Président libanais: le Sommet arabe d'Alger revêt une importance capitale    «Le Maroc essaie d'effacer les preuves»    Deux unités de production de médicaments anticancéreux et de stylos à insuline inaugurées à Alger    Armée Sahraouie: nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain dans les secteurs de Mahbes et Oum Dreyga    Ecole nationale supérieure d'Agronomie: sortie de la 57e promotion d'étudiants    JM / haltérophilie : l'Algérien Fardjalla au pied du podium à l'épaulé-jeté    JM / Athlétisme (2e journée): résultats techniques des finales    JM /Handball dames/ Gr.A : le point après la 3e et dernière journée    Célébration du 60e anniversaire de l'Indépendance : Un grand concert de musique andalouse à Alger    Deux clubs espagnols se disputent Isco    Feuille de route admissible ?    Pièces de rechange automobiles: «Pas de rupture d'approvisionnement»    Nombreux forages et exploitations agricoles raccordés à l'électricité    El Tarf: Renforcement du réseau d'électricité    Sahara occidental: L'émissaire de l'ONU en tournée dans la région    Tiaret - Match gala pour Tahar Benferhat: Dans l'attente d'un Mémorial    «Les attributions de logements ne vont pas s'arrêter»    Le partage du mouton et du repas    La tenue des gymnastes olympiques et le délire collectif    Libye : des manifestants investissent le siège du Parlement    Sidi Bel Abbès: Le festival de danse populaire tient ses promesses    Le sens et les messages d'un défilé    «La jeunesse algérienne sait bâtir»    Le directeur de l'Anad placé en garde à vue    Bilal Afer crée la sensation    Les pros ou les charlatans?    Le bout du tunnel    Les clés de l'indépendance    Deux repentis de Boko Haram se rendent à l'armée    Le Hamas salue un rapport de l'ONU    Béjaïa en fête    Les déchets ménagers inquiètent    Le 60ème anniversaire de l'indépendance, "une opportunité pour mettre en relief les réalisations de l'Algérie indépendante"    Makri avance sa proposition    «C'est un superbe cadeau!»    Oran vibre au rythme de la mode algérienne    Il était une fois le rai d'antan!    "L'Algérie est une nation ancienne dont l'authenticité ne peut être mise en doute"    Le renforcement du front interne, un message de fidélité aux martyrs    Des milliers de logements attribués à leurs bénéficiaires dans l'Ouest du pays    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Algérie-Unesco: volonté de renforcer la coopération dans le domaine éducatif    Zeroual: l'Algérie a besoin de tous ses enfants pour parachever l'édification d'un Etat moderne    Le DG du journal «Echaab» limogé    Grand Prix Assia Djebar du Roman: Les lauréats distingués    El-Bayadh: Le célèbre «Rakb Sid Cheikh» de retour    «C'est un écrin de l'esprit de Novembre»    Oran sous psychotropes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



En Libye, les couteaux sont tirés
Le Conseil de sécurité de l'ONU se prononcera, demain, sur le mandat de la MANUL
Publié dans L'Expression le 27 - 04 - 2022

Le Conseil de sécurité de l'ONU va se pencher, demain, sur le dossier de la Mission d'appui des Nations unies en Libye (Manul) dont il lui faut procéder au renouvellement de mandat, alors que le contexte de crise a redessiné, ces deux derniers mois, le bras de fer de 2015 entre l'Est et l'Ouest. En effet, la Chambre des représentants (Parlement), basée à Tobrouk et présidée par Aguila Saleh, un proche du maréchal Khalifa Haftar, avait en janvier dernier «nommé» un nouveau Premier ministre en la personne de l'ancien ministre de l'Intérieur du GNA de Fayez al Serraj, Fathi Bachagha, un puissant milliardaire de Misrata, rallié aux dirigeants de l'Est au lendemain de l'échec de la tenue des élections présidentielle et législatives du 24 décembre. Ce faisant, l'objectif de Haftar et d'Aguila Saleh visait surtout à démettre le chef du gouvernement d'union nationale issu du Forum de dialogue politique inter- libyen (FDPL) en 2020, Abdelhamid Dbeibah, autre milliardaire influent de Misrata.
Il semble acquis que le Conseil de sécurité procédera, sans aucune difficulté, au renouvellement pour un an du mandat de la Manul, malgré les divisions de ses membres permanents, et il prendra bonne note du rapport que va lui présenter le procureur de la Cour pénale internationale sur la situation en Libye et les différentes responsabilités qui ont conduit à la nouvelle impasse actuelle.
Par contre, il y a peu de chances pour qu'un consensus soit trouvé sur le rôle effectif de l'ONU dans la conjoncture libyenne, marquée par un nouveau fossé entre un gouvernement à Tripoli qui entend faire la passation au lendemain des élections sur la base de résultats objectifs et un autre, basé à Benghazi, le fief de Haftar, qui a cherché à gagner la capitale mais sans passer par un conflit armé, le cuisant échec de l'offensive lancée par Haftar en avril 2019 étant encore dans tous les esprits.
De même, les divergences sont toujours profondes quant à la désignation d'un nouvel envoyé spécial de l'ONU en Libye, le poste étant vacant depuis la démission contrainte de Jan Kubis en 2021, même si la diplomate américaine Stephanie Williams en a endossé l'habit, sous le titre de conseillère spéciale du SG de l'ONU, Antonio Guterres, ce qui ne lui confère pas les mêmes prérogatives et la référence auprès du Conseil de sécurité.
Signe du «malaise» onusien sur ce dossier, le porte- parole de l'ONU, Stéphane Dujarric a sèchement déclaré aux médias que «le message principal, en public et en privé, est celui de la nécessité de l'unité des dirigeants libyens pour le bien du peuple». Une unité qui n'existe plus depuis le début de l'année, après avoir été de façade en 2021 jusqu'au jour de l'échec de la tenue des élections générales pour de multiples raisons dont celle d'une ambition forcenée de certains dirigeants, déterminés à imposer leur diktat au peuple libyen et à servir les intérêts de leurs soutiens occultes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.