Ouverture du 15ème Salon Equip Auto Algeria à Alger    Algérie-Unesco: volonté de renforcer la coopération dans le domaine éducatif    Décès de Djamel Larouk, directeur de l'ESBAA    Appel à la levée de l'embargo sioniste sur Ghaza: le Hamas salue un rapport de l'ONU    Les prisonniers de Gdeim Izik déposent une plainte contre le Maroc pour détention arbitraire    JM: programme des finales prévues dimanche    JM/Judo: l'Algérie renoue avec l'or 13 ans après    Ressources hydriques souterraines: un important programme projeté à Bechar    Migrants tués par la police marocaine: la CADHP déplore le recours excessif à la force    Recouvrement de l'Indépendance nationale: un spectacle grandiose    JM: les podiums de vendredi    Real - Modric : "Mbappé doit maintenant vivre avec cette décision"    Zeroual: l'Algérie a besoin de tous ses enfants pour parachever l'édification d'un Etat moderne    Message de l'ancien Président Liamine Zeroual à l'occasion de la Fête de l'indépendance    Algérie-Egypte: Donner un nouveau souffle à la coopération économique    Hydrocarbures: «Occidental Petroleum Corporation» veut faire plus en Algérie    Equipe nationale U18: L'urgence d'un système de développement    Espagne : Le Parlement veut rétablir les relations avec l'Algérie    Un réseau de quatre individus arrêté: Plus de 25.600 comprimés psychotropes saisis    Une nouvelle stature    Tipasa: Un trafic international de cartes de paiement électronique démantelé    Libye: La désignation d'un représentant de l'ONU divise    Téléphonie mobile: L'Algérie rachète les actions de Veon dans Djezzy    Le DG du journal «Echaab» limogé    Grand Prix Assia Djebar du Roman: Les lauréats distingués    El-Bayadh: Le célèbre «Rakb Sid Cheikh» de retour    Messi poussé vers la sortie?    Le club à l'affût pour Neymar    Le CIJM impressionné    Trois projets de loi adoptés    «Bâtissons des projets communs!»    Le prince de Monaco a séjourné à Oran    9 manifestants tués à Khartoum    L'été en pente douce    La grande vadrouille    La rentrée scolaire se prépare en été    L'Algérie dansera tout l'été    Fin de parcours du touriste judiciaire    «C'est un écrin de l'esprit de Novembre»    Répéter, vaut souvent, convaincre!    Un pays à la recherche de son destin    «Je veux rallumer la Bougie»    Le HCA lance le débat    Clôture en apothéose    Le ministre de la Communication installe les nouveaux DG d'El Chaâb et d'El Massa    Formation/enseignement professionnels: diversifier les offres de formation en tenant compte des spécialités prioritaires    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La Libye retrouve ses démons
La commission militaire mixte 5+5 se divise
Publié dans L'Expression le 14 - 04 - 2022

Plus que jamais, la sortie de crise en Libye dépend comme l'a sans cesse clamé l'Algérie, des parties libyennes et d'elles seules, loin des ingérences et des manoeuvres étrangères qui semblent n'avoir d'autre visée que celle de maintenir le pays dans une situation hasardeuse. Samedi, les représentants du maréchal Khalifa Haftar, chef de l'armée nationale libyenne autoproclamée, au sein du comité militaire mixte 5+5 issu du processus onusien, ont rendu public leur retrait des travaux dudit comité, et ce jusqu'à la satisfaction de leurs demandes qui concernent, notamment l'arrêt de la coopération avec le gouvernement d'union nationale et la suspension des exportations de pétrole. Haftar, basé à Benghazi, dans l'est de la Libye, agite fréquemment cette menace sur les puits de pétrole depuis qu'il en a pris le contrôle en 2017. Selon le communiqué relayé par la chaîne locale Al-Massar TV, cette décision découle du refus du gouvernement Dbeibah de procéder à la passation de pouvoir au profit du gouvernement Fathi Bachagha, nommé voici deux mois par le Parlement basé à Tobrouk et dirigé par Aguila Saleh, un allié inconditionnel de Haftar. Pari apparemment réussi pour ce dernier, puisqu'il est parvenu à diviser le camp de Misrata dont Dbeibah et Bachagha sont tous deux originaires et puissamment soutenus par les milices de la ville. Ainsi, Misrata qui s'est longtemps dressée contre lui et les ambitions de ses partisans de l'Est se retrouve-t-elle, aujourd'hui, dans un choix cornélien, entre Dbeibah soutenu par la Turquie et Bachagha porté par Haftar et ses mentors étrangers.
Le Comité militaire mixte réunit, depuis sa mise en place par la Manul, 5 membres du gouvernement, internationalement reconnu, et 5 membres des milices de Khalifa Haftar. «Nous annonçons la suspension de tous nos travaux jusqu'à ce que nos demandes soient satisfaites», ont affirmé les représentants de Haftar au sein du comité militaire qui contestent Dbeibah, l'ensemble des membres de son gouvernement et les «composantes qui travaillent toujours à ses côtés dans les zones sécurisées par les forces armées». Dans le même communiqué, ils appellent à «stopper les exportations de pétrole, fermer la route côtière et arrêter les vols entre l'Est et l'Ouest». Autant dire qu'il s'agit d'une remise en cause pure et dure de toutes les avancées obtenues par le processus onusien de sortie de crise depuis la tenue du Forum de dialogue politique inter- libyen, fin 2020, à Genève. Haftar et ses représentants reprochent, disent-ils, à Dbeibah d'avoir arrêté «des mesures entravant les travaux du comité militaire mixte, ce qui constitue un grave danger pour la sécurité nationale, et de pillage systématique et sans précédent des fonds libyens».
En outre, il «ne s'est pas conformé aux décisions légitimes rendues par le Parlement, a refusé de faire la passation au gouvernement de «stabilité nationale», dirigé par Fathi Bachagha, et a renié sa promesse de ne pas se présenter à l'élection présidentielle», dénoncent les signataires dont l'initiative confirme la volonté de Haftar de mettre la main, coûte que coûte, sur les institutions majeures du pays et de baliser à son profit la voie vers une élection présidentielle prédéfinie. Comme en écho, lors d'une rencontre, à Tripoli, avec les membres du comité militaire conjoint 5+5 pour la région Ouest, le vice-président du Conseil présidentiel, Abullah Al-Lafi, a réaffirmé un «soutien continu» qui confirme la fêlure entre les principaux protagonistes de la crise. Pour justifier sa volonté de demeurer aux commandes, Dbeibah argue du fait que le gouvernement d'union est investi par le Dialogue politique pour 18 mois, soit jusqu'au 24 juin 2022. Candidat à la présidentielle avortée de décembre 2021, il s'est fourvoyé dans une impasse qui fait planer le spectre d'une nouvelle guerre en Libye alors que la manne pétrolière est confisquée au détriment du peuple libyen frère dont le long calvaire paraît devoir durer avant la tenue de véritables élections, libres et équitables.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.