L'APS décidée à préserver son rôle pionnier sur la scène médiatique    Ballon d'Or 2021 : Kahn pense que Lewandowski le méritait davantage    Séance de travail Lamamra-Wang Yi à Dakar    Covid-19: la pandémie a fait au moins 5.206.370 morts dans le monde    (EXCLUSIF) Noureddine Tayebi (fondateur de "Yassir"): « ce n'était pas une mince affaire »    Le rôle pionner de l'APS dans l'accès du citoyen à l'information mis en exergue    Monoxyde de carbone : 95 décès depuis le début de l'année    Le pari perdu du FFS    Sellal acquitté et Rahiel condamné à 3 ans de prison    Foot/Coupe arabe Fifa-2021: Réussir notre entrée face au Soudan    Sebgag dépêché en urgence à Oran    Une bureaucratie en remplace une autre !    Plus de 200 investisseurs mis en demeure en 2021    La campagne nationale de vaccination lancée    Plusieurs axes routiers bloqués par la neige    Vers le dénouement de la crise ?    Les nouvelles technologies au secours de la culture    La ville de tous les possibles    Exposition sur Charles de Foucauld à Alger    Collectif des Algériens établis en France: l'ONU appelée à agir pour stopper les crimes israéliens    «L'Algérie se considère actuellement comme un Etat en confrontation avec l'entité sioniste»    Le Sénégal souhaite un soutien de Pékin au Sahel    Le Maroc et Israël main dans la main contre l'Algérie    Les précisions du Fonds national de promotion des initiatives de la jeunesse et des pratiques sportives    Report du procès de l'ancien wali de Djelfa    10 000 hectares réservés à la céréaliculture à El-Ménéa    Le FLN et le RND se taillent la part du lion à l'APW    11 entraîneurs européens présents au Qatar    L'article 29 à la carte !    La cérémonie officielle, vendredi prochain, à Paris    Une bonne nouvelle peut cacher un film    ACTUCULT    Compliqué pour la Saoura, jouable pour la JSK    Deuxième succès des Algériennes face à la Tunisie    ES Ben Aknoun : Farid Zemiti nouvel entraîneur    Prévue le 7 décembre: Grève annoncée à la Santé    Les rejets anarchiques prennent de l'ampleur: 720 tonnes de déchets inertes collectées en trois jours    «La faiblesse des flux Internet fausse tout»    Les spéculateurs ont la peau dure    «L'Algérie ne renoncera pas!»    Le monde vu par El Moudjahid    Une ville cruciale dans la guerre au Yémen    La riposte de l'Opep+    Un cas unique de corruption    Le dossier sahélien scruté    Assommants cachets...    Kamel Aziz «l'héritier de Amar Ezzahi»    Les orphelins de la vallée de la Soummam    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un risque sanitaire pour les élèves et les enseignants
SURCHARGE DES GROUPES DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES
Publié dans Le Soir d'Algérie le 14 - 10 - 2021

Plusieurs établissements scolaires à travers le territoire national, notamment des collèges et des lycées, souffrent de la surcharge des groupes de classe. Une situation qui non seulement fait courir un risque pour la santé des élèves et des enseignants par rapport à la contamination au virus de Covid-19, mais affecte aussi la qualité de l'enseignement.
Rym Nasri – Alger (Le Soir) – Pour la deuxième année consécutive, les classes d'élèves sont réparties en deux groupes. Objectif, respecter la distanciation physique dans les salles de cours comme le dicte le protocole sanitaire mis en place par les pouvoirs publics pour lutter contre la propagation de la pandémie de la Covid-19.
Pourtant, la surcharge des classes persiste encore. La répartition des élèves d'une seule classe en deux groupes n'a pas apparemment eu raison de ce problème récurrent dont souffre l'école algérienne depuis plusieurs années. De nombreux établissements scolaires, notamment des collèges et des lycées à travers plusieurs wilayas du pays, se retrouvent aujourd'hui, avec des groupes de plus de 34 élèves. Un effectif très élevé qui entraîne des difficultés pour les élèves et les enseignants et impacte la qualité de l'enseignement.
Dénonçant cette situation, le président du Syndicat autonome des travailleurs de l'éducation et de la formation (Satef) assure que la surcharge des groupes des classes a été enregistrée dans de nombreux établissements scolaires à travers le territoire national.
«Au lycée Berrahal à Réghaïa, relevant de l'académie Alger-est, les groupes comptent 34 élèves. Idem pour la wilaya de Mila où les classes ont été réparties en groupes de 35 élèves. Dans certaines régions de la wilaya de Sétif, des groupes sont composés de 35 élèves et parfois de 40 élèves», révèle Boualem Amoura.
Il cite également l'exemple du lycée Djamel-Eddine El-Afghani à El-Harrach à l'est d'Alger, où les classes scientifiques ont été réparties en groupes de 30 élèves. Pour lui, ces conditions nuisent au bien-être des élèves et des enseignants. «Les salles de cours sont tellement exiguës que vous ne pouvez même pas respirer.
Il devait y avoir des tables individuelles, mais au final, les élèves se retrouvent à deux par table comme avant la pandémie de Covid-19. L'étroitesse des lieux empêche même l'enseignant de se déplacer dans la salle», déplore-t-il, avant d'ajouter : «Ils règlent le problème de surcharge des classes avec le système de groupe alors que l'objectif de la répartition des élèves en groupe est d'assurer la distanciation physique entre eux dans les classes.»
Mais qu'est-ce qui a causé la surcharge des groupes de classe ? Le syndicaliste pointe du doigt la capacité d'accueil «limitée» des établissements scolaires, notamment les collèges et les lycées. «Les structures scolaires restent les mêmes alors que le nombre d'élèves augmente chaque année», précise-t-il.
Il met également en cause la décision du ministère de l'Education nationale de baisser la moyenne de passage au collège et au lycée à 9/10. Conséquence, poursuit-il, «les classes sont surchargées».
Autre facteur ayant contribué à la surcharge des groupes dans les salles de cours : l'absence de nouvelles structures scolaires à proximité des nouveaux sites d'habitation. «Beaucoup de familles qui ont déménagé pour occuper leurs nouveaux logements dans différents sites, ont dû inscrire leurs enfants scolarisés dans les établissements scolaires avoisinants, ce qui a provoqué la surcharge de ces écoles, collèges et lycées», explique-t-il.
Le président du Satef évoque aussi l'architecture des établissements scolaires qui, selon lui, ne répond plus aux normes, ni à la capacité d'accueil.
Il cite l'exemple de Djelfa où la majorité des collèges comptent plus de 1 200 élèves alors qu'ils ont été conçus pour accueillir 600 à 800 élèves. «Nous avons déjà appelé à revoir l'architecture des établissements scolaires dont les salles de cours sont exiguës», dit-il.
Ry. N.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.