Real Madrid: Benzema savoure sa bonne forme    Un membre du PNC appréhendé par les services de sécurité de l'aéroport de Paris Orly    Niger - Algérie décalé au 12 octobre    Le grand gaspillage    Les islamistes marocains doutent de la régularité du scrutin    Incursion de près de 50 colons israéliens dans la mosquée d'El-Aqsa    Libération de 10 élèves enlevés en juillet dernier    Le procès en appel reporté au 10 octobre prochain    Un hommage a minima    Le MJS fixe un ultimatum au 30 septembre    L'aventure africaine débutera au Maroc    Trois morts et trois blessés sur la route    Mise en échec d'une tentative d'émigration clandestine    La saignée continue    Ouramdane Ahitous, le dernier forgeron d'Ihitoussen    La stèle du colonel Ali Mellah inaugurée à M'kira    Tayeb Thaâlibi inhumé au cimetière de Garidi à Alger    Reprise aujourd'hui avec Aït Djoudi    Delort et Boudaoui buteurs    Paris accuse, Washington et Canberra justifient    11 500 quintaux de lentilles et pois chiches pour lutter contre la spéculation    L'ANIE ignore les réserves des partis    Prise en charge psychologique des élèves    Vers une augmentation des tarifs    Prime de scolarité pour 61 000 élèves    Noureddine Bedoui inculpé    «L'économie nationale est dans une situation de précarité»    Trois joueurs de l'effectif de la saison écoulée retenus    Deux nouveautés chez Barzakh    Les dates officiellement fixées    Dos au mur    Des revendications en suspens: Les paramédicaux n'écartent pas le recours à la grève    Bouteflika et compassion religieuse    Mémoire indissociable    Benabderrahmane chez les sénateurs    Le remède miracle    Dites-le droit!    Le FFS est un rempart pour la patrie    «Une figure majeure de l'Algérie contemporaine»    L'épineux problème de Béjaïa    La campagne des locales sera virtuelle    L'hommage de Ramtane Lamamra    Nouvelles manifestations contre le pass sanitaire    Lamamra participe à la 76e session    Une forte baisse enregistrée    «Se battre pour défendre le film qu'on aime!»    Un concours de l'UE ouvert aux journalistes et aux artistes    Un écrivain pluriel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'aveu d'échec de Benbouzid
Gestion de la pandémie de la Covid-19
Publié dans L'Expression le 03 - 08 - 2021

«La variant Delta nous a surpris!» a admis le professeur Abderrahmane Benbouzid, ministre de la Santé. Un aveu d'échec pour un ministre de la République, qui s'exprimait en marge du lancement de la campagne de vaccination au niveau de l'Ecole nationale supérieure du tourisme (Enst) à l'hôtel El Aurassi, de concert avec le ministre du Tourisme et de l'Artisanat, Yacine Hammadi. Or, dans son livre «La politique universelle», le politique français, Emile de Girardin, soulignait que «gouverner, c'est prévoir; et ne rien prévoir, c'est courir à sa perte». En termes de pertes en vies humaines, elles se chiffrent en milliers. Plus de 4000 pour être exact. En affirmant que l'Algérie a été «surprise par le variant Delta», le ministre reconnaît une mauvaise préparation quant à l'arrivée du variant Delta en Algérie. À l'heure des nouvelles technologies, le département n'est apparemment point doté d'une cellule de veille stratégique, processus informationnel par lequel une institution se met à l'écoute de son environnement, dans le but de capter les signaux faibles permettant de réduire les menaces et de saisir les opportunités. La crise de la Covid-19 est la meilleure illustration de la nécessité d'une cellule de veille stratégique d'autant que des messages d'alerte ont commencé à circuler bien avant que le variant Delta n'atterrisse en Algérie. Aussi, dire que le «Delta nous a surpris», c'est admettre un manque d'anticipation, pour ne pas dire que nos dirigeants aiment se complaire dans leurs zones de confort. Or, plusieurs organismes, à l'instar de l'OMS, ont alerté, dès le début du mois de juillet sur la dangerosité de cette vague. De son côté, l'institut Pasteur d'Algérie a reconnu, officiellement, une accélération de l'activité du variant Delta en annonçant qu'«au 15 juillet, le variant Delta a supplanté tous les autres variants circulant jusque-là. Le variant Delta représente 71% des virus circulant en Algérie». Un simple bulletin d'alerte puisque les mesures nécessaires n'ont pas été prises, au point d'être «sonnés» par la «force Delta».
À cet égard, le ministre de la Santé n'a pas hésité à l'attribuer à l'augmentation récente du nombre de décès, qui fait que les sujets contaminés se présentent à l'hôpital à un stade avancé de la maladie et pas uniquement en raison du manque d'oxygène. En filigrane, «c'est la faute aux patients».
Selon Abderrahmane Benbouzid, même si des appareils respiratoires sont placés pour eux, ces derniers n'auront aucun effet sur leur état «en raison du dommage causé aux poumons», ce qui amène, selon ses propos, les autorités sanitaires à fournir cette matière «au profit des cas guérissables». Grave, Monsieur le ministre! De quel droit choisit-on qui doit vivre et qui doit mourir? Pourtant en islam, religion de l'Etat, article 2 de la Constitution, la vie et la mort sont des décrets de Dieu, le seul et unique créateur. «Dis: ´´Tout provient de Dieu.´´» (Sourate 4, verset 78). Concernant justement la pénurie de l'oxygène, tout en bottant en touche l'existence d'une crise, le ministre l'impute aux «fluctuations» provoquées par la forte demande de cette substance. Sur sa lancée, le ministre de la Santé a, même, nié l'indisponibilité de ce produit affirmant qu'il est «disponible en quantités suffisantes au niveau des établissements hospitaliers», ignorant ainsi les appels de détresse des médecins et des familles des patients en manque d'oxygène, dans les différentes structures sanitaires du pays. En effet, des dizaines de malades succombent à la Covid-19 à cause des problèmes respiratoires nécessitant de l'oxygène médical, selon les spécialistes sur le terrain. «Le nombre de décès est en constante hausse, dont certaines victimes succombent à cause du manque d'oxygène», indiquait le professeur Rachid Belhadj, directeur des activités médicales et paramédicales au CHU Mustapha Pacha d'alger, sur les ondes de la Radio nationale. Se voulant rassurant, en dépit des circonstances, le ministre a affirmé que les doses actuellement en stock «suffisent pour couvrir la demande, en attendant la réception, ce jour-même ou demain de plus de 8 millions de doses (Astra Zeneca, Sinovac, Spoutnik) au titre du quota du mois d'août, en sus d'un autre lot de 5 millions de doses devant être réceptionnés, durant le mois de septembre prochain». À l'automne, les feuilles tombent.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.