Benflis propose un programme pour la construction d'une économie sociale de marché    4EME REGION MILITAIRE : Gaid Salah, aujourd'hui, en visite de travail à Ouargla    La MINURSO "devient progressivement une mission de consolidation de l'occupation marocaine"    Badminton: l'Algérie décroche quatre médailles de bronze    TRAFIC DE DROGUE DANS UN BUREAU FLN : Quatorze personnes impliquées dont un policier    ACCIDENTS DE LA CIRCULATION : 6 morts dans 5 accidents en 24 h    Un nouveau programme doté de 40 milliards DA pour la réfection des chemins de wilayas et vicinaux    ECOLES PRIMAIRES : La grève des enseignants se poursuit    Chergui met en avant "le rôle pionnier" de l'Algérie en matière de lutte antiterroriste    Sûreté d'Alger: Arrestation en octobre de plus de 3.400 individus impliqués dans plusieurs affaires à Alger    Le parquet de Sidi M'hamed requiert 2 ans de prison pour les 20 détenus d'opinion    Le cas Benzema divise les Français    Entrepreneuriat féminin en Algérie : La frilosité des banques mise à l'index    Un nouveau directeur de campagne pour Tebboune    Belmadi : «Ne croyez pas que le Botswana est un adversaire facile»    Ifticène, nouvel entraîneur    Y a-t-il un malaise au Mouloudia ?    L'Olympiakos menace de quitter la Super League    Brahimi, meilleur joueur des mois d'octobre et novembre    «De nouveaux Hassi-Messaoud et Hassi-R'mel, c'est fini !»    18 mois de prison requis contre le hirakiste Abdellaoui Ahmed    Le régime des ayatollahs ébranlé à Téhéran    Deux enfants blessés par les forces d'occupation israéliennes près de Ramallah    Marches à Paris et à Bruxelles le 1er décembre    Plus de 40 nouveaux cas de diabète par mois à Ouargla    ACTUCULT    Retour à Amoudé, la Brûlée    Arezki Metref hôte de la ville de Mascara    Le "hirak" s'invite à Marseille    Linda Hamed refuse de présenter le 19 heures de la Chaîne III    Report au 1er décembre du verdict dans deux affaires distinctes de Hassan Hammar    Belaid: ''le peuple seul habilité à conduire l'Algérie à bon port''    CAN-2021 (2e journée). Botswana – Algérie (ce soir, 20h) : Les Verts veulent confirmer leurs débuts en fanfare    M'sila: 475 quintaux de blé tendre destinés à la contrebande saisis    Les portraits géants des présidents portent malheur    Elogia et Home Design Algérie: Deux salons dans une mixité professionnelle    Nouvelle opération de rapatriement: 70 Subsahariens en situation irrégulière transférés vers leur pays    Une activité de proximité à Alger    Déclaration de l'origine des fonds en devises aux étrangers :    ANNABA Insistance sur la sensibilisation et la culture d'alerte pour combattre la traite des êtres humains    Hausse des ventes au détail sur Internet lors de la frénésie d'achats du "Double 11"    Prises de fonctions Aymane Benabderrahmane désigné nouveau gouverneur de la Banque d'Algérie    Chili : Accord historique pour une nouvelle Constitution    USA : Donald Trump et le chaos diplomatique permanent    Shanghai : Macron appelle la Chine à s'ouvrir davantage    Fica: Projection d'un documentaire en hommage au maître du diwane Mohammed Bahaz    CONSTANTINE Festival international Dimajazz: oud et sonorités électro au menu de la 4e soirée    Tunisie : Habib Jemli choisi pour être Premier ministre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Faible adhésion des politiques, rejet sur les réseaux sociaux
Initiative dE TALEB Ibrahimi, de Benyelles et d'Ali-Yahia
Publié dans Liberté le 20 - 05 - 2019

L'appel de deux anciens ministres et d'un militant des droits de l'Homme n'a pas produit d'écho fracassant, 24 heures après avoir été rendu public.
