Zoukh, Karim Djoudi et Amar Tou devant le juge    La société civile dévoile son projet    Levée d'immunité pour Boudjema Talai    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Abdelkader El Gouri élu    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Nouveau dérapage de Naïma Salhi    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    Andy Delort : «C'est une fierté d'être là»    Sénégal: Mauvaise nouvelle pour Sadio Mané    PLUS DE 600.000 CANDIDATS CONCERNES : Début aujourd'hui des épreuves du Bac    LE PARTI TOURNE LA PAGE D'OUYAHIA : Vers l'effondrement du RND ?    COUR SUPREME : Chakib Khelil, Djoudi et Tou convoqués    Le récent mouvement populaire que notre pays connait témoigne de la vitalité du peuple algérien    Le ministère tunisien rejette les pseudo-partis politiques nouvellements créés    Le gouvernement de Hong Kong essuie des critiques de son camp    L'UE insiste sur le traité négocié avec Londres    Bensalah et Bedoui sommés de partir    Pour le régime Bouteflika, la chute est brutale    «Le résultat du match CSC-USMA est douteux»    Helaïmia s'engage avec les Belges de Beerschot Anvers    Ali Ghediri écroué    Des citoyens bloquent le siège de l'APC de Bouti Sayeh    24 hectares de récoltes sur pied ravagés par le feu    Gendarmerie nationale : Saisie de 9,3 kg de kif traité, une arrestation    «Le certificat prénuptial est très important»    9 affaires de drogue traitées en mai    Le fils de Ould Abbès sous mandat de dépôt    Le bleu pour le Soudan sur les réseaux sociaux    Fidèle à la mémoire de Fouad Boughanem    Chef d'entreprise en Algérie, il est devenu vendeur de fripe aux «puces» de Montreuil    Le retour de La Dolce Vita    NAHD: Le CSA cible deux coaches    L'usine étatique d'eau minérale de Laghouat : L'APW dénonce un blocage intentionnel    Mercato d'été    Bouira: Trois morts et quatre blessés dans un accident de la route    11ème congrès international des gynécologues privés: 10 à 12% des couples présentent une infertilité    Constantine - CHU Constantine: Le DG, le chef de bureau des marchés et un fournisseur sous contrôle judiciaire    La protection de l'environnement en question    Dréan: Le marché hebdomadaire adjugé pour 1,7 milliard de cts     MC Oran: A quand le bout du tunnel ?    Volley-ball - Super division - Play down: Les prétendants de sortie    «J'ai couru vers le Nil»* de Alaa El Aswany: Comment la révolution égyptienne a été brisée ?    Mohamed Zerrouki (1902-1957): Un écrivain visionnaire précoce resté méconnu    LES AIGLES EN CARTON    Les Sénats européens et africains expriment leur volonté de promouvoir les valeurs communes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le déclic
L'APPEL DES TROIS A FAIT SAUTER LE VERROU DU STATU QUO POLITIQUE
Publié dans L'Expression le 20 - 05 - 2019

L'équation algérienne pourrait trouver sa solution dans les tout prochains jours
En plus du quitus donné par la classe politique, il faut attendre celui des Algériens et de l'institution militaire.
Ahmed Taleb Ibrahimi, Ali Yahia Abdennour et Rachid Benyellès ont réussi, par un appel, à réaliser le consensus que des dizaines de rencontres partisanes n'ont pu accomplir, depuis le début de la crise institutionnelle que vit le pays. A l'exception de quelques voix qui s'accrochent à l'option strictement constitutionnelle, l'écrasante majorité des acteurs politiques a admis la pertinence de la démarche, le poids moral et politique de ses initiateurs et l'obligation d'un dialogue serein, sans exclusif et surtout «franc et honnête», comme l'ont relevé les trois personnalités dans leur courrier. Ce dernier a été adressé aux Algériens dans leur ensemble, mais plus précisément aux animateurs du mouvement populaire, aux partis politiques de l'opposition, mais aussi au commandement de l'ANP.
Même si l'institution militaire a déjà été destinataire de messages l'appelant à ouvrir le dialogue avec la classe politique, il est entendu que l'initiative du trio a ceci de différent est qu'elle émane d'autorités morales reconnues par tous les Algériens et qui, par leur «association», ont créé un déclic au sein de l'opinion ou, tout au moins, au niveau de la société politique. Il semble donc que Ahmed Taleb Ibrahimi, Ali Yahia Abdennour et Rachid Benyellès aient apporté l'ingrédient nécessaire à l'alchimie algérienne. Il faut dire qu'au vu de l'impact suscité par la missive du trio, il semble se produire quelque chose d'inédit, depuis la démission de l'ancien président de la République. Tout le spectre politique national leur reconnaissant le patriotisme, la compétence et l'impartialité, les trois hommes ont donc ceci d'incomparable: ils capitalisent, chacun dans son domaine de compétence, une riche carrière qui impose respect et considération.
Le fait qu'ils se soient mis ensemble pour interpeller l'armée, apporte au pays et même à l'institution militaire, l'opportunité d'actionner une nouvelle possibilité de sortie de crise, autre que la stricte voie constitutionnelle. En résumant, avec une maîtrise certaine de la formule, les desiderata de l'opinion nationale et de la scène partisane, Ahmed Taleb Ibrahimi, Ali Yahia Abdennour et Rachid Benyellès ont réveillé «l'instinct» du dialogue qui a de tout temps constitué la clé des crises qu'a vécues le pays. Le génie du trio qui, en plus de peser lourd dans l'histoire de l'Algérie indépendante, aura peut-être été, d'éviter d'aller dans les détails. La simple formulation des points de convergence pour une sortie de crise, a créé le consensus, dont avait tant besoin le pays pour construire une alternative viable à l'option constitutionnelle, rendue obsolète par l'insistance des Algériens à rejeter la présidentielle du 4 juillet prochain.
Au quitus donné par la classe politique, il faut également attendre celle des Algériens qui s'exprimeront vendredi prochain. Il est évident que l'on ne peut pas «rêver un référendum», sans urnes, mais l'on saura les tendances dominantes au sein de la population. Les quelques jours qui nous séparent du 14e vendredi de mobilisation populaire seront féconds en débats sur les réseaux sociaux et sur les médias. La confrontation d'idées pourrait déboucher sur une opinion globalement favorable à l'appel du trio, sachant que la réponse de l'armée, très attendue, devrait intervenir dans les heures à venir, au plus tard, dans le courant de la journée de demain. L'on s'attend à voir Ahmed Gaïd Salah s'exprimer sur le sujet à partir de Ouargla où il est en visite de travail.
L'équation algérienne pourrait trouver sa solution dans les tout prochains jours, si à l'appui de la classe politique, de la société civile, de la population et de l'institution militaire, Ahmed Taleb Ibrahimi, Ali Yahia Abdennour et Rachid Benyellès parrainent le dialogue auxquel ils ont appelé, avec cependant quelques aménagements pour éviter de mettre l'ANP dans une situation d'acteur politique direct. Les options pour ce faire, sont nombreuses et relèvent de la technicité. Il suffit de laisser la volonté politique s'exprimer.
L'Algérie se dirige-t-elle vers ce scénario qui arrange tout le monde et permet une sortie de crise, avec un minimum de casse? On le saura dans les toutes prochaines heures...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.