Les supporters algériens débarquent en Egypte    Les mises en garde de Gaïd Salah    De nouveaux noms transmis à la Cour suprême    Louisa Hanoune reste en prison    Des opposants accusent Sidi Saïd de vouloir renouveler son mandat    Les solutions en dehors de la justice    Amar Ghoul rattrapé par "son" autoroute    La rapporteuse de l'ONU demande une enquête sur "MBS"    La Russie et la Chine opposées à l'initiative américaine    L'Egypte accuse l'ONU de vouloir politiser le décès    Proposition de sortie de crise    Un mois pour reconquérir les Pyramides !    Que le spectacle commence !    Des arbitres européens pour superviser la VAR    Des finales explosives et des hommages    Le procès de Kamel Chikhi reporté au 3 juillet    Deux cas de triche    Un mort et trois blessés dans un accident de la route    Un étudiant palestinien poignardé par son compatriote    Les salariés dans le désarroi    Un secteur en quête de professionnalisation    Khalida Toumi et Abdelouahab Nouri convoqués par la justice    ACTUCULT    Le single de son album posthume depuis hier sur Youtube : Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Exposition de Nawel Harkat à Constantine    Quand les oligarques et leurs mentors auront rejoint la prison d'el harrach, que restera-t-il à entreprendre en toute urgence !    Un préjudice pour les communes et un danger pour les automobilistes: Vol des couvercles d'égouts sur la voie express    St Germain (Aïn El Turck): Des habitants dénoncent la cruelle déchéance de l'Esplanade du 5 juillet    El Kerma: Un réseau spécialisé dans le vol des pièces détachées démantelé    L'Autre football    Groupe A : Egypte-Zimbabwe, vendredi à 21h00: Les Pharaons pour confirmer leur statut    MC Oran: Chérif El-Ouazzani grince déjà des dents    La Cour suprême ordonne le réexamen de l'affaire de l'autoroute Est-Ouest    Transport aérien: Le SNTMA parle de «climat de tension et d'injustice»    Une bien triste leçon égyptienne    De l'éthique du personnel politique    Présidentielle en Mauritanie: Ould Abdel Aziz quitte le pouvoir, mais pas la politique    Dr Berkani Bekkat, président de l'ordre des médecins algériens : "Nous n'avons plus le temps pour une Constituante"    Cameroun Entre répression et arrestations, les pro-Kamto continuent de résister    Le Pr Belmihoub Analyse l'impact du "Hirak" sur l'économie dans un entretien à l'APS : ''C'est le temps économique qui va s'aligner sur le temps ...    Organisation nationale des moudjahidine L'ONM appelle à un dialogue national avec la participation de tous    Marches des étudiants : Appel à des négociations sans les symboles du système    BCE : Draghi évoque une baisse des taux, Trump peste contre l'euro faible    Ouargla: Lancement des travaux d'aménagement du parc industriel de Hassi-Benabdallah    L'Iran et la Russie sont-ils les vraies cibles de l'attaque des deux pétroliers en mer d'Oman?    Prière funéraire à la mémoire de Morsi à Istanbul    Séance plénière consacrée auvote de deux projets de loi    "West Side Story" de Steven Spielberg dévoile sa première photo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Déterminés à mettre le système à genoux"
CHLEF, Aïn Témouchent et Annaba
Publié dans Liberté le 24 - 04 - 2019

Ils étaient entre 800 et 1 000 étudiants de l'université Hassiba-Benbouali de Chlef à marcher, hier, pour dire encore une fois non à Bensalah et non au gouvernement Bedoui. Sur les pancartes et les banderoles qu'ils portaient le long de leur marche à travers le centre-ville à partir de la faculté de droit en passant par le boulevard Ibn-Badis et la rue des Martyrs, nous pouvions lire entre autres : "Pouvoir assassin", "Dégage, dégage houkoumet bricolage"… La marche, qui a commencé aux environs de 11h, a pris fin deux heures après, pacifiquement et dans le calme, en présence des services de sécurité qui étaient déployés sur les lieux dès le début de la manifestation.
Ils étaient par ailleurs des centaines d'étudiants et quelques enseignants de l'université Belhadj-Bouchaïb d'Aïn Témouchent à prendre part à une marche pacifique qui a démarré du campus avec, comme destination, la cour de justice. Les manifestants ont appelé à la lutte contre la corruption en libérant les magistrats pour ouvrir les dossiers sans faire dans le sélectif ou la chasse aux sorcières. "Nous ne nous lasserons jamais, nous continuerons à marcher jusqu'à la concrétisation de nos revendications dont le départ de tous les ‘B', jusqu'au départ du dernier symbole de ce système mafieux", "L'étudiant mènera par son savoir un long combat s'il le faut pour vous chasser". Le centre universitaire Belhadj-Bouchaïb, rappelons-le, est quasiment paralysé depuis quelques jours vu que les cours ont été tout simplement suspendus définitivement, apportant ainsi un démenti formel à ce qui a été écrit sur le portail du ministère de l'Enseignement supérieur selon lequel les cours se poursuivent normalement.
Les étudiants du Cuat Belhadj-Bouchaïb se rencontrent chaque dimanche pour décider des slogans et des mesures à prendre et arrêter les actions à entreprendre durant la semaine selon l'évolution de la situation et à travers un vote démocratique. Se joignant à leurs camarades des instituts et des écoles de la ville d'Annaba, les étudiants des pôles universitaires de Sidi Achour, d'El-Bouni et de Sidi Amar ont manifesté, hier matin, sur le Cours de la révolution pour exiger, une fois encore, le départ du système. Aux cris de "Cette génération vous mettra à genoux", "Manach habsine hata temchou" (nous ne nous arrêterons pas jusqu'à ce que vous partiez) et "Système dégage", les quelque 3 000 étudiants, qui s'étaient regroupés dans un premier temps devant le théâtre régional Azzedine-Medjoubi, ont commencé à marcher en ordre parfait autour de la place mythique de la ville. Brandissant des pancartes et des banderoles portant des slogans hostiles aux tenants du pouvoir et aux oligarques qui ont mené le pays dans l'impasse, les manifestants se sont ensuite dirigés vers le siège de la wilaya, marquant des arrêts devant les sièges des partis FLN et RND où ils ont entonné des chants patriotiques ponctués par le désormais célèbre "Klitou lebled ya saraqin".
Garçons et filles drapés dans l'emblème national ont repris à l'unisson les slogans que scandaient au moyen de mégaphones les encadreurs de la marche. Déterminés à porter haut et fort les revendications du "hirak", ils ont promis de se joindre aux marches chaque vendredi, comme ils l'ont fait depuis ce fameux 22 février.

A. CHENAOUI/M. LARADJ/A. ALLIA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.