7 astuces pour brûler des graisses et gagner en muscles avec l'alimentation    PSG-OM : Neymar accusé à son tour de propos racistes    Mines: Vers la création de 95 petites entreprises d'exploration d'or    Entretiens marathons de Boukadoum à Bamako: L'Algérie au chevet du Mali    Retrouver la grandeur américaine    COLERES ET ENTORSES    Les importateurs face à leur destin    El-Bayadh: Un nouveau complexe sportif bientôt en chantier    US Biskra: Une instabilité chronique    Ain El Kerma: Découverte d'un troisième cadavre rejeté par la mer    Tlemcen: Trois SG de daïra et un ex-médiateur de wilaya promus    Tébessa: Trois morts dans une collision    «Khayrek sbaq»    Communiqué du Conseil des ministres    Tebboune annonce des législatives anticipées    "Si le peuple veut le changement, il est temps de l'opérer"    L'Algérie a opté pour "la protection du citoyen"    Les contaminations sous la barre des 200    La cause palestinienne est "sacrée pour le peuple algérien"    L'ange blanc du malouf s'est envolé a jamais!    Un ramassis de clichés et de mensonges    La société civile devenue un "partenaire essentiel et permanent" dans le développement local    LE PRESIDENT TEBBOUNE AFFIRME : ‘'Il est temps d'opérer le changement''    Le procès en appel d'Ali Haddad reporté au 27 septembre    ILLIZI : Installation du commissaire d'Etat près le tribunal administratif    La Fondation Matoub Lounes este en justice Noureddine Khettal    RECUPERATION DES RESTES MORTUAIRES DES RESISTANTS : L'Algérie ne renoncera point à la question    La chaîne française M6 interdite d'opérer en Algérie    Lutte contre l'imigration clandestine: 485 personnes sauvées dans les eaux territoriales algériennes    Mines: La production nationale d 'or ne dépassera pas 58 kg en 2020    Mali: le médiateur de la Cédéao en visite à Bamako ce mercredi    Hamdi Bennani, un des meilleurs ambassadeurs de la chanson Malouf sur la scène internationale    Al Ahli a pris sa décision finale pour Belaili    Ighil prolonge d'une année    Le timing se précise    Un terroriste abattu et un pistolet mitrailleur récupéré à Jijel    Timide reprise des cours    La colère des transporteurs    Une opportunité de relance économique du secteur    La production pétrolière reprend sur plusieurs sites en Libye    La répression israélienne s'intensifie    La pénurie de liquidités en Algérie : Un défi macroéconomique qui requiert un plan global et cohérent de mesures    Le plan de relance en quête de mode d'emploi et de moyens : Entre les urgences de l'heure et les défis de la transformation économique    Boukaroum exclu de l'AG    Un espace de coworking ouvre ses portes à Tizi Ouzou    USM Bel Abbès : Le club de la Mekerra peine à garder ses cadres    Rosthom Fadhli, nouveau gouverneur de la Banque d'Algérie    L'Arabie saoudite va-t-elle suivre ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Déterminés à mettre le système à genoux"
CHLEF, Aïn Témouchent et Annaba
Publié dans Liberté le 24 - 04 - 2019

Ils étaient entre 800 et 1 000 étudiants de l'université Hassiba-Benbouali de Chlef à marcher, hier, pour dire encore une fois non à Bensalah et non au gouvernement Bedoui. Sur les pancartes et les banderoles qu'ils portaient le long de leur marche à travers le centre-ville à partir de la faculté de droit en passant par le boulevard Ibn-Badis et la rue des Martyrs, nous pouvions lire entre autres : "Pouvoir assassin", "Dégage, dégage houkoumet bricolage"… La marche, qui a commencé aux environs de 11h, a pris fin deux heures après, pacifiquement et dans le calme, en présence des services de sécurité qui étaient déployés sur les lieux dès le début de la manifestation.
Ils étaient par ailleurs des centaines d'étudiants et quelques enseignants de l'université Belhadj-Bouchaïb d'Aïn Témouchent à prendre part à une marche pacifique qui a démarré du campus avec, comme destination, la cour de justice. Les manifestants ont appelé à la lutte contre la corruption en libérant les magistrats pour ouvrir les dossiers sans faire dans le sélectif ou la chasse aux sorcières. "Nous ne nous lasserons jamais, nous continuerons à marcher jusqu'à la concrétisation de nos revendications dont le départ de tous les ‘B', jusqu'au départ du dernier symbole de ce système mafieux", "L'étudiant mènera par son savoir un long combat s'il le faut pour vous chasser". Le centre universitaire Belhadj-Bouchaïb, rappelons-le, est quasiment paralysé depuis quelques jours vu que les cours ont été tout simplement suspendus définitivement, apportant ainsi un démenti formel à ce qui a été écrit sur le portail du ministère de l'Enseignement supérieur selon lequel les cours se poursuivent normalement.
Les étudiants du Cuat Belhadj-Bouchaïb se rencontrent chaque dimanche pour décider des slogans et des mesures à prendre et arrêter les actions à entreprendre durant la semaine selon l'évolution de la situation et à travers un vote démocratique. Se joignant à leurs camarades des instituts et des écoles de la ville d'Annaba, les étudiants des pôles universitaires de Sidi Achour, d'El-Bouni et de Sidi Amar ont manifesté, hier matin, sur le Cours de la révolution pour exiger, une fois encore, le départ du système. Aux cris de "Cette génération vous mettra à genoux", "Manach habsine hata temchou" (nous ne nous arrêterons pas jusqu'à ce que vous partiez) et "Système dégage", les quelque 3 000 étudiants, qui s'étaient regroupés dans un premier temps devant le théâtre régional Azzedine-Medjoubi, ont commencé à marcher en ordre parfait autour de la place mythique de la ville. Brandissant des pancartes et des banderoles portant des slogans hostiles aux tenants du pouvoir et aux oligarques qui ont mené le pays dans l'impasse, les manifestants se sont ensuite dirigés vers le siège de la wilaya, marquant des arrêts devant les sièges des partis FLN et RND où ils ont entonné des chants patriotiques ponctués par le désormais célèbre "Klitou lebled ya saraqin".
Garçons et filles drapés dans l'emblème national ont repris à l'unisson les slogans que scandaient au moyen de mégaphones les encadreurs de la marche. Déterminés à porter haut et fort les revendications du "hirak", ils ont promis de se joindre aux marches chaque vendredi, comme ils l'ont fait depuis ce fameux 22 février.

A. CHENAOUI/M. LARADJ/A. ALLIA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.