(En cours) FC Barcelone 1 – Real Madrid 1    Everton: James Rodriguez finalement apte face à Southampton ?    Tebboune réitère l'engagement de l'Etat    Accidents de la route: 9 morts et 359 blessés ces dernières 48 heures    Plan national de reboisement : un milliard de plants mis en terre depuis le lancement    L'Algérie salue l'accord de cessez-le-feu global en Libye    Signature du premier accord majeur post-Brexit entre Londres et Tokyo    Le chef de l'ONU s'inquiète d'une «situation tendue»    Les créances de la Sadeg s'élèvent à 1 850 millions de dinars    Calendrier chargé pour les magistrats    Les grosses écuries au rendez-vous, à l'exception de Naples    Résiliation du contrat de Toufik Zerara    Billel Bensaha mouloudéen à titre de prêt    Un dernier débat Trump-Biden plus calme, malgré l'échange d'accusations    On vous le dit    Les parents toujours inquiets    Oran : Plantation d'arbres à l'université    Les engagements du wali    Défection du Sila et souvenirs du «Parnasse» algérien    Le chanteur populaire M'hamed Zighem n'est plus    Commémoration du 116e anniversaire de la mort d'Isabelle Eberhardt    Les travailleurs sans salaire depuis dix mois    Après l'AGO : Les présidents en fin de mandat doivent quitter la ligue    MO Béjaïa : Un directoire pour gérer les affaires du club    En attendant une décision officielle...    Erdogan confirme un test de missiles russes    Saad Hariri de retour aux commandes au Liban    "L'Algérie coopérait déjà peu..."    Station multimodale de Bir Mourad Raïs : De nouveaux délais pour la réception du projet    "un reconfinement partiel n'est pas à exclure si..."    Djerad désavoue le wali d'Oran    Le calendrier des compositions dévoilé    Le RCD accuse le pouvoir de "s'acheter une nouvelle clientèle"    Djelloul Djoudi condamné à 3 mois de prison avec sursis    Attribué depuis trois mois à Mâalma : Le site AADL des 831 Lgts entre malfaçons et absence de commodités    Je suis contre cette Algérie majoritaire !    La représentation des minorités progresse mais reste limitée    Ali Boudarène, un comédien prometteur    Concours du meilleur joueur de mandole algérien : Appel à Candidature    L'amendement constitutionnel ouvre de ‘'nouvelles perspectives aux jeunes''    Le droit des citoyens à l'information garanti dans le projet d'amendement constitutionnel (Abdelaziz Belaid)    Attar à Hassi Messaoud après un incendie    En raison d'un cas suspect de Covid-19: Le Consulat turc à Alger fermé    FC Barcelone - Real Madrid: Un Clasico lourd de conséquences !    Par-delà l'image    VFS Global: Un service de «rendez-vous de test PCR»    Le FMI inévitable?    Les salles obscures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





À contre-"courant"
l'Algérie peine à amorcer sa transition énergétique
Publié dans Liberté le 30 - 09 - 2020

Le pays dispose d'immenses potentialités en matière d'énergies renouvelables pouvant le propulser au rang de puissance. Mais il reste viscéralement attaché aux ressources fossiles.
Tous les gouvernements qui se sont succédé aux commandes ont affirmé l'obligation de favoriser l'utilisation de l'énergie propre produite par le vent et le soleil, et non par le pétrole, expliquant que la production de courant à partir des énergies renouvelables constitue un énorme potentiel futur dans le pays. Tous les gouvernements se sont également engagés à améliorer, à simplifier la réglementation relative au renouvelable et à impliquer les acteurs publics et privés dans l'investissement dans les énergies renouvelables. Tout cela est resté cependant une simple déclaration d'intention.
Or, on ne peut se satisfaire de promesses sur le papier, alors que le monde se dirige vers une économie à faibles émissions de carbone et vers des énergies propres. Rabah Touileb, ancien cadre de Sonelgaz (ex-directeur général de la stratégie et de la prospective) et expert en énergie, rappelle que "l'intention existe", recommandant, cependant, qu'il faut "aller de l'avant, adopter une stratégie visible et efficace et réaliser des progrès dans ce secteur". L'expert formule des pistes de développement, estimant qu'il faut "encourager, par exemple, l'autoproduction". "Mais, dit-il, il faut le faire dans un cadre organisé et sous-tendu par une législation claire, transparente et surtout applicable."
Et d'expliquer : "On devrait donner la possibilité aux particuliers de s'équiper en matériel adapté aux besoins de production d'électricité verte. Ils pourraient ainsi investir sur des systèmes de production à petite échelle ou à une échelle industrielle, se chauffer et s'éclairer à l'énergie solaire." Et que faire de l'excédent de production ? Rabah Touileb souligne : "Il faut que les distributeurs d'électricité soient légalement tenus d'assurer le raccordement pour permettre aux petits producteurs de le vendre au réseau, vente qui vient en déduction de leur propre consommation pendant d'autres périodes de l'année." "Cela apporte une garantie aux particuliers, les encourageant ainsi à produire", ajoute-t-il.
Quels sont les acteurs qui feront bouger les choses dans ce secteur ? L'ex-directeur général de la stratégie et de la prospective pense qu'il y a "nécessité d'établir des liens de collaboration fructueux entre opérateurs publics et privés, l'objectif étant de créer une synergie et de favoriser le financement et la réalisation conjointe de projets". Et Sonelgaz dans tout cela ? Sonelgaz ne fait que ce que l'Etat lui commande de faire. "Si demain, l'Etat lui commande de monter un projet dans le renouvelable, elle le fera, mais le projet sera financé par des fonds publics", explique M. Touileb. L'autre "élément important" concerne la législation.
L'expert relève à ce sujet qu'il existe "une réglementation qui encadre le secteur des énergies renouvelables, mais qu'il faut améliorer", poursuivant que "si l'Etat élabore des textes plus simples et plus compréhensibles, cela donnera des signaux positifs qui montrent qu'il (l'Etat) prend une direction plus claire en matière de renouvelable". Il affirme, en outre, que le renouvelable vient en complément et à l'appui de l'énergie conventionnelle et qu'il ne va pas s'y substituer.
Il note, par ailleurs, que le renouvelable fait partie des secteurs qui créent beaucoup d'emplois et qui jouent un rôle capital dans l'économie. En résumé, le pays a déjà pris beaucoup de retard et il est temps qu'il agisse et qu'il structure ce secteur. Il devrait s'inspirer de l'expérience internationale disponible en la matière.
Le contexte de baisse des coûts du kilowattheure va normalement l'y aider. Il offre une opportunité rare à des investisseurs locaux, ou internationaux, pour lancer des projets et développer les énergies propres en Algérie, un pays où l'on est encore en train de développer de l'énergie fossile à grande échelle.

Youcef Salami


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.