Afin de mettre fin à la crise : "La tenue de l'élection présidentielle est primordiale" affirme Gaïd Salah    Justice : Report du procès de l'homme d'affaires Ali Haddad au 3 juin prochain    Bensalah à l'occasion de la Journée nationale de l'étudiant : "La réussite de la transition exige d'immenses efforts de tous"    Réunion des membres du JMMC à djeddah : Engagement pour un marché équilibré du pétrole    Le Premier ministre du Niger entame une visite à Alger    La liste des arrestations toujours ouverte    Le mouvement populaire se mêle de tout    50.000 hectares accordés au groupe Haddad à El Bayadh récupérés    Vodafone : Le groupe baisse son dividende pour contenir sa dette    Canada : Le pétrole de l'Alberta va-t-il raviver la flamme indépendantiste au Québec ?    Un fléau politique    On prépare "l'électricité" estivale    Décantations, surdéterminations idéologiques, sous estimations sociologiques    L'appel des trois suscite toujours des réactions    Les craintes d'un conflit toujours vives    L'Onu se saisit de la crise séparatiste au Cameroun Paul Biya s'ouvre au dialogue    Y aura ou non une guerre au Venezuela ? : La grande question que tout le monde se pose en ce moment    12 jihadistes présumés tués dans des opérations de police    Les Palestiniens rejettent la conférence de Bahreïn    Accord trouvé pour arrêter la grève des joueurs    Chettih fait les éloges de Cherrad    Ghoulam et Ounas retenus    Une tradition ramadhanesque pour resserrer les liens de fraternité    Le MCO veut refaire à l'USMA le coup de... 1983    Précisions de Miloud Iboud    Le pire a été évité    Trois ans pour le faussaire    Mort par électrocution d'un employé de Sonelgaz    Bedoui annonce de nouvelles mesures    Ils sont le "phénomène" de la protesta    La mascotte officielle dévoilée    Adrar : "Tekerkeba", un rite spécial Ramadhan encore préservé    Une expérience de jazz algéro-polonais    Al Jahidh, écrivain encyclopédiste arabe hors pair du 8ème et 9ème siècle    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    La nouvelle scène Chaâbi continue d'animer Alger    Hausse de 7 % au 1er trimestre 2019    Appel à la démission de Mouad Bouchareb    Le Barça n'avait jamais laissé le Real aussi loin derrière    Report du procès de l'homme d'affaires Ali Haddad au 3 juin prochain    CLASSEMENT ANNUEL ETABLI PAR L'HEBDOMADAIRE JEUNE AFRIQUE : Le Peuple algérien le plus influent d'Afrique    Constantine et Skikda : Les universitaires célèbrent le 19 Mai dans la rue    Les étudiants marchent dans des rues quadrillées    Réflexion et débats au programme à Oran    Le NAHD dans tous les esprits    Manœuvres saoudiennes et émiraties    Cheveux d'ange au miel    Tajine malsouka au poulet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ghardaïa à la veille du mois de ramadhan: Engouement pour les épices et les herbes aromatiques
Publié dans Le Temps d'Algérie le 13 - 05 - 2018

Le commerce des épices et autres herbes aromatiques a le vent en poupe à l'approche du mois sacré de Ramadan, dans les différentes échoppes de la région de Ghardaïa.
