Présidentielle: les candidats invitent les opposants à la présidentielle à présenter des alternatives    Poursuite de l'action pour garantir aux enfants tous leurs droits consacrés dans la convention des droits de l'enfant    Le projet de loi sur les hydrocarbures devant la Commission économique du Conseil de la Nation    Colonies israéliennes: rejet international de la position américaine    Agence CNAS d'Alger: Plus de 82 millions de DA d'indemnisations pour maladies professionnelles depuis janvier 2019    CAMPAGNE ELECTORALE : Bengrina s'engage à éradiquer la corruption    DISTRIBUTION DES 300 LOGEMENTS SOCIAUX A AIN TURCK : Les exclus observent un sit-in devant la Daïra    MASCARA : Arrestation d'un individu pour incendie volontaire    AIN TEMOUCHENT : Un mort et un blessé suite au renversement d'un tracteur    Troisième jour de campagne: les candidats s'engagent à poursuivre la lutte contre la corruption    JSK : Benchérifa «Je demande aux supporters de rester derrière leur équipe»    USMA : Le TAS reporte le verdict et exige le PV du BF    MCA : Les joueurs se sont réunis dans les vestiaires avec Sakhri    Inauguration mercredi d'une nouvelle desserte reliant Alger à Tébessa    Le gouvernement évoque une situation «plus calme»    L'ethnie sidama vote demain sur son autonomie    Le principal port d'Irak bloqué par les manifestants    Moscou confirme un sommet le 9 décembre à Paris    Trois manifestants blessés    Le montant des créances de la Cnas explose    Djellab relève l'importance de donner une valeur ajoutée à la datte algérienne    Les Canaris préparent Saoura et Vita Club    "J'exige un contrat de travail !"    Le lieu et la date du match connus jeudi    Mwepu et Daka rappelés    L'Algérie, un marché à potentiel    Remous à l'Ecole algérienne de Paris    Des dizaines d'arrestations à travers le pays    Un fourgon fonce dans l'enclave espagnole de Ceuta avec 50 migrants à bord    Un enfant de deux ans se noie dans un bassin d'irrigation à Belacel    ACTUCULT    Des conférenciers algériens attendus à Tunis    Une stèle en hommage aux victimes du 17 Octobre 1961 à Bouzeguène    "Ecrire pour se raconter. Variations sur une œuvre"    Transition    "D'un univers à un autre", nouvelle exposition de Khaled Rochdi Bessaih    XIVe Championnat d'Afrique de tir sportif : Quinze pays participent pour des places aux JO    Le mal-être de la société vue en jaune    Suivi mitigé de la grève des enseignants du primaire    Recherches dans le domaine de la cancérologie: Mise en lumière des travaux de trois lauréats    Procès boycotté par les avocats: Deux ans de prison ferme requis contre 20 détenus du hirak    MILA : La CNR organise des journées portes ouvertes    Selon l'économiste, Anisse Terai "Les banques publiques algériennes sont réduites au statut de caisses"    Libye : Washington appelle Haftar à cesser son offensive sur Tripoli    M'hamad Khedad : Le discours du roi est une expression d'inquiétude face à la situation au Maroc    Trois condamnations et quatre acquittements    Tebboune professe ses convictions    CONSTANTINE - 16e édition de Dimajazz : Inoubliable soirée de clôture avec le Wonder Collective    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Déterminés à mettre le système à genoux"
CHLEF, Aïn Témouchent et Annaba
Publié dans Liberté le 24 - 04 - 2019

Ils étaient entre 800 et 1 000 étudiants de l'université Hassiba-Benbouali de Chlef à marcher, hier, pour dire encore une fois non à Bensalah et non au gouvernement Bedoui. Sur les pancartes et les banderoles qu'ils portaient le long de leur marche à travers le centre-ville à partir de la faculté de droit en passant par le boulevard Ibn-Badis et la rue des Martyrs, nous pouvions lire entre autres : "Pouvoir assassin", "Dégage, dégage houkoumet bricolage"… La marche, qui a commencé aux environs de 11h, a pris fin deux heures après, pacifiquement et dans le calme, en présence des services de sécurité qui étaient déployés sur les lieux dès le début de la manifestation.
Ils étaient par ailleurs des centaines d'étudiants et quelques enseignants de l'université Belhadj-Bouchaïb d'Aïn Témouchent à prendre part à une marche pacifique qui a démarré du campus avec, comme destination, la cour de justice. Les manifestants ont appelé à la lutte contre la corruption en libérant les magistrats pour ouvrir les dossiers sans faire dans le sélectif ou la chasse aux sorcières. "Nous ne nous lasserons jamais, nous continuerons à marcher jusqu'à la concrétisation de nos revendications dont le départ de tous les ‘B', jusqu'au départ du dernier symbole de ce système mafieux", "L'étudiant mènera par son savoir un long combat s'il le faut pour vous chasser". Le centre universitaire Belhadj-Bouchaïb, rappelons-le, est quasiment paralysé depuis quelques jours vu que les cours ont été tout simplement suspendus définitivement, apportant ainsi un démenti formel à ce qui a été écrit sur le portail du ministère de l'Enseignement supérieur selon lequel les cours se poursuivent normalement.
Les étudiants du Cuat Belhadj-Bouchaïb se rencontrent chaque dimanche pour décider des slogans et des mesures à prendre et arrêter les actions à entreprendre durant la semaine selon l'évolution de la situation et à travers un vote démocratique. Se joignant à leurs camarades des instituts et des écoles de la ville d'Annaba, les étudiants des pôles universitaires de Sidi Achour, d'El-Bouni et de Sidi Amar ont manifesté, hier matin, sur le Cours de la révolution pour exiger, une fois encore, le départ du système. Aux cris de "Cette génération vous mettra à genoux", "Manach habsine hata temchou" (nous ne nous arrêterons pas jusqu'à ce que vous partiez) et "Système dégage", les quelque 3 000 étudiants, qui s'étaient regroupés dans un premier temps devant le théâtre régional Azzedine-Medjoubi, ont commencé à marcher en ordre parfait autour de la place mythique de la ville. Brandissant des pancartes et des banderoles portant des slogans hostiles aux tenants du pouvoir et aux oligarques qui ont mené le pays dans l'impasse, les manifestants se sont ensuite dirigés vers le siège de la wilaya, marquant des arrêts devant les sièges des partis FLN et RND où ils ont entonné des chants patriotiques ponctués par le désormais célèbre "Klitou lebled ya saraqin".
Garçons et filles drapés dans l'emblème national ont repris à l'unisson les slogans que scandaient au moyen de mégaphones les encadreurs de la marche. Déterminés à porter haut et fort les revendications du "hirak", ils ont promis de se joindre aux marches chaque vendredi, comme ils l'ont fait depuis ce fameux 22 février.

A. CHENAOUI/M. LARADJ/A. ALLIA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.