L'appel lancé avant-hier par Rachid Benyelles, Ahmed Taleb Ibrahimi et Ali-Yahia Abdenour à l'institution militaire pour engager un dialogue de sortie de crise avec la classe politique, la société civile et des figures représentatives du mouvement populaire n'a pas suscité beaucoup de réactions positives au sein de la classe politique, alors que sur la Toile on s'est plutôt montré répulsif à l'égard de cette proposition. Le timing choisi pour l'annonce de l'initiative (veille de la date limite du dépôt des candidatures au scrutin du 4 juillet) apparaît davantage comme une issue de secours ouverte au général de corps d'armée, Ahmed Gaïd Salah, dont la feuille de route — organiser une présidentielle dans les délais constitutionnels — consomme doucement, mais sûrement son échec.
C'est peut-être pour cette raison que les leaders politiques prudents ne se positionnent pas clairement en faveur ou contre la proposition des trois octogénaires. Les uns et les autres attendent, sans doute, le feed-back des Tagarins pour réagir. Jusqu'à hier, uniquement trois personnalités ont marqué leur adhésion à la démarche suggérée. Dans une vidéo postée sur son compte Facebook samedi dans l'après-midi, le président de Jil Jadid, Soufiane Djilali, l'a rapidement applaudie. "Il faut saluer cette initiative, parce que, après que toutes les parties ont dit leur mot, il est temps qu'il y ait ce dialogue direct pour aller vers la solution finale", a-t-il soutenu, en expliquant que le peuple n'a pas d'autres interfaces que l'armée. "C'est elle qui est au-devant de la scène. C'est elle qui détient les clés de la République et, maintenant, c'est à elle d'accompagner le peuple vers les solutions exposées", a-t-il estimé. Me Mustapha Bouchachi a accueilli, aussi, l'appel favorablement, car il répond, de son avis, "aux attentes du hirak et de la classe politique. Le pays a besoin d'une vraie période de transition". Sans détour, le président de Talaie El-Houriat, Ali Benflis, a aussi exprimé son soutien à l'appel, qui "mérite l'écoute attentive et la réflexion sereine. Il définit le cadre d'un règlement de la crise qui reste à notre portée. Il indique, avec sagesse et lucidité, la voie à emprunter pour parvenir à un règlement rapide et définitif de la crise actuelle. Cette voie est la plus sûre et la moins coûteuse pour notre pays". L'attitude du FFS est moins franche. Dans une déclaration rendue publique, hier, la direction du vieux parti de l'opposition dit être réceptive à une multitude d'initiatives politiques. Elle affirme être disposée "à les discuter et à les débattre dans un cadre approprié et favorable à l'émergence d'une issue consensuelle et adaptée à la crise multidimensionnelle qui mine l'avenir de pays". Sur les réseaux sociaux, l'appel des trois personnalités ne constitue pas un événement marquant. Quelques Algériens affirment vouloir bien essayer cette solution. Mais la majorité des commentaires sont plutôt acerbes. "Arrêtez la diversion. Pas de transition avec les voleurs qui ont ruiné le pays (…)", écrit Meriem B. "Qu'il aille se reposer (Taleb Ibrahimi, ndlr). À 87 ans, ses capacités sont diminuées", note une autre internaute. "Les vendredis dehors, ce n'est pas pour chasser le cancer et ramener Ebola, afin de négocier avec le système sur le dos du peuple. Il y a deux urgences : trouver la parade pour bloquer la commission de candidature à la présidentielle et discuter de la création de comités de salut public pour mettre au point un processus vertical d'élection de délégués à une Assemblée constituante, depuis la base jusqu'au sommet", écrit-on également. Dans un post, une mise en garde : "URGENT : un plan B est en marche, on nous propose Taleb Ibrahimi comme seule alternative, un 5e mandat bis." "Ils utilisent maître Ali-Yahia comme de l'eau pour nous faire passer la pilule", pense Redouane M. Hier, lors de leur marche à Alger, les étudiants se sont exprimés, aussi, contre cette initiative. Sur l'une des pancartes brandies était inscrit ce slogan éloquent : "Pas aux vieux d'apporter du neuf."
Souhila H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.