5 aliments anti-inflammatoires qu'il faut consommer    Besiktas : Rachid Ghezzal passeur décisif face à Adana Demirspor (Vidéo)    Liga : Falcao décisif avec l'Athletic Bilbao (Vidéo)    Suppression des pénalités de retard des cotisations à la CASNOS    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Amar Belani dénonce les «mensonges» de l'ambassadeur du Maroc à Genève    Où sont passés les indépendants ?    Le SNAPO met en garde: Réticence des citoyens à se faire vacciner     Quel avenir pour les entreprises publiques ?    MC Oran: L'ère Aït Djdoudi commence    Tipaza: L'autoroute Bou Ismaïl-Zeralda fermée à cause de la pluie    UNE ORGANISATION MONDIALE VIRTUELLE    Santé: Les dépenses de soins jugées trop élevées    Intense activité pour Lamamra à New York    Biden et Xi livrent leur vision à l'ONU    Le Parlement accorde sa confiance au nouveau gouvernement    16 décès et 182 nouveaux cas    Des partis politiques à la traine    Les promesses d'un conclave    un conseil national du tourisme?    Les fondements d'un nouveau mode économique loin de la rente pétrolière    Koeman tire sur ses joueurs    Coup de pression de la justice espagnole    Pochettino s'est expliqué avec Messi    Quelle solution outre que la révision des salaires ?    Le retour du FFS    Un scrutin plus coloré    220.000 élèves au rendez-vous    Tebboune tient son engagement    Les paradoxes d'une rentrée    Des tablettes à l'école pour alléger les cartables    Inondations et routes bloquées    Parution de la version anglaise    L'événement est reporté pour le 2 octobre    Les Nuits du théâtre    Des opposants à Baâdji convoqués par la police    En quête d'une stratégie industrielle    Wagner brouille les cartes au Mali    Le Chabab retrouve l'ASEC Mimosa au prochain tour    L'opposition crie à la fraude    L'Algérie attend toujours le retour de Baba Merzoug    "L'école algérienne est tournée vers le passé"    Le FFS appelle à renforcer les prérogatives des élus locaux    La Semaine de l'Indonésie 2021 s'est ouverte à Alger    Paris-Berlin Appel à candidature    Justice: Le procès de l'ancienne ministre Houda Feraoun reporté    Les dessous de la corbeille    La saga islamiste tire à sa fin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La deuxième vague de purge
Front de libération nationale
Publié dans L'Expression le 17 - 07 - 2021

Au Front de Libération nationale, l'heure est à la purge. Le parti est de nouveau dans la tourmente. «Il est temps de percer l'abcès avec la lame de l'épée pour en extirper le poison». Derrière une telle citation tirée du roman classique «Les Trois royaumes» se cache généralement un projet politique qui n'annonce rien de bon. De fait, une vaste campagne «d'éducation et de rectification» vient d'être lancée au sein du parti du Front de Libération nationale afin de le purger de ses «mauvais éléments». Signe de la fébrilité ou de la fragilité? Le secrétaire général du parti poursuit sa purge au sein des instances du parti. Selon un communiqué mis en ligne sur la page officielle Facebok du parti, pas moins de 18 membres du comité central du parti ont été convoqués par la commission de discipline. Selon la même source, le secrétaire général du parti a signé la décision de mise de fin de mission des mouhafadhs de Batna, Sétif et Annaba, au même titre que ceux de Béni-Abbès, Abadla, Boufarik, Aïn Ouessara, Bouira, Guelma, Mostaganem, Sidi Ali (Mostaganem)i, Oran, Naâma, Cherchell, Relizane et Tlemcen. Convoqués pour le 29 du mois en cours devant la commission de discipline, ces mouhafadhs devront répondre de leurs «agissements» contraires aux statuts et règlement interne du parti. Il leur est reproché de s'être portés candidats aux élections législatives du 12 juin dernier, au cours desquelles le FLN est arrivé en tête avec 97 sièges, en dehors des listes du parti ou d'avoir soutenu des candidats adverses. Il faut dire que ces convocations et révocation sont loin d'être les premières. Depuis l'annonce des résultats des élections législatives, une certaine crise couve au sein du vieux parti. La semaine dernière, le secrétaire général du parti a décidé d'annuler la désignation de Mohamed Nacer Ferrah en tant que chargé de l'administration et des biens et le gel de son activité au sein du bureau politique. Auparavant, trois grosses pointures du parti ont été écartées du bureau politique et vu leur activité gelée. Il s'agit de Alioui Mohamed, secrétaire général de l'Union nationale des paysans algériens, du sénateur Ahmed Bennai et de l'ancien ministre Mahmoud Khoudri, militant depuis 1968 et membre du comité central depuis 1989. À l'origine du désaccord avec les ténors de l'ex-parti unique, leur demande d'une réunion urgente du comité central, et l'installation de la commission de préparation pour le 11e congrès. Au mois d'avril dernier, la commission de discipline du parti a, la fin de la semaine écoulée, décidé de renvoyer du FLN le membre du Conseil de la nation de la wilaya de Laghouat, Mahmoud Kissari, et trois mouhafadhs. Il est reproché aux quatre désormais ex-cadres du parti de «piétiner les statuts et le règlement intérieur du FLN et de travailler contre le parti en soutenant des listes autres que celles du Front en prévision des élections législatives anticipées du 12 juin». Abou Fadl Baâji s'est, en effet, engagé depuis son élection à la tête du parti, à «traquer» tous ceux qui ne s'inscrivent pas dans la démarche qu'il imprime au FLN.
Ceci au titre du règlement intérieur et des statuts du parti auxquels il dit «s'en tenir» et qu'il brandit à chacune de ses sorties publiques comme parade contre ses contestataires et détracteurs qui, selon lui, «ne représentent rien auprès de la base militante». Les jours de Abou Fadl Baâdji à la tête du FLN sont-ils comptés? Sous pression et dans une période post-électorale, le secrétaire général du parti s'est fait beaucoup d'ennemis au sein du parti.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.