Bouchareb empêché de présider une réunion    "L'armée doit écouter les élites et les sages"    Bientôt un nouveau procès    Algérie: la révolte populaire ne peut plus passer par la vieille « classe politique »    Le FCE au bord de l'implosion    Abdelmadjid Sidi Saïd déchu de sa qualité de syndicaliste de base    L'ONU et l'UA dénoncent les ingérences en Libye    Le verdict reporté jusqu'à la dernière journée    Mellal : "Je crois fermement au sacre"    USMA : le scénario catastrophe ?    La commission de recours décide de faire rejouer la rencontre    Tadjine el kemmoun    Le procès ajourné au 19 juin    Prélèvement multi-organes et greffe hépatique à Constantine    ACTUCULT    Pari gagné !    Au cœur de la violence intégriste    La nuit du conte pour rallumer l'âtre de grand-mère    Oran : L'examen de la 5e en chiffres    Traitement des déchets ménagers à Bouira : Les communes défaillantes    MO Béjaïa : Les Crabes condamnés ?    Amine Mohamed Djemal. Chanteur, compositeur et leader du groupe Babylone : «Le feuilleton Ouled Halal, une belle expérience familiale et fraternelle»    Gaïd Salah insiste sur l'engagement sincère de l'armée : «Nous n'avons aucune ambition politique»    Election présidentielle : La période de dépôt de candidatures prendra fin demain    Zoubida Assoul. Présidente de l'Union pour le changement et le progrès (UCP) : «L'armée peut jouer un rôle de facilitateur vu la conjoncture complexe»    Elections européennes dans un fort climat eurosceptique    Les ambiguïtés autour du mot « dialogue »    L'AMOUR ET LA GUERRE    La nouvelle définition mondiale du kilogramme entre en vigueur    Le gouvernement pris en étau    Un 14e vendredi comme au premier jour!    LG partage un Iftar avec la presse nationale    Les jus de fruits mortels    C'est le Hirak permanent    Après le décret Trump, Google coupe les ponts avec Huawei    Trump ira en Irlande en juin    Rabiot pour remplacer Rodrigo?    Giroud prolonge d'un an    Le GS Pétroliers et le NR Chlef en finale    Affrontements à Jakarta après les résultats de l'élection    Ankara se prépare à d'éventuelles sanctions américaines    Le tombeau de la chrétienne comme vous ne l'avez jamais vu!    Tizi-Ouzou : Une wilaya engagée dans la restructuration de la filière oléicole    OCDE : L'organisation plus pessimiste sur le commerce mondial et la croissance    British Steel : Le repreneur d'Ascoval, pourrait déposer le bilan    Royaume-Uni et Italie : Vers des séismes politiques ?    Analyse : Les transmutations génétiques des coups d'Etat africains    Aux côtés de la Côte d'Ivoire dans la lutte;contre le terrorisme    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'attachement africain au droit du peuple sahraoui
Publié dans L'Expression le 26 - 03 - 2019


Quelques jours à peine après la tenue de la 2ème table ronde à Genève sous l'égide de l'ONU, l'Afrique du Sud accueille, depuis hier, à Pretoria, une conférence de solidarité de la Communauté de développement de l'Afrique australe (Sadc) avec le Sahara occidental occupé. Objet premier de la rencontre, le «soutien résolu au droit du peuple sahraoui à son autodétermination et son indépendance». L'événement avait été décidé par le 38ème Sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de la Sadc, en août 2018, et il vient confirmer, de manière éclatante, l'appui des pays membres de la communauté de l'Afrique australe au processus de décolonisation du Sahara occidental. C'est là, indique la ministre sud-africaine des Relations internationales et de la Coopération, Lindiwe Sisulu, une «initiative importante» que mènent, de concert, l'Afrique du Sud et la Namibie, inspirées par leurs propres expériences de décolonisation dans la région. Avec cette nouvelle démarche, l'Afrique du Sud démontre, de manière objective, son attachement aux principes qui fondent l'union africaine en matière de droit inaliénable des peuples à leur autodétermination et à leur indépendance. Et Mme Sisulu de souligner, dans sa déclaration à la presse sud-africaine, que son pays est d'autant plus attaché à sa position de principe», qu'elle s'appuie sur toutes les décisions prises par la Communauté de développement de l'Afrique australe (Sadc), l'Union africaine (UA) et les Nations unies sur la question du Sahara occidental occupé. «L'Afrique du Sud est déterminée à travailler avec la Sadc pour la liberté du peuple du Sahara occidental, et cela doit être fait de notre vivant. Les Sud-Africains ne seront libres que lorsque les peuples du Sahara occidental et de la Palestine seront libres», a martelé Mme Sisulu qui compte bien, avec cette conférence, lever le voile sur les graves problèmes d'ordre humanitaire que subit le peuple sahraoui, depuis plus de 40 ans, et auxquels s'ajoutent les violations, constantes et flagrantes, de ses droits fondamentaux par l'occupant marocain. Fortes de l'adhésion des 16 Etats membres dont l'Angola, le Botswana, la RD Congo (RDC), Madagascar, le Mozambique, la Tanzanie, la Zambie et le Zimbabwe, l'Afrique du Sud et la Namibie comptent oeuvrer avec constance au strict respect des décisions de l'Union africaine et de l'ONU.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.