Instruction pour élargir la carte d'exploration de la baryte aux wilayas de l'extrême sud    M. Benabderrahmane supervise le lancement officiel de la plate-forme numérique "L'Algérie de la Gloire"    JM/Haltérophilie: Faris Touairi en bronze à l'arracher, avec une prise à 161 kg    La bataille vitale que les jeunes doivent mener est celle de la conscience    JM/Escrime: médaille d'or pour Saoussen Dlindah Boudiaf    Université: Plus de 5 millions de diplômés formés en 60 ans    Emission d'un nouveau timbre-poste à l'occasion de la Fête de l'Indépendance    La Cour constitutionnelle célèbre le 60e anniversaire de l'indépendance    Mise en garde contre l'escalade marocaine au Sahara occidental occupé    Revue El Djeich: Le Président Tebboune appelle le peuple algérien à resserrer les rangs pour remporter la bataille du renouveau    Hydrocarbures: 4,4 mds USD consentis par Sonatrach dans l'exploration-production en 2021    Canicule annoncée lundi, sur plusieurs wilayas du pays    Le ministère de la Santé appelle au respect des mesures de prévention durant l'Aïd El-Adha    «Le Maroc essaie d'effacer les preuves»    Président libanais: le Sommet arabe d'Alger revêt une importance capitale    Deux unités de production de médicaments anticancéreux et de stylos à insuline inaugurées à Alger    JM / Athlétisme (2e journée): résultats techniques des finales    Célébration du 60e anniversaire de l'Indépendance : Un grand concert de musique andalouse à Alger    Deux clubs espagnols se disputent Isco    Tiaret - Match gala pour Tahar Benferhat: Dans l'attente d'un Mémorial    Libye : des manifestants investissent le siège du Parlement    Feuille de route admissible ?    Pièces de rechange automobiles: «Pas de rupture d'approvisionnement»    «Les attributions de logements ne vont pas s'arrêter»    Le partage du mouton et du repas    La tenue des gymnastes olympiques et le délire collectif    Nombreux forages et exploitations agricoles raccordés à l'électricité    El Tarf: Renforcement du réseau d'électricité    Sahara occidental: L'émissaire de l'ONU en tournée dans la région    Sidi Bel Abbès: Le festival de danse populaire tient ses promesses    «La jeunesse algérienne sait bâtir»    Le directeur de l'Anad placé en garde à vue    Makri avance sa proposition    Le sens et les messages d'un défilé    Deux repentis de Boko Haram se rendent à l'armée    Les déchets ménagers inquiètent    Bilal Afer crée la sensation    Les pros ou les charlatans?    Le bout du tunnel    Le Hamas salue un rapport de l'ONU    «C'est un superbe cadeau!»    Oran vibre au rythme de la mode algérienne    Il était une fois le rai d'antan!    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    Grand Prix Assia Djebar du Roman: Les lauréats distingués    «C'est un écrin de l'esprit de Novembre»    Oran sous psychotropes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Boudiaf, Le Rêve Brisé
29e anniversaire de l'assassinat d'un historique qui voulait engager l'Algérie dans la modernité
Publié dans Liberté le 29 - 06 - 2021

Rentré au pays après 28 ans d'exil au Maroc, celui que nombre de jeunes découvraient à peine six mois plus tôt, venait d'être assassiné à la Maison de la culture d'Annaba.
Il faisait chaud en cette matinée de juin 1992 lorsque brusquement, la télévision publique et la radio suspendent leurs programmes pour diffuser des versets coraniques. Les Algériens, dont c'étaient les seuls canaux d'information, se surprennent à revoir des images qu'ils avaient déjà vues lors de la mort de Boumediène, plus d'une décennie plus tôt. Mais l'information commence à circuler de bouche à oreille : "On a assassiné Mohamed Boudiaf à Annaba."
Le choc est terrible pour la population, particulièrement les jeunes, surtout après le visionnage des images diffusées par la télévision. Rentré au pays après 28 ans d'exil au Maroc, celui que nombre de jeunes découvraient à peine six mois plus tôt venait d'être assassiné par sa garde rapprochée à la Maison de la culture d'Annaba lors d'une réunion de cadres. Depuis, l'image est passée à la postérité : c'est au moment où il dissertait sur la religion — lui qui connaissait sur le bout des doigts le Livre saint et dont il estimait qu'il n'avait pas de leçon à recevoir de personne sur la question — et sur le retard accusé par le pays en matière de sciences, qu'une grenade éclata avant qu'un homme, sorti de derrière le rideau, le crible de balles.
Un historique, d'une rare probité, un impénitent démocrate à la vision résolument tournée vers la modernité venait de mourir sous les balles des siens, dans l'Algérie indépendante, alors qu'il avait échappé à celles du colonialisme. Mais aussi, la fin d'un rêve et d'un espoir qu'il avait pu susciter en peu de temps auprès de ses concitoyens, pris en tenailles entre un islamisme envahissant qui venait de s'adjuger les élections législatives et une grave crise économique rythmée par des pénuries en tout genre.
Malgré les circonstances particulières dans lesquelles il est arrivé à la tête de l'Etat, en janvier 1992, après l'arrêt du processus électoral, en dépit du handicap de l'illégitimité et d'un éloignement du pays durant 28 ans, Mohamed Boudiaf, opposant au régime dès l'indépendance, réussit en peu de temps ce que ni ses prédécesseurs ni ses successeurs n'ont réussi : s'affranchir du carcan étouffant du système en optant résolument pour la rupture avec la culture et les pratiques qui ont constitué la clé de voûte du pouvoir dès l'indépendance.
Dans un langage populaire sans langue de bois, il déclinait, dès sa prise de fonction, sa vision de l'Algérie, mais aussi les réformes qu'il comptait engager.
À commencer par l'école qu'il qualifiait de "sinistrée" ou encore le FLN qui devait être, selon lui, placé au musée. Après avoir envoyé des centaines d'islamistes radicaux dans des camps au Sud, mesure controversée alors, il s'attaque au sulfureux dossier de la corruption dont on mesure aujourd'hui l'ampleur. Mais c'est probablement sa propension à prendre ses distances vis-à-vis des "décideurs", comme il les appelait, sa popularité grandissante qu'il commençait à engranger, l'hostilité que lui affichaient les islamistes qui le qualifiaient sous le vocable de "Boudiov" et sa décision de lancer un grand parti politique qui lui a attiré les inimitiés. Privé de grands soutiens, il finit par être assassiné. Et à ce jour, malgré les conclusions de l'enquête engagée par le gouvernement, nul ne sait avec exactitude les tenants et les aboutissants de son élimination. Des proches à lui et une partie de la mouvance démocratique vont tenter de perpétuer son combat et de réclamer la vérité sur son assassinat.
En vain. Immortalisé par une chanson de Matoub Lounès, Mohamed Boudiaf, symbole d'une certaine idée de l'Algérie, celle-là même qui se confond par certains aspects avec celle que réclamaient des millions d'Algériens dès février 2019, incarne le rêve brisé d'une Algérie démocratique.
Karim K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.