l'amour. Du temps où il y avait beaucoup de rêve dans notre beau pays. Ses parents se sont rencontrés sur un bateau en route vers l'île de la Liberté (Cuba). J'ai eu le privilège d'être aux côtés de ses parents tout au long de la grossesse de sa maman. Amis de toujours, nous continuons à partager nos idéaux de jeunesse dans lesquels Meriem baignera toute sa vie. C'est le 23 janvier que les premiers signes de l'accouchement avaient commencé et que le ‘'dénouement'' approchait.
La famille, les amis et camarades étaient tous là pour accueillir le nouveau-né, raconte l'intervenant. Meriem sera réanimée au bout de 20 minutes. Une victoire des soignants ? Un miracle ? s'interroge-t-il. Très certainement un jour béni pour nous qui sommes tous rassemblés autour d'elle, aujourd'hui. Très vite, il était apparu que l'enfant présentait des signes d'IMC», se désole-t-il, ajoutant qu'à partir de ce jour, un nouveau combat s'engagea. «Il dure depuis bientôt 40 ans pour permettre à Meriem d'être ce qu'elle est aujourd'hui : une étoile, un phare et un exemple pour notre jeunesse en mal de vivre. A chacune de nos rencontres, je repars avec plein de questions. Je m'interroge souvent sur la tendance qu'ont certaines personnes à se créer de faux problèmes et à se noyer dans un verre d'eau. » S'adressant à Meriem, il affirmera : «Tu pourrais être une source d'inspiration pour certains jeunes qui s'arrêtent à la première difficulté et qui abandonnent avant d'avoir commencé. Le doute ne t'arrête pas, tu veux toujours en avoir le cœur net et tu prends le temps pour aller jusqu'au bout. Tu n'attends pas que le destin se réalise. Tu le forces. Je crois que c'est ça la foi !» souligne Aït si Mohamed Abdelaziz, en observant, en conclusion, que durant une année elle a été de toutes les marches à Annaba, Béjaïa, Alger et même Paris. Elle fut le porte-drapeau de toutes ces personnes qu'on qualifie d'«invisibles». Au cours du débat samedi dernier, Meriem Akroun, qui s'exprimait en écrivant sur son micro relié à un data show, a permis aux participants de prendre la mesure des efforts faits pour coucher le moindre mot : elle n'utilise qu'un doigt de la main gauche alors qu'elle est droitière !
A. Bouacha


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.