Les familles ghardaouies entament, durant cette deuxième quinzaine du mois de Chaâbane (calendrier hégirien) leurs préparatifs pour le mois sacré, notamment en achetant les ingrédients nécessaires à la préparation des mets les plus consommés durant le Ramadan. De nombreuses personnes envahissent les échoppes d'herboristes installées dans les ruelles et le souk de Ghardaïa pour s'approvisionner en épices et autres plantes aromatiques incontournables dans la cuisine algérienne. Produits d'origine végétale, les épices et les herbes aromatiques sont très prisées et convoitées pour leurs qualités aromatiques et condimentaires dans la cuisine afin de relever ou parfumer les différentes préparations culinaires, cuites ou crues, durant le mois de Ramadhan, a fait savoir Boumediene Djebrit, herboriste à Theniet El Makhzen (Ghardaïa). Installé confortablement dans sa boutique d'où émane une myriade de senteurs, Boumediene ne tarie pas devant la clientèle à faire les éloges de ses épices et par la même occasion les bienfaits thérapeutiques de chacun des produits proposés. Le nombre de commerces d'épices est assez florissant ces dernières années, a fait remarquer Aissa, gérant d'une échoppe spécialisée dans les épices à Ghardaïa, précisant que parmi les épices phare de la cuisine ghardaouie durant le Ramadhan figurent ras el hanout, un mélange d'une vingtaine d'épices, suivi de guertoufa (feuille de camomille sauvage) très prisée dans le sud algérien ainsi que takerouait, un mélange d'épices utilisé pour la fabrication d'une boisson locale maison.
Hausse des prix
Guertoufa enregistre une flambée importante allant jusqu'à 2000 DA le kilogramme, et cette hausse qui a frôlé parfois les 200% a touché plusieurs condiments pour la plupart importés. «Nous sommes dépendants de l'étranger en matière d'épices» de Ghardaïa, expliquant que la production des plantes aromatiques et médicinales spontanées ou cultivées, fraîches ou séchées, desservant les besoins de l'herboristerie et celles du secteur agro-alimentaire est très faible et ne peut couvrir la demande du marché nationale.
Pour des responsables locaux du secteur de l'agriculture, la filière de la plante aromatique et médicinale constitue une ressource à forte valeur ajoutée, capable de contribuer à l'amélioration du niveau de vie des populations rurales, notamment dans les zones arides et semi-arides du pays. «L'Algérie dispose d'une flore riche et diversifiée dans différentes régions, des atouts indéniables qui ne demandent qu'à être exploitées», ont-ils souligné. Très prisées dans la cuisine maghrébine, les épices ont su trouver, à travers l'histoire, leur place privilégiée dans les différentes cultures culinaires.
Les épices sont réputées par leurs propriétés gustatives, thérapeutiques ou parfois même aphrodisiaques, elles ont la faculté de remonter le plus insipide des goûts même si elles sont utilisées en petites quantités.
Pour Hadja Fatima, femme au foyer, qui est de ces personnes qui, à l'approche de chaque Ramadhan ou Aïd fait ses emplettes au souk de Ghardaïa pour ne rater aucune épice. «Je préfère préparer moi-même ras el-hanout pour relever le goût des plats que je prépare», a-t-elle affirmé, précisant qu'elle achète plus d'une quinzaine d'épices afin de le préparer pour donner plus de saveur à ses mets. Par l'odeur, Hadja Fatima arrive à différencier entre les épices qui datent de l'année dernière et les nouvelles.
«Il existe de nombreuses recettes de ras el hanout qui est une composition, avec des dosages précis d'épices, selon l'usage pour les sauces rouge ou blanche et la période (hiver et été), a-t-elle fait savoir, ajoutant que «ras el-hanout parfume les plats et même certaines pâtisseries orientales fabriquées chez nous».
Le marché des épices, condiments et autres plantes aromatiques et herbes sèches connaît dans la région de Ghardaïa un développement, de l'aveu de plusieurs commerçants.
De nombreux citoyens natifs de Ghardaïa et vivant dans d'autres villes ainsi que des visiteurs de la région préfèrent s'approvisionner en épices du marché de Ghardaïa, a-t-on constaté.
Le mois de Ramadhan est devenu aussi une aubaine pour tous ceux qui veulent s'enrichir, et plus vite, sachant qu'un rush quotidien est enregistré dans les souks, notamment les échoppes d'épices. Des opérations de contrôle sont effectuées par les services de contrôle de la qualité afin d'éviter la vente de produits toxiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.